L’Open d’Australie veut une quarantaine plus souple sous peine d’annulation

Craig Tiley, directeur de l’Open d’Australie, espère éviter une quatorzaine stricte pour les joueurs, sous peine de devoir annuler le tournoi.

Craig Tiley - Open d'Australie

Roland-Garros à peine fini, les regards se tournent déjà vers l’Open d’Australie 2021. Prévu du 18 au 31 janvier, le premier Grand Chelem de la prochaine saison devra s’accommoder des règles sanitaires en vigueur à Melbourne. Directeur du tournoi, Craig Tiley espère éviter une quatorzaine stricte pour les joueurs, sous peine d’annulation. A la place, Tiley souhaite organiser une bulle sanitaire permettant aux joueurs de s’entraîner quotidiennement sans contact avec l’extérieur.

« Si les joueurs doivent passer deux semaines à l’hôtel avant le début de leur saison, ça n’aura pas lieu, a expliqué Tiley à l’Australian Associated Press. Vous ne pouvez pas demander à un joueur de passer deux semaines en quarantaine, puis de jouer un Grand Chelem. Nous acceptons qu’un voyageur étranger soit contraint de passer deux semaines en quarantaine. Mais nous négocions pour mettre en place un environnement où ils pourront aller s’entraîner pendant ces deux semaines. »


Le coût de la quarantaine, qui sera assumé par les joueurs, est estimé à 3 000 dollars australiens, soit environ 1 800 euros.

Une assurance annulation expirée cette année

Un plan basé sur l’hypothèse que l’Australie aura ouvert à nouveau ses frontières d’ici janvier. Dans ce cas, l’Open d’Australie aura lieu, avec un public réduit à 25% de la jauge de capacité habituelle et seulement trois personnes accompagnant chaque joueur. Serena Williams et Roger Federer ont déjà annoncé leur intention d’être présents. En cas de restrictions de déplacement entre les différents états australiens, Craig Tiley a également évoqué la possibilité de déplacer à Melbourne les tournois de l’ATP Cup, prévus à Brisbane, Adélaïde et Hobart début janvier.

Djokovic Nadal ATP CUP 2020

La tenue de l’Open d’Australie, et de toute la tournée prévue sur le continent, est donc soumise aux décisions gouvernementales. En cas d’annulation, l’Open d’Australie ne serait pas couvert par son assurance contre les pandémies. Expirée cette année, elle n’a pas pu être prolongée. La route jusqu’à Melbourne est encore longue, autant pour les joueurs que pour les organisateurs.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *