« La pression que Tsitsipas se met joue contre lui » – L’Œil du Coach #22

Patrick Mouratoglou décrypte les failles mentales de Stefanos Tsitsipas, criantes à l’US Open, avant son entrée en lice à Roland-Garros mardi. Après avoir eu 6 balles de match face à Borna Coric, le Grec a laissé filer sa qualification en huitièmes de finale à Flushing Meadows et confirmé ses difficultés en Grand Chelem.

28 septembre 2020

Stefanos Tsitsipas n’y arrive pas en Grand Chelem. Il entrera en lice mardi à Roland-Garros, contre l’Espagnol Jaume Munar. Mais il reste sur un échec cuisant à l’US Open, où il était passé complètement à côté. A côté de 6 balles de match. Face à Borna Coric, le Grec avait l’occasion parfaite de rallier les huitièmes de finale d’un US Open 2020 plus ouvert que jamais. Malgré cela, ses démons de Majeurs ont resurgi et son mental a flanché, pour finalement perdre en 5 sets (6-7, 6-4, 4-6, 7-5, 7-6) après avoir mené 2 manches à 1 et 5-1 dans la 4e manche. Patrick Mouratoglou n’est pas surpris par cette défaillance psychologique caractéristique d’un Tsitsipas incapable de trouver le déclic en Grand Chelem. « Les problèmes qu’il a en Grand Chelem pour le moment sont plus mentaux qu’autre chose, explique le coach de Serena Williams. Il se met une énorme pression sur les épaules. C’est un joueur très ambitieux, il croit beaucoup en lui. Il respecte les autres joueurs mais il est convaincu qu’il peut battre n’importe qui. »

Décevant en Grand Chelem

Dans les faits, c’est une réalité. Deux victoires sur Roger Federer, deux sur Novak Djokovic et une face à Rafael Nadal… sur terre battue. Ajoutant à cela une dizaine de victoires sur des Top 10. Tsitsipas a les capacités de battre ses meilleurs adversaires et il l’a prouvé, mais il lui reste un cap à passer dans les plus grands tournois.

« Il a déjà battu Roger, Rafa et Novak. Mais le fait est que hormis sa demi-finale à l’Open d’Australie (en 2019), ses résultats en Grand Chelem sont décevants, et spécialement contre des joueurs qu’il devrait battre. »

A part à Melbourne l’année dernière, Stefanos Tsitsipas n’a jamais dépassé le stade des huitièmes de finale en Grand Chelem.

Stefanos Tsitsipas Hamburg 2020

Victime de la pression

A seulement 22 ans, le Grec a encore plusieurs années devant lui pour travailler sur les aspects psychologiques de son jeu. « Si les choses deviennent plus claires dans son esprit et plus solides dans son jeu, je pense que même quand la pression sera là, il la gèrera beaucoup mieux, analyse l’entraîneur français. Quand la pression est présente cela crée de la confusion, la confusion entraîne de l’hésitation, l’hésitation entraîne des erreurs, ces erreurs entraînent du doute, et là les problèmes commencent. » Le prochain test en Majeur arrive très bientôt pour Tsitsipas, qui devra se reconcentrer avant d’arriver avec une grande ambition porte d’Auteuil.

CREDITS
Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *