Usé physiquement, Federer s’incline malgré une balle de match face à Basilashvili

Encore loin de sa meilleure forme, Roger Federer est tombé face à Nikoloz Basilashvili en quarts de finale de l’ATP 250 de Doha. Usé physiquement, le Suisse s’est incliné 3-6, 6-1, 7-5 en 1h49, malgré une balle de match en sa faveur.

Roger_Federer_Doha_2021

« On verra comment je me sens demain (jeudi)« . Tels furent les mots de Roger Federer après sa victoire éprouvante, en 2h24, face à Daniel Evans pour son grand retour à la compétition. Visiblement, la récupération, loin des bains glacés qu’il abhorre, n’a pas suffi. Malgré un bon début de partie, le Bâlois a souffert physiquement par la suite. A 39 ans, après plus d’un an sans compétition, il a encore besoin de temps pour pouvoir enchaîner les longs matchs.

Après les variations et le sens tactique d’Evans, Federer s’est mesuré à un tout autre autre style de jeu, en puissance. Pas de phase d’observation. D’emblée, bousculé par les coups de fusils du Géorgien, le Suisse a dû écarter une balle de break. Campé sur sa ligne, plutôt à l’aise dans son déplacement, il a ensuite parfaitement dompté la cadence imposée. A deux jeux à un, il a pris le service adverse sur une fulgurance de revers. Grâce à une meilleure gestion des moments cruciaux, il a su conserver cet avantage jusqu’au bout. Sauvant deux balles de débreak à 3-1, grâce à une gifle de coup droit puis une faute de son rival du jour, Federer a connu une fin de manche plus tranquille pour boucler l’affaire 6-3.

Le physique a pêché à partir du deuxième set

Dans le deuxième acte, Basilashvili a fini par convertir ses occasions. D’entrée. Faisant le trou pour mener 2-0, il n’a plus desserré l’étreinte. Plein de sang froid pour se sortir d’une situation délicate à 0-40 sur son service dans le jeu suivant, le 42e joueur mondial est devenu de plus en plus dominateur du fond de court. Au point de réussir le double break. « Il (Federer) ne s’engage plus, a alors analysé Fabrice Santoro sur beIN SPORT. Dans la première manche, on le voyait prendre des appuis forts (pour déclencher ses frappes), ce qui n’est plus le cas. Il est moins bien physiquement. » Quelques instants plus tard, le set prenait fin. 6-1.

Lors du dernier round, le second souffle n’est pas arrivé. Pourtant, avec les qualités du jour, l’Helvète aux 20 titres du Grand Chelem a longtemps résisté. Au point de toucher la victoire du bout des doigts. Sans pouvoir la saisir. Très souvent débordé par un Basilashvili faisant le jeu avec son coup droit, Federer a tenu grâce à sa première balle et sa science tactique sur les points cruciaux. A 3-3, il a écarté trois occasions de break, notamment par l’utilisation de slices très rasants sur le revers du natif de Tbilisi. Puis, à 5-4, il est passé proche du hold-up. Grâce à deux revers slicés décentrés se transformant en frappes fatales et une erreur de jugement de son opposant arrêtant le point à mauvais escient pour demander un Challenge, Federer s’est procuré une chance d’empocher la mise. En vain. Basilashvili l’écartant d’une première balle suivie d’un coup droit gagnant. Dans la foulée, il prenait le service de son idole d’enfance pour finalement parvenir à faire tomber le monument. 3-6, 6-1, 7-5.

« Ça représente tellement pour moi de l’affronter », a déclaré le Géorgien lors de la traditionnelle interview sur le court. « C’est un rêve de jouer contre lui (ils s’étaient déjà affrontés une fois par le passé, victoire de Federer, NDLR). C’est mon idole de jeunesse, comme pour beaucoup d’autres personnes dans le monde. Pour moi, c’est le meilleur de tous les temps, et c’est une personne incroyable en dehors du court. »

En demi-finale, Nikoloz Basilashvili affrontera Taylor Fritz. L’Américain a remporté leur seule confrontation. C’était sur le dur de Chengdu en 2017. Roger Federer, lui, doit annoncer prochainement s’il s’alignera ou non à Dubaï la semaine prochaine. « Je ne sais pas encore« , a-t-il indiqué en conférence de presse. Une information qui devrait en dire plus quant à son état physique après ces deux matchs de reprise.

 

 

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *