Dodin et Gaston éliminés, mais il reste de nombreux Français : ce qu’il faut retenir du premier tour des qualifications de l’Open d’Australie

Le premier tour des qualifications de l’Open d’Australie s’est achevé ce lundi avec notamment la défaite d’entrée d’Hugo Gaston. Voici ce qu’il faut savoir à la veille du deuxième tour.

Gaston Montpellier 2020

Le premier tour des qualifications de l’Open d’Australie s’est achevé ce lundi à Doha (pour les hommes) et Dubaï (pour les femmes). Ces deux journées ont été marquées par les nombreuses victoires françaises – malgré les défaites d’Hugo Gaston et d’Océane Dodin – l’histoire rocambolesque d’Elliot Benchetrit, battu par un joueur testé positif au Covid-19, mais également les éliminations surprises de Lorenzo Musetti et de Thiago Seyboth Wild et le retour gagnant de l’enfant terrible du tennis australien, Bernard Tomic.

Les Français excellents malgré Dodin et Gaston

Les Français ont pour l’instant le goût de ces qualifications délocalisées. Sur les 16 joueurs et joueuses sur les courts à Doha et Dubaï, 12 ont franchi le premier tour. Côté féminin, un 4 sur 5 est à saluer avec la défaite décevante d’Océane Dodin (107e), tête de série numéro 2 du tableau, comme seule ombre au tableau. Sinon, Clara Burel a ouvert son compteur en qualifs de Grand Chelem, et Tessah Andrianjafitrimo, Chloé Paquet et Harmony Tan se sont imposées sans problèmes. Aucune n’étant tête de série, de sacrés défis les attendent au deuxième tour : Timea Babos (115e) pour Andrianjafitrimo, Anna Kalinskaya (114e) pour Burel, Caty McNally (121e) pour Tan. Seule Paquet sera opposée à une adversaire dans ses eaux, seulement trois places devant elle : Yuki Naito (184e).

Les Français ont eux aussi passé deux belles journées. Seules trois éliminations sont à déplorer : Hugo Gaston a cédé d’entrée contre l’Australian Max Purcell (238e), Benjamin Bonzi, excellent lors de la fin de la saison 2020, s’est raté contre son compatriote Quentin Halys et Enzo Couacaud a craqué contre l’Américain Mitchell Krueger.

Arthur Rinderknech, Antoine Hoang, qui a battu le vétéran espagnol Tommy Robredo, Mathias Bourgue, Grégoire Barrère, tête de série numéro 1 du tableau, Maxime Janvier, tombeur de Lukas Rosol, Alexandre Muller, Constant Lestienne et donc Quentin Halys verront le deuxième tour.

Plusieurs d’entre eux se feront face pour une place pour le dernier tour : Barrère et Janvier, mais aussi Hoang et Rinderknech.

L’imbroglio Benchetrit

Elliot Benchetrit a vécu un drôle de baptême du feu sous ses nouvelles couleurs. Battu 6-4, 6-3 par Denis Kudla, le Marocain a avoué que son adversaire avait appris en toute fin de match qu’il était positif au coronavirus.

Benchetrit a expliqué que s’il avait remporté le jeu à 5-3 pour revenir à 5-4, il aurait été désigné vainqueur de la rencontre ! Malheureusement pour lui, Denis Kudla a pu conclure la partie mais l’Américain est désormais exclu des qualifications de l’Open d’Australie et obligé de se mettre en quarantaine à Doha.

« La règle était de finir le jeu en cours avant l’arrêt du match et c’était justement lors du dernier jeu du match donc il a été désigné vainqueur… » a expliqué Elliot Benchetrit, joint par téléphone par Tennis Majors.

Lire aussi : Benchetrit nous raconte la folle histoire du test positif de son adversaire… en plein match

Elliot Benchetrit, Montpellier 2020

Outre Dane Sweeny, qui a bénéficié du forfait de Denis Kudla, un autre joueur est déjà qualifié pour le troisième tour sans avoir eu à combattre : Mario Viella Martinez, qui profite du forfait de Francisco Cerundolo, testé positif au Covid-19.

Brown et Troicki font de la résistance, Musetti et Seyboth Wild passent à côté

Les qualifications de Grand Chelem sont toujours l’occasion de croiser du beau monde entre jeunes aux portes du Top 100 et plus expérimentés, bien décidés à y revenir. Viktor Troicki (203e), tombeur de Jurij Rodionov (143e) a montré qu’il avait encore des atouts. Dustin Brown également : le bombardier allemand a franchi le premier tour, tout comme Sergey Stakhosky. Ça s’est moins bien passé pour Guillermo Garcia-Lopez, Tommy Robredo et Ernest Gulbis, tous trois battus en deux manches.

Côté jeunes espoirs, Lorenzo Musetti, l’une des révélations de la saison 2020, ne disputera pas son premier Grand Chelem en carrière. L’Italien, 129e mondial, a cédé d’entrée contre le Néerlandais Botic Van De Zandschulp. C’est également le cas de Thiago Seyboth Wild (117e). Le Brésilien, vainqueur d’un titre ATP en 2020, a fini par céder au bout du suspense contre Robin Haase, qui fait de la résistance. Carlos Alcaraz, lui, ne s’est pas manqué. La pépite espagnole (141e) a renversé le Slovaque Filip Horansky pour rallier le deuxième tour.

Lire aussi : « Ne pas vivre comme les ados de mon âge n’est pas un si grand sacrifice » : Interview exclusive de Carlos Alcaraz

Et puis, on a retrouvé Bernard Tomic ! Absent sur le circuit principal depuis sa défaite en huitièmes de finale du Challenger de Monterrey, le 6 mars 2020, l’enfant terrible du tennis australien, redescendu au 228e rang, a réalisé une belle performance contre le solide Jozek Kovalik, 131e mondial. Face à son jeune compatriote Tristan Schooltake (839e), Tomic a une nouvelle occasion de renaître de ses cendres.

Konjuh de retour, Bouchard solide

Ana Konjuh n’avait pas disputé un Grand Chelem depuis juillet 2018, à Wimbledon. La Croate, qui a subi quatre opérations au coude et traversé trois saisons quasi-blanches, a franchi le premier tour contre Anna-Lena Friedsam, tête de série 4 de ces qualifications.

Lire aussi : « J’aime ce sport, tout simplement » – Après quatre opérations au coude, Ana Konjuh garde la « foi » en son come-back

D’anciennes pensionnaires du top 50 WTA ont franchi ce premier obstacle : Sara Errani (131e), Timea Babos (115e), Varvara Lepchenko (181e), Tsvetana Pironkova (136e), Aleksandra Krunic (232e), Margarita Gasparyan (125e), Mihaela Buzarnescu (137e), Lesia Tsurenko (146e) ou encore Genie Bouchard (141e), tombeuse en deux manches de la wild-card australienne Abbie Myers.

C’est en revanche terminé pour Kurumi Nara (160e), Stefanie Voegele (116e) et Monica Niculescu (144e), battue par Francesca Jones, qui a la particularité d’être née avec seulement quatre doigts à chaque main.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *