Kokkinakis, Nagal, Rodionova : Qui sont les huit nouveaux invités pour l’Open d’Australie ?

Quelques jours après avoir délivré ses premières wild cards, Tennis Australia en a dévoilé huit nouvelles pour l’Open d’Australie 2020. Parmi elles : Andy Murray, Thanasi Kokkinakis ou encore Destenee Aiava.

Thanasi Kokkinakis, wild card Open d'Australie

Tennis Australia délivre ses cadeaux au compte-goutte. Après avoir révélé six wild-cards pour l’Open d’Australie juste avant Noël, la Fédération de l’île-continent en a annoncé huit autre ce dimanche : cinq hommes et trois femmes. Déjà invité à l’US Open et Roland-Garros, Andy Murray, grâce à sa carrière et son palmarès colossaux, bénéficie du même traitement de faveur pour pouvoir user ses semelles sur le dur de Melbourne. Outre l’Ecossais, qu’on ne présente plus, voici les heureux élus.

Lire aussi : Murray, bénéficiaire d’une wild-card, sera bien à l’Open d’Australie

Tableau masculin

Thanasi Kokkinakis : Arrivé sur le circuit principal très jeune, à 18 ans, l’Australien était le grand espoir du pays avec Nick Kyrgios. 69e mondial en août 2015, quelques mois après son 19e anniversaire, le natif de Seacombe Heights est désormais à l’arrêt. Lâché par un corps qui semble se fissurer de partout et craquer dès ses retours de blessures, il pointe désormais au 260e rang mondial. Mais entre deux “pépins” physiques, son talent peut toujours faire des ravages. Comme en 2018, à Miami, lorsqu’il s’était offert une victoire de prestige face à Roger Federer (3-6, 6-3, 7-6).

Alex Bolt : Australien de 27 ans, Alex Bolt se révèle sur le tard. Deux fois titré en Challenger, le gaucher de Murray Bridge a réussi la plus belle performance de sa carrière à l’Open d’Australie, en 2020. Invité, déjà, il s’est imposé face à Jack Sock, puis Gilles Simon, en cinq sets, avant de chuter contre Alexander Zverev au troisième tour. Actuellement 171e mondial, il est numéro 9 australien.

Aleksandar Vukic : Numéro 10 australien et 196e au classement ATP, Aleksandar Vukic s’apprête à disputer son deuxième tableau principal en Grand Chelem. L’an passé, à Roland-Garros, il était parvenu à s’extirper des qualifications avant de s’incliner face à Pedro Martinez au premier tour. Si dans ses songes les plus fous, ce joueur de 24 ans se voit manager d’un club de Premier League, il rêve aussi de gagner son premier match sur le circuit principal.

Sumit Nagal : A 23 ans, il incarne la relève du tennis indien. Numéro 2 de son pays, il est 136e de la hiérarchie planétaire, à sept places seulement du trentenaire Prajnesh Gunneswaran. Vainqueur de deux tournois Challenger depuis 2017, ce petit gabarit – 1,78 m – s’est déjà frotté à certains des cadors les plus imposants du circuit. S’il a concédé une défaite en trois sets secs (6-3, 6-3, 6-2) face à Dominic Thiem au deuxième tour du dernier US Open, il peut être fier de la manche gagnée contre Roger Federer (4-6, 6-1, 6-2, 6-4) à New York l’année précédente, pour son premier match en Grand Chelem.

 

Tableau féminin

Arina Rodionova : A 31 ans, l’Australienne est 169e à la WTA. Son meilleur classement date d’octobre 2017 : 116e. En Grand Chelem, son meilleur résultat est un deuxième tour. Performance réussie trois fois : à Wimbledon et à l’US Open en 2017, puis à Roland-Garros l’an passé. C’est sur gazon qu’elle compte les deux plus belles performances de sa carrière. En 2011, à Birmingham, elle avait dominé, Kaia Kanepi ; en 2017, à Wimbledon, elle s’était offert Anastasia Pavlyuchenkova. L’Estonienne et la Russe pointaient toutes deux au 17e rang mondial au temps de ces matchs.

Destanee Aiava : 147e mondiale en septembre 2017, la jeune Australienne est désormais 215e à 20 ans. Victorieuse de l’Open d’Australie junior en 2016, elle avait gagné son ticket pour le tableau principal de l’édition 2017 et était devenue ainsi la première joueuse née dans les années 2000 à disputer un Majeur, hommes et femmes confondus. En quatre duels face à des membres du Top 10, elle compte une victoire : celle face à Aryna Sabalenka (7-6, 1-6, 6-4), sur gazon, au premier tour de ‘s-Hertogenbosch en 2019.

Wang Xiju : A 19 ans, la jeune Chinoise, 123e mondiale, est la 7e joueuse de son pays. En février 2020, elle s’était révélée en atteignant les demi-finales du tournoi d’Acapulco. Sortie des qualifications à l’US Open 2019, elle va disputer son deuxième tableau principal en Grand Chelem grâce à la wild-card délivrée par Tennis Australia. Sa plus belle victoire est un succès (6-3, 6-4) face à Petra Martic, alors 15e au classement WTA, à Hua Hin en février 2020.

(Crédit photo : Thanasi Kokkinakis, Panoramic / Action Plus)

Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *