Richard Gasquet, l’UTS en mode Top 10

Richard Gasquet s’est hissé en demi-finale de la première édition de l’UTS grâce à un niveau de jeu qui a rappelé ses meilleures années. Sur des formats courts, le Français de 34 ans est toujours capable de rivaliser avec les membres du Top 10. Il débute ce samedi l’UTS2.

Richard Gasquet UTS1

Richard Gasquet est un joueur réservé. Naturel. « Je suis comme tout le monde », aime-t-il marteler. Alors, lors du dernier week-end de la première édition l’Ultimate Tennis Showdown, lorsqu’il a croulé sous les compliments de son « grand ami » Benoît Paire, le Biterrois n’a laissé paraître qu’un léger sourire. Le regard toujours fixé sur ces raquettes dont il renouvelle le grip depuis toujours au changement de côté. Mais à l’UTS, les joueurs ont un casque vissé sur la tête et un micro à la bouche. En lien direct avec les commentateurs. Paire en a profité pour lui livrer un message : « Regarde comment tu joues, tu n’as pas l’air d’avoir 34 ans ! Pour le reste de l’année, et pour le reste de ta carrière, ce n’est pas fini, je peux te le dire ! ».

[bloc_twitter src= »https://twitter.com/tennismajorsfr/status/1282074889298612224?s=20″]

Des titres, il en gagnera encore, peut-être. Lors de la deuxième édition de l’UTS (25 juillet-2 août), il sera craint. A 34 ans, Gasquet est au crépuscule de sa carrière. Mais à l’UTS, il a semblé retrouver son meilleur niveau. Comme un second souffle. Et toujours avec ses revers une main, qui ont foudroyé le numéro 3 mondial, Dominic Thiem (3-1).

Samedi (21h45), « Le Virtuoso » affrontera Grigor Dimitrov, le 19e mondial. Il rencontrera dimanche Alexei « The Sniper » Popyrin, qu’il avait battu lors de la première édition. Son dernier match aura lieu contre Feliciano Lopez, qu’il avait aussi battuLe Français s’est hissé jusqu’en demi-finale de l’UTS1. Il est tombé face au futur vainqueur, Matteo Berrettini, dans un match haletant qui s’est conclu à la mort subite. Gasquet a eu une balle de match, mais a craqué sous la puissance de l’Italien.

Paire : « D’habitude, il est toujours un peu grassouillet »

Sur des formats longs, en cinq sets gagnants, le 50e mondial s’avoue « moins performant ». Mais sur des rencontres plus courtes, comme à l’UTS avec une heure de match, il « peut battre les meilleurs du monde » et rivaliser avec le Top 10. « J’ai gagné contre les meilleurs, Goffin, Thiem, j’ai poussé Tsitsipas et Berrettini dans leurs retranchements… c’est pas mal », nous affirme le Français. Selon lui, « sur le niveau de jeu, en deux sets gagnants, je sais que je suis capable de battre tous les mecs. »

Benoît Paire nous avoue même qu’il ne l’a « jamais vu aussi bien bouger ». « D’habitude il est toujours un peu grassouillet, et quand il s’arrête longtemps, il prend un peu de poids, assure le 22e mondial. Là, je le trouve plutôt fin. Il est sur le circuit depuis qu’il a 15 ans, et il a toujours très bien joué. L’indicateur de son niveau, c’est le physique. Quand il réussit à enchaîner des matches, avec un jeu agressif, il est au top. »

Richard Gasquet UTS

« Je ne peux plus jouer 80 matches par an »

Les meilleures années de Gasquet remontent à 2007, lorsqu’il était 7e mondial, et à 2013, lorsqu’il a atteint les demi-finales de l’US Open. A l’UTS, certains auraient pu reconnaître le Gasquet de 2007, en quart-de-finale de Wimbledon, lorsqu’il renversa Andy Roddick (4-6, 4-6, 7-6, 7-6, 8-6). Ou celui qui a battu au bout du bout Stan Wawrinka en 2015, toujours sur le gazon de Wimbledon, et toujours en quarts (6-4, 4-6, 3-6, 6-4, 11-9)

« Ce qui est différent, c’est que quand j’étais dans les dix premiers, je jouais 80 matches par an », nous décrit Gasquet. Je ne m’arrêtais jamais. Aujourd’hui, je ne peux plus jouer 80 matches par an. Physiquement, ce n’est pas possible. Mais sur quelques matches donnés, je suis capable du meilleur. »

Gasquet aura appris des choses à l’UTS. Son agent Julien Cassaigne, qui l’a entraîné pendant la compétition, estime que « les 15 secondes maximum pour servir l’ont forcé à jouer plus vite, à aller vers l’avant, et à frapper fort. » L’agent a « aimé la façon dont cela a impacté son jeu » tout en étant « sûr que cela pourrait l’aider dans le futur. » Et il promet : « Je lui rappellerai ! »

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *