30 juin 1991 : Le jour où Wimbledon a dû ouvrir ses portes le “Middle Sunday” pour la première fois en 114 ans

Le 30 juin 1991, pour la première fois en 114 ans, des matchs se jouent à Wimbledon lors du Middle Sunday, le dimanche du milieu du tournoi.

30 juin 2021
On this day, 30/06

Ce qu’il s’est passé ce jour-là et pourquoi c’est historique : Du jeu à Wimbledon le première dimanche, une grande première

Ce jour-là, le 30 juin 1991, pour la première fois en 114 ans, des matchs se jouent à Wimbledon lors du Middle Sunday, le dimanche du milieu du tournoi. Après un début de tournoi gâché par la pluie, les organisateurs n’ont d’autre choix que d’utiliser le traditionnel jour de repos pour rattraper le retard accumulé. Les billets vendus à bas prix à la dernière minute attirent un public d’un nouveau genre au All England Club, ce qui contribue à créer une atmosphère inhabituellement festive tout au long de la journée.  

Wimbledon – ACTION IMAGES / PANORAMIC

L’histoire : La pluie a fait plier la tradition

Wimbledon est le tournoi de tennis le plus ancien et le plus prestigieux au monde. Organisé par le All England Lawn Tennis and Croquet Club depuis 1877, il s’est installé sur son site actuel en 1922, année de la construction du célèbre Centre Court. Considéré par beaucoup comme le court le plus impressionnant au monde, avec sa célèbre citation de Rudyard Kipling gravée au-dessus de l’entrée (« Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite et recevoir ces deux menteurs d’un même front »), le Centre Court a vu s’affronter tous les plus grands joueurs de l’histoire. Après la conversion, dans les années 1970, de l’US Open à la terre battue puis au ciment, et après l’abandon du gazon au profit du dur par l’Open d’Australie en 1988, Wimbledon demeure le dernier tournoi du Grand Chelem sur herbe, une surface qui convient généralement mieux aux serveurs-volleyeurs. Non seulement Wimbledon conserve sa surface historique, mais le tournoi maintient également certaines traditions comme l’obligation pour les joueurs de s’habiller en blanc, où le fait de programmer le tenant du titre en match d’ouverture sur le court central.

Une autre tradition à Wimbledon est que l’on n’y joue pas le dimanche du milieu du tournoi. Jusqu’en 1991, cette règle n’avait jamais été enfreinte, mais cette année, le temps a été particulièrement pluvieux. Quatre jours après le début du tournoi, seuls 52 des 240 matchs au programme ont été achevés. 73 heures se sont écoulées entre le moment où Stefan Edberg, le tenant du titre, a entamé son match d’ouverture sur le Centre Court, et le moment où il a serré la main de Marc Rosset, malgré une victoire en trois sets (6-4, 6-4, 6-4).

Dans ces circonstances exceptionnelles, Chris Gorring, le directeur général du All England Club de l’époque, décide, avec les autres membres du conseil d’administration du tournoi, d’enfreindre les règles et de programmer des matchs lors du Middle Sunday. Cette décision n’est pas facile à prendre, en partie à cause du poids d’une tradition vieille de plus d’un siècle, mais aussi à cause des problèmes purement pratiques qui se posent.

“Les conditions météorologiques venaient de nous obliger à programmer une journée de jeu supplémentaire lors du Middle Sunday, mais nous n’avions pas de billets, pas de sécurité, pas de restauration, pas d’arbitres, pas de personnel d’entretien et aucun précédent sur lequel s’appuyer “, se souviendra Gorring dans son livre, Holding Court.

Les officiels travaillent d’arrache-pied pour rendre la chose possible, et le dimanche 30 juin 1991, les portes de Wimbledon s’ouvrent au public pour la première fois dans l’histoire du tournoi. Les billets sont vendus à l’entrée selon le principe du premier arrivé, premier servi, pour le prix de 10 livres, ce qui permet à un public très enthousiaste d’entrer dans le All England Club, que le speaker qualifiera de “la foule la plus enthousiaste que nous ayons jamais eue sur le Centre Court “.

“Ça, c’est mon genre de public”, s’enthousiasme Jimmy Connors, malgré sa défaite contre Derrick Rostagno. “Ils ont fait la ola sur le Centre Court. Pouvez-vous imaginer une ola à Wimbledon ?”

“Ils ne se contentent pas de s’asseoir sur leurs mains, ils les utilisent en fait pour applaudir”, résume Martina Navratilova, qualifiée pour le tour suivant.

“C’était amusant, un changement d’ambiance agréable”, déclare quant à lui McEnroe, vainqueur de Jean-Philippe Fleurian. “On n’entend pas souvent un public digne d’un match de foot à Wimbledon”.

Le premier Middle Sunday de Wimbledon est un succès total. 24 894 spectateurs assistent aux matches ce jour-là, et tant les joueurs que les journalistes apprécient l’ambiance 

“Il serait intéressant de savoir combien il y avait de personnes qui n’avaient jamais mis les pieds sur le Centre Court auparavant”, se souvient Gorring. “C’était un énorme sentiment d’accomplissement, de penser que nous avions pu faire découvrir le tennis et Wimbledon à tant de personnes, et que les joueurs comme le public s’en étaient délectés. Notre plus grand pari s’est avéré payant.”

La postérité du moment : Une tradition qui prendra fin en 2022

Après une journée aussi réussie, la question est de savoir si la tradition du Middle Sunday ne devrait pas être abandonnée. “Ce dimanche ne doit pas être considéré comme une sorte de précédent”, avait pourtant déclaré Christopher Gorring à l’époque.

De fait, la tradition du dimanche de repos au milieu du tournoi a perduré à Wimbledon, même si elle sera à nouveau contournée, pour les mêmes raisons météorologiques, en 1997, 2004 et 2016. Les organisateurs ont dévoilé en 2021 que le Middle Sunday disparaitra dès 2022.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *