Raducanu, 18 ans et 338e mondiale, continue d’écrire sa belle histoire à Wimbledon

Ce samedi, Emma Raducanu, tombeuse de Sorana Cirstea (6-3, 7-5), est devenue la plus jeune Britannique à atteindre les huitièmes de finales de Wimbledon dans l’ère Open.

Emma Raducanu at Wimbledon in 2021

Invitée dans le tableau principal, Emma Raducanu joue la trouble-fête à Wimbledon. Visage poupon, sourire jusqu’aux oreilles, la Britannique de 18 ans s’est qualifiée pour les huitièmes de finale sur le gazon du All England Club. Après des victoires contre Vitalia Diatchenko et Markéta Vondroušová, elle est venue à bout de Sorana Cirstea ce samedi. 6-3, 7-5, en terminant en apothéose sur une balle de match spectaculaire, après 1h40′ de jeu sur le Court n° 1.

“Je suis tellement reconnaissante du soutien que j’ai eu aujourd’hui”, a-t-elle lancé au public après sa victoire. “Je n’avais jamais joué sur un court aussi grand jusqu’à présent. C’est marrant parce qu’en préparant ma valise pour rejoindre la bulle, mes parents m’ont dit : ‘Tu n’aurais pas pris un peu trop de tenues de match ?’ (rires). Finalement, je pense que je vais devoir faire un peu de lessive. Mais je crois qu’il y a un service pour ça à l’hôtel, donc ça va (sourire).”

Menée 3-1 dans la première manche, Raducanu a ensuite lancé la machine au point d’empiler neuf jeux consécutifs pour prendre l’avantage, 6-3, 3-0. Puis, rejointe à 3-3, elle a montré une belle gestion de ses émotions. Malgré cinq opportunités de break manquées à 4-4, elle est parvenue à conclure quatre jeux plus tard, sur l’engagement adverse. “J’ai réussi à maîtriser mes nerfs grâce à vous (le public)”, a-t-elle notamment déclaré.

Raducanu avait perdu son seul match sur le circuit principal avant Wimbledon

Grâce à 32 coups gagnants, pour 17 fautes directes, la native de Toronto, qui a déménagé au Royaume-Uni avec sa famille dès ses 2 ans, est devenue la plus jeune Britannique – hommes et femmes confondus – à atteindre les huitièmes de finale de Wimbledon dans l’ère Open. Avant le tournoi, elle n’avait encore jamais gagné le moindre match sur le circuit principal. Elle avait disputé sa première rencontre à ce niveau le 7 juin, à Nottingham, grâce à une wild-card, et avait été battue par sa compatriote Harriet Dart.

Après Samantha Smith en 1998, Laura Robson en 2013 et Johanna Konta en 2017 et 2019, Raducanu est devenue la quatrième femme de son pays à se hisser en deuxième semaine de Wimbledon depuis 1990. 338e mondiale, elle s’est aussi inscrite dans l’histoire comme la deuxième joueuse la moins bien classée à atteindre ce stade de la compétition à Londres depuis 35 ans. Et encore, celle qui pointe derrière elle n’est autre que Victoria Azarenka, de retour à la compétition après sa grossesse et ancienne N°1 mondiale ayant remporté deux tournois du Grand Chelem.

En huitièmes de finale, la nouvelle coqueluche du public anglais doit désormais affronter Alja Tomljanovic. Cette dernière a éliminé Jelena Ostapenko (4-6, 6-4, 6-2), après un match tendu et quelques “amabilités” échangées au filet.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *