“La vidéo élimine le manque d’honnêteté de certains joueurs” – Match Points #17

Match Points est un talk show de Tennis Majors, animé par Josh Cohen. Dans le dernier épisode, ses invités débattent de l’utilisation de la vidéo dans le tennis. Une manière de mettre fin aux injustices ?

10 octobre 2020

Le débat revient de plus en plus. Faut-il introduire l’assistance vidéo dans le tennis ? Plusieurs disciplines ont déjà sauté le pas. Le rugby et le football principalement. Le monde du tennis s’y rapproche de plus en plus. La technologie du hawk-eye y est déjà présente, avant, peut-être, d’aller encore plus loin, pour juger les doubles-rebonds ou les fautes de pied lors des services. Mais l’apparition de la vidéo se confronte à l’essence même d’un sport : l’erreur, et l’histoire qui se créer avec.

“Je ne pense pas que cela aie tant d’importance sur le résultat final, explique Ben Rothenberg, journaliste au New York Times. Parfois, avoir une controverse pendant un match peut être une bonne chose. Cela fait des histoires et cela créer du débat.”

Cambers : “Tout est déjà prêt pour élargir l’application du hawk-eye”

Aux côtés de Josh Cohen, l’animateur du débat, Ben Rothenberg, et du joueur américain Noah Rubin, le journaliste de Tennis Majors Simon Cambers est plus catégorique sur la vidéo : “Je n’aime pas du tout l’injustice dans le sport, souffle-t-il. Les choses doivent être justes.”

“Je connais des personnes qui travaillent au hawk-eye, poursuit-il. Tout est déjà prêt pour élargir son application aux fautes de pied. Et ils peuvent aussi vérifier les doubles-rebonds. Cela élimine le manque d’honnêteté que pourraient avoir certains joueurs. Il faudra s’adapter, mais ça sera assez rapide et ça sera plus efficace dans une situation comme celle entre Mladenovic et Siegemund.”

Lors du premier tour de Roland-Garros entre Kristina Mladenovic et Laura Siegemund, le 29 septembre dernier, la Française avait été victime d’une injustice qui lui avait fait totalement perdre le fil du match. A 5-1, sur une balle de premier set, l’amortie de la Française avait rebondi deux fois sur la terre battue du court Philippe-Chatrier. Mais l’Allemande a renvoyé la balle et la Française a ensuite perdu l’échange en touchant le filet. Mladenovic avait fini par perdre la rencontre.

Kristina Mladenovic - 1st round Roland-Garros 2020

“C’était une balle de set qui était trop importante pour attendre des joueuses qu’elles soient honnêtes”

“C’était terrible de voir Siegemund reprendre le jeu comme si de rien n’était, martèle Cambers. Parfois, avec ces coups, on ne sait pas avec certitude si on a pris la balle avant le rebond ou pas. Mais là, je suis persuadé que Siegemund savait (que le balle avait rebondi deux fois, ndlr), et elle a poursuivi. C’était une balle de set qui était trop importante pour attendre des joueuses qu’elles soient honnêtes. Il faut mettre en place l’assistance vidéo. Peut-être sur les mêmes modèles que les challenges.”

14 ans après que le tennis a franchi le cap du hawk-eye, la discipline peut encore se réinventer.

Juge de ligne - Petra Martic - 1st round Roland-Garros 2017
Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *