Faut-il faire une croix sur la saison 2020 et préparer 2021 ?

Match Points, c’est notre talk-show 100 % tennis. Dans cet extrait, nos invités répondent à la question de Josh Cohen : faut-il faire une croix sur la saison 2020 ?

28 mai 2020

Amélie Mauresmo a été la première à se montrer pessimiste quant à la reprise du circuit tant qu’un vaccin contre le Covid-19 n’aurait pas vu le jour. Rafael Nadal a ensuite lui aussi admit qu’il serait compliqué de rejouer en 2020 et qu’il se projetait déjà sur 2021.

“Je suis plus préoccupé par l’Open d’Australie 2021 que par ce qu’il va se passer cette année, avait déclaré l’Espagnol. Je pense que l’année 2020 est quasiment perdue. J’espère que nous allons pouvoir reprendre l’année prochaine, je l’espère vraiment.”

The Rod Laver Arena at Melbourne Park could remain empty in 2021

À l’heure où, l’ATP, la WTA, Roland-Garros, l’US Open ou le Masters 1000 de Shanghai font tout pour envisager une reprise du tennis pour la deuxième partie de saison, ne serait-il pas plus sage de tirer définitivement un trait sur la saison 2020 pour mieux préparer l’organisation de la prochaine ?

C’est ce dont ont discuté Marion Bartoli, vainqueure de Wimbledon en 2013, Noah Rubin, 225e joueur mondial (également fondateur de Behind the Racquet) et le journaliste de tennis américain Ben Rothenberg, les trois invités de Josh Cohen pour le quatrième épisode de Match Points, notre talk show 100% tennis. 

“Rafa a t-il raison, faut-il en finir avec la saison 2020?” leur a demandé Josh Cohen. Marion Bartoli partage l’avis de l’Espagnol :

“Je pense qu’ils essaient simplement de donner un espoir aux gens en leur disant, tenez bon, tout n’est pas encore annulé, gardez espoir, nous pouvons encore y arriver”, a expliqué la Française. “Mais je pense que si on veut que la santé reste la priorité absolue, je ne pense pas que reprendre la saison soit gérable, et que ce soit faisable de limiter les contacts, quand on voit combien de personnes sont nécessaires pour organiser un Grand Chelem, les diffuseurs, les médias, les joueurs, leurs équipes, etc.”

“Arrêtons et voyons comment faire changer les choses pour 2021”

Noah Rubin est allé encore plus loin. Pour lui, il faut mettre un terme à la saison et utiliser ce temps pour faire évoluer le tennis.

“Arrêtons. Je pense qu’on perd du temps. Quand on voit les projections épidémiologiques, il devrait y voir une seconde vague de contamination du virus, surtout à la vitesse à laquelle on est en train de tout réouvrir. Alors pourquoi n’utilisons-nous pas ce temps pour essayer de faire évoluer le tennis ?”

Pour le joueur Américain, le tennis a intérêt à ne pas reprendre trop tôt pour ne pas empirer la situation.

“Je suis inquiet parce que j’en entends déjà certains dire : tirons un trait sur la pré-saison, et jouons en décembre et janvier”, explique Rubin. “J’ai peur que beaucoup de joueurs se blessent. Je les vois déjà jouer trop de matchs, je sais que beaucoup ont besoin d’argent en ce moment… Mais je pense que cela va juste entraîner un autre effet boule de neige: beaucoup de joueurs vont se blesser, être malheureux, et que finalement rien ne changera dans le tennis. Donc, laissons tomber 2020, et voyons comment faire changer les choses et améliorer le tennis pour 2021.”

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *