Nadal, c’est magistral !

Intouchable pendant deux sets et demi puis redevenu létal au moment décisif, Rafael Nadal a signé un succès incontestable face à Novak Djokovic ce dimanche (6-0, 6-2, 7-5) en finale de Roland-Garros. L’Espagnol décroche sa 13e couronne sur la terre battue parisienne.

Rafael Nadal, Roland-Garros 2020

Roland-Garros 2020, finale hommes
NADAL (n°2) bat DJOKOVIC (n°1) : 6-0, 6-2, 7-5

  • L’information principale : Impressionnant vainqueur de Novak Djokovic, Rafael Nadal a remporté le tournoi de Roland-Garros pour la 13e fois de sa carrière.
  • Vous apprendrez aussi : Trop longtemps impuissant, le Serbe a concédé là sa première défaite – hors disqualification – en 2020.
  • Pourquoi vous devez lire cet article : Pour comprendre en quoi cette finale restera sans doute dans les mémoires.

On craignait que les conditions automnales lui soient défavorables, que les nouvelles balles soient trop lourdes pour son jeu, que son manque de rythme lui joue des tours. Tout au long de la quinzaine, Rafael Nadal a prouvé que toutes ces considérations n’étaient que vaines spéculations. Ce dimanche, il a parachevé son œuvre par une hallucinante démonstration. Évoluant à un niveau stratosphérique, l’Espagnol a infligé une correction à un Novak Djokovic complètement dépassé ce dimanche (6-0, 6-2, 7-5) en finale du tournoi de Roland-Garros. Fort de ce 13e titre acquis lors des Internationaux de France, il rejoint Roger Federer au sommet du classement des joueurs le plus souvent sacrés en Grand Chelem (20).

Nadal injouable, Djokovic impuissant

Jusque-là, l’extraterrestre, c’était lui. A l’exception de son malencontreux jet de balle synonyme de disqualification durant l’US Open, Novak Djokovic surfait sur une série stratosphérique de 37 victoires de rang et s’appuyait sur une invincibilité rarement contestée en 2020. A tel point que certains pensaient le numéro 1 mondial capable de destituer Nadal chez lui, à Paris. Une folle hypothèse qui a rapidement pris du plomb dans l’aile. Après 45 minutes de jeu, le Majorquin avait empoché la première manche sur un score sans appel : 6-0. Le tenant du titre était sur une autre planète (seulement deux petites fautes directes, 76% de réussite sur premier service…) et réussissait tout ce qu’il entreprenait. Son rival, impuissant et trop imprécis (treize fautes directes), n’a pu que courber l’échine.

Novak Djokovic, Roland-Garros 2020

La tendance s’est confirmée pendant la deuxième manche. « Nole » a certes réussi, tant bien que mal, à empocher ses deux premiers jeux de la partie. Mais l’écart était encore trop grand, entre les deux champions, pour envisager un éventuel retournement de situation. La correction paraissait d’autant plus inéluctable lorsque « Rafa » a signé un énième break au milieu du troisième set (3-2). C’est toutefois à ce moment que le joueur serbe, sous l’éteignoir jusqu’alors, a connu un sursaut d’orgueil synonyme de débreak et de léger mieux dans le jeu… avant une double-faute très fâcheuse sur balle de break à 5-5. Le jeu qui a suivi n’a été qu’une formalité et Nadal, après 2h41 très précisément, a pu exulter.

Nadal égale Federer

Il y a douze ans – déjà ! -, au même endroit et au même stade du tournoi, le « Taureau de Manacor » avait infligé une correction mémorable à Roger Federer (6-1, 6-3, 6-0). Le score a été à peine un peu moins lourd cette fois, mais cette finale restera malgré tout gravée dans le marbre pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que Nadal a réalisé, à 34 ans, une performance incroyable, qui figure assurément parmi les meilleurs matchs de sa carrière. Ensuite parce que cette 100e victoire et ce 13e titre sur la terre battue parisienne lui permettent d’entrer encore davantage dans l’histoire de ce Grand Chelem. Enfin, et surtout, il est désormais l’égal de Federer en termes de nombre de Majeurs remportés (20 sacres). Et, le plus fort dans cette histoire, c’est que ces géants du tennis n’ont sans doute pas fini de nous faire rêver.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *