Hurkacz – Federer, le match d’une vie

Tombeur de Daniil Medvedev ce mardi, Hubert Hurckaz affrontera Roger Federer en quart de finale jeudi. Son idole d’enfance.

“Il ne faisait pratiquement aucune faute, mais il s’excusait après chaque erreur (sourire).” Avant d’affronter Hubert Hurkacz pour la première fois, en quarts de finale à Indian Wells en 2019, Roger Federer relatait un séance d’échauffement en compagnie du Polonais datant de Shanghai 2018. Jeudi, en quart de finale de Wimbledon, Hurkacz va de nouveau affronter le Bâlois. Son idole.

“Jouer contre Roger dans une arène énorme (le Centre Court), c’est quelque chose de spécial”, a confié la tête de série numéro 14 en conférence de presse après sa victoire contre Daniil Medvedev ce mardi. “J’ai besoin de m’y préparer, en discuter avec mon équipe.” Si Hurkacz, adepte de plusieurs sports durant son enfance, s’est finalement consacré au tennis, c’est en grande partie grâce à Federer.

“Il (Roger Federer) a été une grande source d’inspiration pour moi”, a-t-il poursuivi. “Tout ce qu’il a accompli, son style de jeu, la façon dont il gère les moments importants, c’est vraiment spécial. Jouer les quarts de finale de Wimbledon contre lui, c’est incroyable pour moi.” En admiration devant le joueur Federer, Hurkacz, 24 ans, apprécie également beaucoup l’homme.

Roger Federer a été une grande source d’inspiration pour moi.

Hubert Hurkacz

“Roger est un gars génial, une super personne”, a-t-il expliqué. “Par ce qu’il est, avec son tennis, sa personnalité, je pense qu’il a fait grandir ce sport de façon colossale tout au long de sa carrière.” Pour tenter de se muer en iconoclaste jeudi, le natif de Wrocław va pouvoir s’appuyer sur son vécu. Il connaît déjà le sensations procurées par le fait d’affronter celui dont les posters ornaient probablement les murs de sa chambre.

“Je l’ai déjà affronté une fois, à Indian Wells, et il m’a battu”, a-t-il rappelé. “J’en ai tiré de l’expérience. Maintenant, je vais faire mon maximum demain (mercredi).” Sur le dur du Masters 1000 californien, il s’était incliné rapidement. 6-4, 6-4 en 1h14. Depuis, ne cessant de progresser, il est devenu un adversaire plus redoutable. Talent émergeant à l’époque, il a confirmé son potentiel en s’immisçant parmi ceux sur qui il faut compter pour l’avenir.

Excellent serveur, métronome – notamment en revers – capable de faire des différences du fond et de couvrir le court à merveille du haut de son mètre quatre-vingt-seize, il a remporté le Masters 1000 de Miami en avril. Ce mardi, pour décrocher sa première qualification en quarts de finale de Grand Chelem, il est venu à bout de Daniil Medvedev, numéro 2 mondial. Jamais il n’avait battu un joueur mieux classé que le 5e rang jusqu’à présent. Une performance acquise après un duel entamé lundi sur le court N° 2, et bouclé le lendemain sur le Centre Court en raison de la pluie.

“Non, je ne pense pas qu’avoir joué deux jours de suite soit un désavantage”, a-t-il répondu devant la presse. “En fait, je crois que c’est bénéfique pour le prochain tour. J’ai pu m’habituer aux conditions intérieures (le toit était fermé), au Centre Court, comment la balle y rebondit, le public. Je ne me sens pas nerveux (avant d’affronter Federer).” Et, cette fois, il ne sera pas là pour faire des politesses.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *