Fantomatique dans le premier set, rageur ensuite, Djokovic poursuit sa quête

Malmené dans le premier set, Novak Djokovic a finalement dominé l’Américain Jenson Brooksby (1-6, 6-3, 6-2, 6-2) en huitièmes de finale de l’US Open. Il est à trois matchs du Grand Chelem calendaire.

Novak Djokovic at the 2021 US Open

Sa mission donne parfois le vertige. Un Graal qui agite le monde du tennis, et qui prend un peu plus d’ampleur à chaque nouveau tour, chaque nouveau break, chaque nouveau set gagné ou perdu. Novak Djokovic est toujours là. Prêt à réaliser sa quête du Grand Chelem calendaire. Comme indéboulonnable sur une rencontre en cinq manches.

Le numéro 1 mondial peut être fantomatique pendant 30 minutes, commettre 41 fautes directes sur un match (contre 28 pour son adversaire), il semble toujours prêt à rebondir. Ecrasé lors du premier set, Djokovic a finalement essoré Jenson Brooksby en quatre manches (1-6, 6-3, 6-2, 6-2), lundi en night session, en huitième de finale de l’US Open. Il retrouvera Matteo Berrettini en quarts de finale, après leur finale à Wimbledon.

« C’était un match de qualité, a décrit Djokovic après la rencontre. Il n’avait rien à perdre. Il a fait un premier set parfait. »

Le premier set du numéro 1 mondial a surtout été catastrophique. Dépassé par l’Américain de 20 ans, tête basse, Djokovic a laissé filer la première manche en 29 minutes. 11 fautes directes (une seule pour Brooksby), un nouveau « Djokosmash » dans le filet à 5-1, devant un public américain abasourdi face à la faiblesse du Serbe.

20 minutes d’un jeu de folie dans le deuxième set

Djokovic a perdu la première manche lors de trois de ses quatre matchs à cet US Open. Comme toujours, il s’est relevé. « Le momentum a changé au milieu du deuxième set », a-t-il estimé après la rencontre. Sûrement après ce jeu hallucinant, à 3-1, lorsque le Serbe venait de breaker Brooksby, n°99, et invité sur cet US Open. 20 minutes de folie, 24 points disputés, jusqu’à ce que Brooksby parvienne à débreaker, au bout de l’effort, après avoir tenté tous les coups possibles : slice, passing, revers, montée à la volée.

L’Américain a tout gâché ensuite. Une amortie trop audacieuse a permis à Djokovic de breaker dans la foulée. Regard noir du Serbe, cri de rage : le numéro 1 mondial n’a plus rien cédé à l’Américain. Il n’a concédé que quatre petits jeux lors des deux manches suivantes.

Brooksby, lui, avait trop souffert pendant un set et demi. « Je ne peux plus bouger ! », a-t-il lancé à son clan, dans le troisième set. Les soigneurs sont intervenus pour tenter de masser sa cuisse gauche. Mais Brooksby n’avait plus rien à donner. Le public non plus. Il a applaudi à plusieurs reprises Djokovic, bien obligé de reconnaître sa domination. 

Le numéro 1 mondial retrouvera Matteo Berrettini pour la troisième fois de la saison en Grand Chelem (après Roland-Garros et Wimbledon). « Berrettini, il a un tennis marteau ! », a-t-il lancé avec humour après la rencontre, à propos de la puissance de l’Italien. La quête du Serbe se poursuit.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *