Wimbledon, le récap du tableau féminin : La sensation Raducanu, Barty et Gauff en deuxième semaine sans trembler

Sixième journée à Wimbledon, avec la fin du troisième tour dans le tableau féminin. Emma Raducanu a créé la surprise du jour, alors que Cori Gauff a aisément composté son billet pour les huitièmes de finale.

Cori Gauff at Wimbledon in 2021
  • Elles se sont qualifiées ce samedi (3e tour) : Ashleigh Barty (N°1), Barbora Krejcikova (N°14), Karolina Muchova (N°19), Cori Gauff (N°20), Angelique Kerber (N°25), Paula Badosa (N°30), Ajla Tomljanovic, Emma Raducanu
  • Elle a été éliminée ce samedi (3e tour) : Anastasia Pavlyuchenkova (N°16)
  • Pour suivre toute l’actualité de Wimbledon, rendez-vous sur cette page
  • Pour suivre les matchs en direct, voir le tableau masculin et le tableau féminin, nous vous recommandons de vous rendre le site officiel du tournoi.
  • Le programme de samedi à Wimbledon est disponible ici
  • Et tout ce que vous devez savoir sur le tournoi (informations pratiques, billets, etc.) est disponible dans cet article.

Raducanu, la belle histoire de la première semaine

338e mondiale à 18 ans, Emma Raducanu avait perdu son seul match sur le circuit WTA (6-3, 6-4 contre Harriet Dart à Nottingham début juin) avant d’honorer son invitation à Wimbledon. La Britannique est désormais qualifiée pour les huitièmes de finale du Grand Chelem londonien, et sans avoir perdu un set, grâce à sa victoire sur Sorana Cirstea ce samedi (6-3, 7-5). Plus jeune joueuse de son pays à atteindre ce stade de la compétition à Wimbledon, Raducanu évitera à nouveau une tête de série au tour suivant, puisqu’elle sera opposée à Ajla Tomljanovic.

Pour le plus grand match de sa carrière, sur le court N°1 de Wimbledon, la native de Toronto s’est libérée au moment où elle était menée 3-1 par la Roumaine. La tornade a alors tout emporté sur son passage, empochant neuf jeux de suite et obtenant trois balles de double break dans la seconde manche. C’est alors que Raducanu s’est légèrement tendue et Cirstea est revenue progressivement dans le match. La 45e joueuse mondiale, ancienne Top 25, s’est accrochée dans une ambiance surchauffée en faveur de son adversaire et écarté cinq balles pour se faire breaker de nouveau à 4-3 en faveur de Raducanu.

Mais la Britannique a fini par faire craquer Cirstea sur son engagement, dans des circonstances étonnantes. A 6-5 égalité, la Roumaine a d’abord perdu sa visière dans la foulée de son service et a envoyé dehors son deuxième coup de raquette. Elle a alors réclamé un let à l’arbitre Carlos Ramos, sans succès. S’en est suivi le point du match, où Cirstea a d’abord pris l’ascendant avant d’être renversée par la défense implacable de Raducanu, qui pouvait exulter. Seule Britannique en huitièmes de finale, elle est la seule à pouvoir succéder dès cette année à Virginia Wade, dernière joueuse locale à avoir remporté Wimbledon, en 1977. A priori improbable. Mais il ne faut plus jurer de rien avec elle.

Barty sans trembler et sans briller

Ashleigh Barty reste inconstante dans ce Wimbledon 2021. Mais elle est en huitième de finale sans réellement avoir eu besoin de s’employer depuis son entrée dans le tournoi. La numéro 1 mondiale a disposé samedi de Katerina Siniakova (6-3, 7-5) pour retrouver au prochain tour Barbora Krejcikova (N°14).

Après un premier set bien maîtrisé et une deuxième manche entamée pied au plancher (3-0 double break), Barty a perdu en précision dans ses coups et dans son jeu de jambes. Siniakova s’est engouffrée dans la brèche pour recoller, avec un premier débreak immédiat puis un autre pour égaliser à 5-5, quand son adversaire servait pour le gain du match. Mais la Tchèque, qui visait un deuxième huitième en Grand Chelem après Roland-Garros 2019, a craqué de nouveau dans la foulée et n’a pas pu emmener son adversaire dans un troisième set plus incertain. Une frayeur que Barty a bien fait de s’éviter.

Krejcikova toujours sur sa lancée

Barbora Krejcikova (N°14) n’avait gagné que cinq matchs en simple en Grand Chelem avant Roland-Garros. La Tchèque en est désormais à dix victoires de rang en Majeurs (15 tous tournois confondues), après son titre à Paris et sa qualification samedi pour les huitièmes de finale de Wimbledon, aux dépens d’Anastasija Sevastova (7-6, 3-6, 7-5). Sa prochaine adversaire sera Ashleigh Barty (N°1), pour un sacré choc.

Krejcikova a remporté la première manche comme par miracle. Sevastova a servi en effet pour le gain du set à deux reprises, sans réussir à conclure, et a complètement explosé dans le jeu décisif, perdu 7-1. La Lettonne s’est bien ressaisie par la suite et a égalisé à une manche partout sans concéder la moindre balle de break. Mais dans le troisième set, une configuration dans laquelle elle s’est imposé à 11 reprises sur 12 en 2021, Krejcikova a repris la main avec autorité. Après une première occasion en début de manche, elle a fait le break au meilleur moment pour valider son succès, au bout de 2h38′ de combat, malgré ses 57 fautes directes. Mais elle est portée par une force que rien ne peut arrêter depuis un mois.

Gauff encore impériale, une ancienne vainqueure sur sa route

Trois victoires en deux sets, à peine une heure passée sur le court samedi : Cori Gauff (N°20) ne perd pas de temps depuis le début de ce Wimbledon. L’Américaine a déroule contre Kaja Juvan au troisième tour (6-3, 6-3). Elle a notamment impressionné derrière sa seconde balle, en y remportant 52% des points disputés. En se hissant en huitième de finale du tournoi, comme en 2019 pour sa première participation, Gauff enchaîne après son quart de finale à Roland-Garros.

La pente s’élèvera toutefois pour elle en affrontant au tour suivant Angelique Kerber (N°25), victorieuse de Wimbledon en 2017. L’Allemande a lâché le premier set contre Aliaksandra Sasnovich, avant de dérouler (2-6, 6-0, 6-1). Elle a réussi 17 coups gagnants pour seulement 4 fautes directes dans les deux dernières manches, et n’a plus concédé la moindre balle de break. Après avoir bataillé plus de trois heures au tour précédent contre Sara Sorribes Tormo, Kerber sera face à un sacré défi contre Gauff, de 16 ans sa cadette. Ce sera leur première confrontation en carrière.

Pas de nouvelle épopée pour Pavlyuchenkova

Finaliste à Roland-Garros, Anastasia Pavlyuchenkova (N°16) s’est arrêtée dès le troisième tour à Wimbledon. La Russe a buté sur Karolina Muchova (N°19), qui avait atteint les quarts de finale à Londres en 2019 et qui ambitionne de rééditer a minima pareille performance cette année. La Tchèque a composté son billet pour le tour suivant en 1h40′ (7-5, 6-3).

Pavlyuchenkova a énormément souffert sur son service. Seulement 53% de points gagnés derrière sa première balle, 34% derrière sa seconde et 18 balles de break à sauver : la Russe a constamment dû faire face à la pression de Muchova. Jamais elle n’a pas pu se retrouver dans sa zone de confort, en témoignent ses 34 fautes directes, pour seulement 21 coups gagnants. Pavlyuchenkova n’atteindra pas les huitièmes de finale à Wimbledon pour la deuxième fois de sa carrière, après son quart de finale en 2016.

Muchova retrouvera au tour suivant une autre sensation du dernier Roland-Garros, Paula Badosa, qui avait atteint les quarts de finale à Paris. L’Espagnole, tête de série numéro 30 pour son deuxième Wimbledon (élimination dès le premier tour en 2019), a renversé Magda Linette ce samedi (5-7, 6-2, 6-4). C’est notamment en limitant ses fautes directes (18 dans la première manche, 20 dans les deux suivantes) que Badosa, qui était menée 3-0 dans le troisième set, a trouvé la solution pour prendre la mesure de la Polonaise, 44e mondiale qui visait un premier huitième de finale en Grand Chelem. Ce sera le quatrième sur les cinq derniers tournois du Grand Chelem pour l’Espagnole.

Coup de chaud entre Tomljanovic et Ostapenko

Ajla Tomljanovic s’est qualifiée samedi pour son premier huitième de finale en Grand Chelem depuis Roland-Garros 2014, en renversant Jelena Ostapenko (4-6, 6-4, 6-2). Un grand bonheur que l’Australienne, 75e mondiale, n’a pas pu immédiatement savourer, en raison d’un vrai moment de tension avec son adversaire après la balle de match.

Ostapenko : “Ton attitude est horrible, horrible !”
Tomljanovic : “Tu peux parler !”
Ostapenko : “Tu n’as vraiment aucun respect, si ?”

La Lettonne a ensuite murmuré que Tomljanovic était “la pire joueuse sur le circuit” avant de quitter le court N°15.

Tout est parti entre les deux joueuses du temps mort médical demandé par Ostapenko à 4-0 en sa défaveur dans la troisième manche. Tomljanovic jugeait que l’arbitre n’avait pas à lui accorder, puisque la Lettonne n’était visiblement pas blessée et souhaitait simplement la couper dans son élan. Il a finalement été accordé à la 34e joueuse mondiale de rentrer aux vestiaires et a assuré après la rencontre qu’elle était gênée à la hanche gauche, ce que ses statistiques au service auraient tendance à appuyer (23% de points gagnés derrière sa première balle au cours du troisième set, après avoir tourné à 71% dans les deux premiers). Tomljanovic a finalement conclu la rencontre sans trembler et a même hésité à venir serrer la main à Ostapenko à l’issue de la rencontre. Avant cette explication musclée pas vraiment dans l’esprit de Wimbledon.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *