Shapovalov renversant pour aller vers sa première demi-finale en Grand Chelem, Djokovic serein vers sa 10e à Wimbledon

Vainqueur en trois sets contre Márton Fucsovics, Novak Djokovic s’est qualifiée pour sa dixième demi-finale à Wimbledon. Il a désormais rendez-vous avec Denis Shapovalov, qui atteint ce stade de la compétition pour la première fois en Grand Chelem grâce à son succès en cinq manches contre Karen Khachanov.

Denis Shapovalov at Wimbledon in 2021

L’un connait la chanson, l’autre la découvrira. Novak Djokovic (N°1) et Denis Shapovalov (N°10) s’affronteront en demi-finale de Wimbledon vendredi. Le premier s’est défait avec autorité de Marton Fucsovics ce mercredi (6-3, 6-4, 6-4), tandis que le second a bataillé près de 3h30′ pour venir à bout de Karen Khachanov (N°25) en cinq manches (6-4, 3-6, 5-7, 6-1, 6-4). Ce sera la dixième demi-finale de Djokovic à Wimbledon, la première de Shapovalov en Grand Chelem.

Le Canadien est revenu de loin pour sortir vainqueur de son deuxième quart de finale dans un Majeur, après l’US Open 2019. Il s’est retrouvé mené deux sets à un par manque de réalisme, dans une troisième manche où il a obtenu deux balles de break à 4-3, puis une balle de débreak à 6-5. Mais lui a cédé au pire moment, à 5-5, sur la seule opportunité de Khachanov sur son service.

Shapovalov n’a pas volé sa qualification

Avant cela, les deux hommes s’étaient rendus coup pour coup sur les deux premières manches. Shapovalov s’était accroché coûte que coûte au cours de la première, écartant quatre balles de break à 3-2. Puis il avait placé le petit coup d’accélérateur en fin de set pour breaker au meilleur moment, empocher les trois derniers jeux et virer en tête au score. Sauf que Khachanov a répondu d’entrée de deuxième manche pour vite se détacher à 4-0 et ne plus être rejoint, malgré un débreak de Shapovalov.

La force du 12e joueur mondial, c’est de ne pas avoir explosé mentalement quand il s’est retrouvé à faire le chasseur sans être franchement dominé dans le jeu. Sa réaction dans la quatrième manche est celle d’un joueur en pleine confiance, qui ne laisse pas s’immiscer le doute. Ce set remporté en une petite demi-heure, en ayant imposé une pression constante sur Khachanov, a fait basculer la dynamique en faveur du Canadien. Plus inquiété sur son service, Shapovalov a continué d’appuyer dans la manche décisive. Une première fois, il a obtenu quatre balles de break sans en convertir une seule. Mais à 4-4, il lui en a suffi d’une, sa 19e du match (!), pour passer devant et s’envoler vers la victoire, scellée à sa première balle de match.

Au bout du compte, c’est un succès logique pour un Shapovalov plus entreprenant, qui a dominé la rencontre dans tous les secteurs. Il a remporté 25 points de plus que son adversaire, a réussi plus de coups gagnants (59-31) et commis moins de fautes directes (48-50). Le Canadien s’est aussi appuyé sur un service performant pour empocher 86% des points derrière sa première balle. Une arme qui lui sera bien utile quand il fera face au meilleur retourneur du circuit, à qui il n’a pris que deux sets en six confrontations. Même s’il l’avait sérieusement bousculé à l’ATP Cup en janvier 2020.

Djokovic sur 15 sets remportés de suite

Mais il en faudra plus pour faire trembler Djokovic, qui a encore impressionné sur le gazon du Centre Court. Il avait commencé son tournoi par une manche perdue contre le jeune invité britannique Jack Draper, puis il a passé la vitesse supérieure. Depuis Djokovic, en quête de 20e sacre en Grand Chelem pour égaliser le record co-détenu par Rafael Nadal et Roger Federer, n’a plus lâché le moindre set. Seul Denis Kudla, au troisième tour, est parvenu à lui prendre plus de quatre jeux dans une manche. Ce mercredi, le numéro un mondial a continué sur sa lancée.

Si le score est fleuve, le Serbe a par moments souffert pour enfoncer le Hongrois. Après un break dès l’entame du match, l’homme aux 19 titres du Grand Chelem a tranquillement surfé sur cette vague pour mener 5-0. Là, il a connu quelques premiers remous. Après deux balles de set manquées sur l’engagement de son adversaire, il a cédé le sien en laissant passer deux nouvelles opportunités. Après une cinquième occasion à 5-2 – cette fois brillamment écartée par Fucsovics d’un enchaînement service puis revers croisé gagnant -, Djokovic a finalement bouclé l’affaire, 6-3.

Victoire en trois manches, mais vrai combat pour Djokovic

Avec l’acte initial en poche, l’essentiel était assuré. Mais jeu des vases communicants oblige, la baisse de régime a mis son rival du jour dans le match en lui redonnant un peu de confiance. S’évertuant à jouer globalement au centre pour ne pas donner d’angle, hormis sur des balles sans poids, en slice de revers par exemple, Fucsovics a forcé Djokovic à batailler. L’empoignade était lancée. D’entrée de deuxième round, l’actuel 48e joueur mondial a tenu le choc en écartant quatre balles de break. Puis, en fin de manche, quand la tension s’est appesantie, le Hongrois a fini par craquer.

Marton Fucsovics at Wimbledon in 2021
Marton Fucsovics at Wimbledon in 2021 © AI / Reuters / Panoramic

Habile pour manœuvrer à l’échange, utilisant l’amortie judicieusement, « Nole » a pris la mise en jeu du Magyar à 4-4 pour conclure quelques minutes plus tard. 6-4 en 49 minutes, en laissant échapper un cri témoin de sa rage de vaincre et du combat qu’il était en train de livrer. Un combat qui n’était pas encore terminé. Devant un Fucsovics aussi accrocheur qu’un pou capable de tenir sur le crâne d’un chauve, Djokovic n’a pas eu le luxe de s’autoriser le moindre relâchement pour dérouler. Et ce même après s’être donné de l’air en réussissant, de nouveau, un break d’entrée de set dans le troisième.

Dans la foulée, Djokovic, mené 0-40, a dû sauver quatre balles de débreak au total. Après un jeu de 10 minutes très accroché, il a de nouveau donner de la voix pour extérioriser le feu intérieur dont il est animé. Il a su conserver cet avantage jusqu’au bout. Après une nouvelle balle de débreak écartée à 4-2, Djokovic a décroché la 100e victoire de sa carrière sur gazon. Toujours en lice pour le Grand Chelem calendaire, le Belgradois est invaincu depuis 16 rencontres. Il ne lui en manque plus que deux pour écrire un nouveau chapitre de sa grande histoire.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *