Ivanisevic : « Je pensais sincèrement que Novak était le favori »

Goran Ivanisevic admet avoir été "trop ​​ambitieux" d'avoir déclaré que Rafael Nadal, vainqueur de son 13e Roland-Garros dimanche, n'avait aucune chance contre Novak Djokovic. Mais il continue de croire en la force du Serbe.

partager

Tennis Majors : La finale de Roland-Garros s’est déroulée de manière peu attendue, non pas à cause de la défaite de Novak Djokovic, mais en raison du score (6-0, 6-2, 7-5) …

Goran Ivanisevic : J’étais vraiment certain de la victoire de Novak Djokovic à Paris, je l’ai plusieurs fois écrit à Miljan (Amanovic, le kiné de Djokovic). J’étais un peu trop ambitieux quand j’ai dit que Nadal n’avait aucune chance, mais je pensais sincèrement que Novak était le favori. Je sais que le Chatrier est le salon de Rafa et qu’il peut y gagner même quand il joue mal. Mais, encore une fois, j’étais convaincu que cette année, le titre serait pour Novak. Mais Novak n’a pas joué aussi bien que d’habitude et Rafa a parfaitement joué. Malheureusement, Novak a réussi à retrouver ses coups alors qu’il était mené deux sets à zéro, avec un break de retard dans le troisième. A ce moment-là, c’était trop tard.

TM : Selon vous, qu’est-ce qui explique le match de Novak ? Certes, Nadal a été phénoménal, mais si Novak avait été meilleur, aurions-nous assisté à un match plus serré ?

GI : Nadal l’a surpassé tactiquement et dans tous les autres domaines. C’est exactement ce qu’il s’est passé à Melbourne, avec les rôles inversés : Novak avait « tué » Rafa, et là, Rafa a riposté. Beaucoup d’attentes, beaucoup d’enjeux… Les deux dernières finales qu’ils se sont disputées n’ont pas été les meilleures dans le jeu. La raison ? Je ne sais pas… Tout a mal commencé, Novak a été breaké d’entrée alors qu’il menait 40-15 et c’est difficile de revenir quand on installe Rafa dans sa zone de confort. Je sentais que les conditions favorisaient Novak, mais c’était comme s’il n’était pas présent et Rafa n’a pas arrêté d’envoyer, et d’envoyer. Il y a eu une lueur d’espoir à 5-4 dans le troisième set. Mais il n’y avait aucun moyen de revenir définitivement.

Ivanisevic : « C’est facile de jouer la sécurité, j’ai dit ce que je ressentais et je ne le regrette pas »

TM : Lors de ses deux derniers matches à Roland-Garros, le service de Novak ne semblait pas fonctionner comme il devrait. Il n’a réussi que quatre services gagnants contre Nadal…

GI : Je ne pense pas qu’il ait mal servi en finale. Oui, il aurait pu être meilleur – parfois il forçait trop, peut-être aurait-il pu servir plus souvent à l’extérieur et venir plus souvent au filet. Nous pouvons entrer dans les détails, mais à l’exception du premier set, je pense que le service était bon. Nadal a juste retourné magnifiquement et a fait en sorte que le service de Novak semble facile à relancer.

TM : Regrettez-vous d’avoir fait ce commentaire sur Nadal ?

GI : Non, non, non. Je pensais sincèrement ce que j’ai dit, mon droit est de dire ce que je pense et de croire en mon joueur, je pensais que c’était l’année de Novak à Roland-Garros. Encore une fois, j’étais un peu trop ambitieux en disant que Nadal n’avait aucune chance, mais j’ai favorisé Novak à ce moment-là. J’exprime toujours mes opinions directement, mais ce n’est pas ce qui s’est passé – c’est comme ça.

Avant la finale de l’année dernière à Melbourne, j’ai déclaré que les chances étaient de 50-50 et Novak a fini par détruire Rafa. Il est toujours facile de jouer la sécurité et de dire « Nous verrons » ou « Le gagnant sera le meilleur joueur un jour donné », mais je l’ai dit comme je le sentais. Nadal m’a montré que j’avais tort, évidemment. C’est comme ça, on peut passer à autre chose.

Nadal Djokovic Open Australie 2019

TM : Pensez-vous que Novak peut à nouveau gagner Roland Garros ?

GI : Je pense, oui. Rafa est le roi absolu là-bas et quand vous mettez les pieds dans sa maison, vous devez jouer au meilleur de vos capacités. Cette année a été étrange, qui sait comment sera la prochaine, mais pourquoi pas lui ? Novak était en finale, Nadal et lui sont les deux meilleurs joueurs du monde et ils vont très certainement s’affronter dans d’autres finales du Grand Chelem. J’espère sincèrement que cela aura lieu à Paris l’année prochaine. Et je le répète : Novak peut le battre, j’en suis toujours convaincu.

Ivanisevic : « Djokovic est un champion et un combattant, il gagnera d’autres Grands Chelems »

TM : Après le match, on a demandé à Djokovic s’il pense qu’il est trop tard pour rattraper Nadal et Federer en termes de titres du Grand Chelem et il a répondu que ses objectifs restent les mêmes. Selon vous, pendant combien de temps Novak pourra-t-il continuer à se battre pour les plus grands trophées ?

GI : Sûrement encore trois ans. Nadal a un an de plus que lui et nous avons vu ce qu’il est encore capable de faire – ses exploits à Paris sont peut-être le plus grand exploit de l’histoire du sport, un des plus grands au moins. Je ne parle pas seulement du tennis, mais du sport en général. Novak a certainement devant lui des excellentes saisons et des titres du Grand Chelem. Tout comme Nadal est le roi à Paris, Novak est le roi à Melbourne – il est le favori là-bas, tout comme à Wimbledon et à l’US Open. Novak devrait bientôt battre Federer dans le nombre de semaines passées comme numéro 1 mondial. Et j’ai dit il y a quelque temps que Rafa et lui dépasseront le record de titres du Grand Chelem de Roger – je m’en tiens à cela. 

TM : Avant la fin de l’année, Novak jouera à Vienne, Paris et Londres. Où l’accompagnerez-vous ?

GI : Nous n’avons pas encore pris de décision définitive. Il jouera à Vienne, mais je ne sais pas ce qui se passera à Paris et si cela a un sens d’y jouer – il ne peut ni gagner ni perdre des points. Il n’a pas bien joué à Londres l’année dernière, il peut donc y gagner des points. Marian (Vajda, l’entraîneur de Djokovic) et moi allons nous arranger en conséquence. Novak prendra du temps cette semaine pour se reposer et remplir certaines obligations envers les sponsors. Après, nous commencerons à nous préparer pour Vienne et Londres.

Djokovic Nadal Roland 2020

TM : Je suppose que vous n’avez pas encore discuté de l’Australie. Qui va accompagner Novak et à quoi cela va t-il ressembler ?

GI : Nous n’en avons aucune idée. On ne sait toujours pas où Novak jouera en Australie. Il y a une quarantaine obligatoire de deux semaines. Nous avons plus de temps qu’il n’en faut, nous allons nous asseoir ensemble et établir un programme. Le monde n’a pas cessé de bouger – il a perdu une finale. C’est ce que Nadal a ressenti à Melbourne l’année dernière – c’est maintenant le tour de Novak. C’est un champion et un combattant, il l’a montré lorsqu’il a pu rebondir et remporter le titre à Rome après ce malheureux incident à l’US Open. L’année prochaine sera forcément intéressante

TM : Nadal et Federer ont chacun 20 titres du Grand Chelem et le débat autour du plus grand joueur de tous les temps est à nouveau sous les projecteurs. À votre avis, quels autres facteurs, en dehors des titres majeurs, devraient être pris en compte dans la discussion sur le GOAT ?

GI : Tout d’abord, le nombre de semaines comme numéro un mondial, les titres en Masters 1000 et le bilan de leurs face à face. Mais qui est vraiment le GOAT sera une question de préférence, de goût personnel, et cela durera toujours. Pour moi, cette personne est Novak, pour d’autres, Federer ou Nadal. Il sera très difficile de parvenir à un consensus sur ce sujet. Mais si Novak parvient à remporter plus de titres du Grand Chelem que Nadal et Federer, il n’y aura tout simplement pas de place pour un dilemme.

 

  • partager
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités

Des contenus exclusifs (vidéo, analyses, interviews ...), des rencontres avec les champions, des conseils techniques, et toute l'actualité du tennis... Abonnez-vous à tennismajors.com, le site que tous les passionnés de tennis attendaient !