« Dans ses critiques, Isner confond ATP et prize money »

Dans le nouvel épisode de Match Points, Marion Bartoli, Simon Cambers et Ben Rothenberg sont revenus sur le coup de gueule de John Isner envers l’ATP et la baisse des prize money.

partager

Le 24 février 2021 sur Twitter, John Isner a accusé l'ATP d'être un « système à bout » en pointant du doigt la forte baisse des prize money dans les tournois, notamment le Masters 1000 de Miami dont le vainqueur ne touchera « que » 300 000 euros, soit une baisse de 80%. Le joueur américain a notamment expliqué que l’ATP devrait être plus transparente sur les raisons exactes de cette baisse de prize money et sur la manière dont cela a été décidé et calculé.

https://twitter.com/JohnIsner/status/1364702148072771584?s=20

Dans le nouvel épisode de Match Points animé par Josh Cohen, Marion Bartoli, vainqueure de Wimbledon en 2013, le journaliste américain Ben Rothenberg et son collègue anglais Simon Cambers sont revenus sur les déclarations de John Isner.

Il ne faut pas tout mélanger

Pour Simon Cambers, John Isner ne s’attaque pas directement au problème en pointant du doigt l’ATP et son système. Si le prize money des tournois a baissé, ce n’est pas uniquement du fait de l’instance dirigeante du tennis masculin.

« Des tournois sont en grande difficulté, Les joueurs ont accepté la baisse de leurs revenus vu que le nombre de spectateurs a baissé aussi. Isner melange deux choses mais il n’en démord pas. Il faut séparer ATP et prize money. Dire que l’ATP est un système à bout et exprimer que c’est à cause de ça que le prize money a plongé à Miami, ça n’a pas de sens. »

Pas le bon moment

Dans la suite du débat, Marion Bartoli a estimé que ce n’était pas le bon moment pour les joueurs de critiquer ou de se plaindre du prize money compte tenu de la situation sanitaire actuelle.

« Les joueurs devraient juste être contents de pouvoir jouer et de gagner de l’argent grâce à leur métier. Une fois la pandémie terminée, on pourra regarder le modèle économique d’autres sports comme la NBA par exemple, mais pas maintenant ».

Ben Rothenberg a tenu a rappelé que certains tournois étaient au bord de la faillite en raison de la pandémie et que c’est un miracle que des évènements puissent se tenir en 2021.

Voici un extrait de ce débat que vous pouvez retrouver en intégralité sur notre site anglais.
  • partager
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'actualités

Des contenus exclusifs (vidéo, analyses, interviews ...), des rencontres avec les champions, des conseils techniques, et toute l'actualité du tennis... Abonnez-vous à tennismajors.com, le site que tous les passionnés de tennis attendaient !