Brady atteint sa première finale en Grand Chelem en résistant à Muchova

Jennifer Brady s’est qualifiée jeudi pour sa première finale de Grand Chelem aux dépens de Karolina Muchova (6-4, 3-6, 6-4). L’Américaine affrontera Naomi Osaka en finale.

Jennifer Brady, Australian Open, 2021

Jennifer Brady n’avait jamais atteint les quarts de finale d’un tournoi du Grand Chelem avant septembre 2020. Depuis, l’Américaine a disputé les demi-finales de l’US Open et s’est qualifiée jeudi pour la finale de l’Open d’Australie, aux dépens de Karolina Muchova (6-4, 3-6, 6-4, en 1h57). Un exploit d’autant plus retentissant que Brady est la seule tête de série (N.22) à avoir vécu une quarantaine stricte pendant les deux semaines suivant son arrivée à Melbourne, parce que considérée comme cas contact d’une personne testée positive à la COVID-19 dans l’avion dans lequel elle avait voyagé, à ne serait-ce qu’avoir atteint les huitièmes de finale du tournoi.

Brady : « J’ai les jambes qui tremblent »

Comme lors de sa demi-finale de l’US Open, où elle avait opposé une sacrée résistance à son adversaire (7-6, 3-6, 6-3), Brady sera opposée samedi à Naomi Osaka, impressionnante face à Serena Williams jeudi (6-3, 6-4) et qui jouera sa quatrième finale en Grand Chelem sans en avoir jamais perdu une seule. Ce qui en fera l’incontestable favorite. A 25 ans, Brady aura l’avantage d’aborder ce rendez-vous sans la moindre pression. Tout le contraire de sa fin de match face à Muchova.

« J’ai les jambes qui tremblent », a avoué la 24e joueuse mondiale au micro de la Rod Laver Arena, peu après sa cinquième balle de match, qui devait être la bonne.


Quelques minutes plus tôt, c’était son bras qui tremblait. Pendant ce dernier jeu, Brady a lutté contre la tension ambiante et une Muchova libérée par le fait d’être dos au mur. Mais la Tchèque (N.25) a vendangé trois balles de break, dont deux sur des deuxièmes balles servies par l’Américaine sur son revers. Ce qui lui donnera à coup sûr des regrets, comme cette double-faute qui a offert le premier set à Brady, dont le break décisif est venu au meilleur moment pour s’adjuger la manche inaugurale, à 5-4.

Muchova : 20 fautes directes dans le troisième set

Muchova a eu le mérite de ne pas s’écrouler après ce coup du sort et de revenir encore plus forte dans le second acte. Pour preuve, elle n’y a lâché qu’un seul point sur son service, a breaké d’entrée et a mis un point d’honneur à conclure sur l’engagement de son adversaire, pour avoir le privilège d’entamer la manche décisive au service. Mais Brady a effacé cet avantage dès le troisième jeu et n’a plus tremblé jusqu’à cette fin de match ultra-tendue. Rien de plus normal entre deux joueuses qui visaient leur première finale en Grand Chelem et qui étaient si proches dans le jeu.

Karolina Muchova, Australian Open, 2021

Muchova a ainsi terminé la rencontre avec plus de coups gagnants (21-20) et moins de fautes directes (29-38) que Brady. Mais la Tchèque a commis 20 de ses fautes directes dans la dernière manche, quand l’Américaine a terminé ce set avec un ratio équilibré (8 coups gagnants pour 8 fautes directes). Plus solide dans les points importants, c’est là que Brady a fait la différence. Elle devra encore être irréprochable dans ce domaine face à Osaka, qui est impériale depuis le début de la quinzaine, pour seulement se donner une chance de rêver. Mais depuis six mois, du rêve à la réalité, il n’y a qu’un pas pour Brady.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *