Refuser la défaite ou mettre les genoux à terre : Le recap de la 3e journée

Sacré à Hambourg dimanche, Andrey Rublev a frôlé la correctionnelle contre Sam Querrey au premier tour de Roland-Garros. Le Russe s’en est finalement sorti en cinq sets, tout comme Stefanos Tsitsipas face à Jaume Munar. Les Français, eux, ont sombré.

L’homme du jour : Rublev, forte tête

Il aurait pu abdiquer, en rester là et rentrer chez lui. Mais ce n’était pas dans ses plans. 24 heures à peine après avoir soulevé le trophée du tournoi de Hambourg, Andrey Rublev débarquait sur le court Simonne-Mathieu pour y affronter Sam Querrey. Le Russe, 12e mondial, a d’abord lâché un set, puis deux. Puis, dans le troisième, il s’est retrouvé mené 5-3, service à suivre pour l’Américain de 32 ans (48e à l’ATP), unanimement reconnu pour la qualité de ses mises en jeu. C’est à ce moment, alors que tout paraissait perdu, que le joueur de 22 ans a enclenché une incroyable remontée, conclue par une victoire inespérée (6-7, 6-7, 7-5, 6-4, 6-3). Comme en Allemagne, le Moscovite s’est écroulé sur la terre battue une fois la balle de match concrétisée. Conscient d’être passé tout près d’une grosse désillusion. Conscient, aussi, d’avoir accompli un sacré come-back.

Andrey Rublev - Roland-Garros 2020

Le match du jour : Dos au mur, Tsitsipas a renversé Munar

Les deux finalistes du Germany Open d’Hambourg ont décidément connu une entrée en lice riche en émotions à Roland-Garros. A l’image d’Andrey Rublev, Stefanos Tsitsipas a également connu un démarrage très compliqué. Mené deux manches à zéro par l’Espagnol Jaume Munar, 109e mondial, l’Athénien semblait parti pour connaître une nouvelle désillusion en Grand Chelem après celle subie à l’US Open (élimination au 3e tour par Borna Coric). Mais comme Rublev, le joueur grec s’est réveillé juste à temps et a réussi à inverser la vapeur à l’issue d’un sacré combat (4-6, 2-6, 6-1, 6-4, 6-4). Il retrouvera son « idole » Pablo Cuevas au 2e tour.

La surprise du jour : Brady déjà au tapis

Elle était l’une des très belles surprises du dernier US Open. Demi-finaliste à New York en affichant un niveau de jeu époustouflant et seulement battue par une Naomi Osaka poussée dans ses derniers retranchements, Jennifer Brady a pris rendez-vous avec l’avenir. Remportera-t-elle un jour un tournoi du Grand Chelem ? Oui, peut-être. Mais une chose est sûre : ce ne sera pas ce Roland-Garros 2020, puisque la joueuse originaire de Pennsylvanie, tête de série No 21, a été surprise par l’étonnante Danoise Clara Tauson, modeste 187e mondiale et seulement âgée de 17 ans (6-4, 3-6, 9-7), dont c’est la première apparition dans un tableau final en Grand Chelem.

La femme du jour : Parmentier, clap de fin

Pour l’ensemble de son œuvre, elle méritait d’être mise à l’honneur. Ce mardi soir, vers 23h30, Pauline Parmentier n’a pas seulement perdu un 1er tour de Roland-Garros face à la Russe Veronika Kudermetova, 42e mondiale (6-2, 6-3). Elle a surtout fait, à 34 ans, ses adieux au monde professionnel. Plusieurs de ses plus proches soutiens, dont Amélie Mauresmo, étaient d’ailleurs dans les tribunes pour l’acclamer. Une dernière fois.

L’info du jour : Terrible hécatombe pour les Bleus

Dans le tableau masculin, six Français étaient attendus sur les courts tout au long de la journée de mardi. Au moment de dresser les comptes, le bilan fait mal : aucun d’entre eux n’est parvenu à se hisser au deuxième tour. Les expérimentés Richard Gasquet et Gilles Simon sont tombés sur plus fort, à savoir Roberto Bautista Agut (7-6, 6-2, 6-1) et Denis Shapovalov (6-2, 7-5, 5-7, 6-3). Tout comme Grégoire Barrère, impuissant face à Grigor Dimitrov (6-3, 6-2, 6-2), et Harold Mayot, qui a fait mieux que résister devant Alejandro Davidovich Fokina (7-6, 6-3, 7-5). Quentin Halys a pour sa part eu une balle de match à négocier contre Marcos Giron, mais il ne l’a pas convertie et s’est incliné dans la foulée (7-5, 3-6, 6-7, 7-5, 8-6). En fin de compte, la plus grosse déception a été causée par Ugo Humbert. Apparu très à son aise sur les terres battues romaine et hambourgeoise, le Lorrain s’est fait sortir par le lucky loser Marc Polmans (6-2, 6-2, 3-6, 6-3). Il n’y aura donc que quatre Tricolores en lice au prochain tour : Benoît Paire, Hugo Gaston, Benjamin Bonzi et Pierre-Hugues Herbert.

Le point du jour : Un tweener face à Djokovic, Ymer a osé !

Mikael Ymer n’a pas vraiment existé face à Novak Djokovic (6-0, 6-2, 6-3). Mais durant le 2e set, le Suédois s’est malgré tout permis un passing en tweener particulièrement osé… et réussi !

L’image du jour : Le double rebond de la discorde

A 5-1 dans la première manche, Kristina Mladenovic pense concrétiser sa balle de set face à Laura Siegemund sur un amorti bien senti. La balle a bien rebondi deux fois avant que l’Allemande ne la renvoie mais, problème : l’arbitre ne s’en aperçoit pas et accorde le point à l’adversaire de la Francilienne. Celle-ci perd alors complètement le fil de son jeu, puis son match (7-5, 6-3).

Mladenovic_Siegemund_Rebond_2

La citation du jour : 2020, année maudite pour Mladenovic

« Je vais essayer d’être philosophe, et de me dire que s’il faut que cela arrive, il fallait que ça arrive en 2020, parce que sérieusement c’est une sacrée drôle d’année. Je ne sais pas trop quoi dire, juste me demander pourquoi ça arrive, pourquoi cet enchaînement de mauvais sorts, si on peut l’appeler comme ça… C’est vraiment le cas, pour le coup, après l’expérience à New York et ce scénario. Je ne dis pas que j’aurais gagné, mais j’étais plutôt en jambes, j’étais bien. Après, tout prend une toute autre tournure. Honnêtement, si tous ces mauvais sorts peuvent arriver en 2020, tant mieux, comme ça on est débarrassés. Qu’on passe à autre chose. »

Les dix rencontres à suivre ce mercredi :

Mackenzie McDonald – Rafael Nadal (2)

Tsvetana Pironkova – Serena Williams (6)

Jack Sock – Dominic Thiem (3)

Simona Halep (1) – Irina Begu

Victoria Azarenka (10) – Anna Karolina Schmiedlova

Mackenzie McDonald – Rafael Nadal (2)

Elina Svitolina (3) – Renata Zarazua

Benoît Paire (23) – Federico Coria

Alexander Zverev (6) – Pierre-Hugues Herbert

Caroline Garcia – Aliaksandra Sasnovich

Caroline Garcia, Roland-Garros 2020, September 27

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *