Berrettini : « Je dois remercier ma mère pour avoir des bras aussi longs »

Matteo Berrettini a sauvé deux balles de match, dimanche contre Stefanos Tsitsipas, pour remporter la première édition de l’Ultimate Tennis Showdown. The Hammer a affiché sa joie… mais n’a pas pu célébrer sa victoire.

Matteo Berrettini, UTS 2020

Matteo Berrettini a longtemps soufflé, dimanche, après sa victoire en finale de l’Ultimate Tennis Showdown. Il a soufflé de soulagement. Sa victoire contre Stefanos Tsitsipas s’est jouée à rien. A un coup droit croisé lors d’une mort subite intense, qui lui a fait remporter le titre, après que le Grec a eu deux balles de match. L’Italien a pourtant mené deux quarts-temps à rien, mais Tsitsipas est revenu de loin pour le pousser à la mort subite.

« J’ai vraiment joué un bon troisième quart-temps, mais j’ai ensuite perdu un peu d’énergie, et je dois avouer qu’il a commencé à jouer de mieux en mieux, a résumé Berrettini, dimanche soir. « Il y a eu une adrénaline géniale, mais aussi un gros niveau de jeu, a-t-il précisé. Je suis vraiment heureux de ma performance aujourd’hui (dimanche).« 

Le 8e mondial, qui poursuit son ascension dans le tennis mondial, est revenu sur les deux points qui ont scellé sa victoire. « Je dois remercier ma mère pour avoir des bras aussi longs et être aussi grand !« , a souri le Romain après sa victoire. Il était interrogé par Pete Odgers et Jenny Drummond, les commentateurs de l’UTS. The Hammer a fait référence à cette balle de match de Tsitsipas qu’il a sauvée, en s’arrachant à la volée, après un passing de revers du Grec. « Sur ma balle de match, je savais qu’il allait jouer sur mon coup droit, a poursuivi Berrettini. A ce moment là, j’ai juste fermé les yeux, et j’ai frappé la balle en coup droit pour trouver un passing… » Quand l’Italien a ouvert les yeux, il était le vainqueur de la première édition de l’UTS.

« Je ne peux pas faire la fête ce soir, je joue mardi ! « 

Berrettini est revenu, aussi, sur son expérience de cinq semaines à l’UTS. « J’ai adoré, a indiqué l’Italien. Le format va m’aider lors de mes prochains matches. Samedi, à Kitzbühel, j’ai joué un match normal (au Thiem’s 7), et je me suis dis : ‘Oh, qu’est-ce que c’est lent !’ Après 14 minutes de jeu, je menais seulement 2-1. A l’UTS, j’avais moins de temps pour servir entre les points. Cela m’a poussé à adapter mon jeu à mon service. Cela m’a également forcé à toujours penser au points suivant. »

Mais l’Italien n’aura pas pu fêter sa victoire, dimanche soir. « Je ne peux pas faire la fête ce soir (dimanche), car je joue mardi sur gazon !« , a-t-il soufflé. Il se rend en Allemagne ce lundi, pour jouer le tournoi d’exhibition de Berlin. Il aura mérité au moins une coupe de champagne.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *