Berrettini : “Je dois remercier ma mère pour avoir des bras aussi longs”

Matteo Berrettini a sauvé deux balles de match, dimanche contre Stefanos Tsitsipas, pour remporter la première édition de l’Ultimate Tennis Showdown. The Hammer a affiché sa joie… mais n’a pas pu célébrer sa victoire.

Matteo Berrettini, UTS 2020

Matteo Berrettini a longtemps soufflé, dimanche, après sa victoire en finale de l’Ultimate Tennis Showdown. Il a soufflé de soulagement. Sa victoire contre Stefanos Tsitsipas s’est jouée à rien. A un coup droit croisé lors d’une mort subite intense, qui lui a fait remporter le titre, après que le Grec a eu deux balles de match. L’Italien a pourtant mené deux quarts-temps à rien, mais Tsitsipas est revenu de loin pour le pousser à la mort subite.

J’ai vraiment joué un bon troisième quart-temps, mais j’ai ensuite perdu un peu d’énergie, et je dois avouer qu’il a commencé à jouer de mieux en mieux, a résumé Berrettini, dimanche soir. “Il y a eu une adrénaline géniale, mais aussi un gros niveau de jeu, a-t-il précisé. Je suis vraiment heureux de ma performance aujourd’hui (dimanche).

Le 8e mondial, qui poursuit son ascension dans le tennis mondial, est revenu sur les deux points qui ont scellé sa victoire. “Je dois remercier ma mère pour avoir des bras aussi longs et être aussi grand !“, a souri le Romain après sa victoire. Il était interrogé par Pete Odgers et Jenny Drummond, les commentateurs de l’UTS. The Hammer a fait référence à cette balle de match de Tsitsipas qu’il a sauvée, en s’arrachant à la volée, après un passing de revers du Grec. “Sur ma balle de match, je savais qu’il allait jouer sur mon coup droit, a poursuivi Berrettini. A ce moment là, j’ai juste fermé les yeux, et j’ai frappé la balle en coup droit pour trouver un passing…” Quand l’Italien a ouvert les yeux, il était le vainqueur de la première édition de l’UTS.

“Je ne peux pas faire la fête ce soir, je joue mardi ! “

Berrettini est revenu, aussi, sur son expérience de cinq semaines à l’UTS. “J’ai adoré, a indiqué l’Italien. Le format va m’aider lors de mes prochains matches. Samedi, à Kitzbühel, j’ai joué un match normal (au Thiem’s 7), et je me suis dis : ‘Oh, qu’est-ce que c’est lent !’ Après 14 minutes de jeu, je menais seulement 2-1. A l’UTS, j’avais moins de temps pour servir entre les points. Cela m’a poussé à adapter mon jeu à mon service. Cela m’a également forcé à toujours penser au points suivant.

Mais l’Italien n’aura pas pu fêter sa victoire, dimanche soir. “Je ne peux pas faire la fête ce soir (dimanche), car je joue mardi sur gazon !“, a-t-il soufflé. Il se rend en Allemagne ce lundi, pour jouer le tournoi d’exhibition de Berlin. Il aura mérité au moins une coupe de champagne.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *