Abonnez-vous à la newsletter

18 novembre 1990 : le jour où Monica Seles et Gabriela Sabatini ont joué un match en cinq sets

Le 18 novembre 1990, à New York, Monica Seles domine Gabriela Sabatini en finale des Virginia Slims Championships (6-4, 5-7, 3-6, 6-4, 6-2). C’est le premier match féminin en cinq sets depuis 1901.

Ce qu’il s’est passé ce jour-là et pourquoi c’est historique : Premier match féminin en 5 sets depuis 1901

Ce jour-là, le 18 novembre 1990, Monica Seles domine Gabriela Sabatini en finale des Virginia Slims Championships (6-4, 5-7, 3-6, 6-4, 6-2). C’est le premier match féminin en cinq sets depuis 1901 et la victoire d’Elisabeth Moore sur Myrtle McAteer en finale de l’US Nationals (l’ancien nom de l’US Open), 6–4, 3–6, 7–5, 2–6, 6–2. Pour Seles, ce deuxième titre majeur, après son succès à Roland-Garros au mois de juin, est un grand pas vers la première place mondiale, qu’elle atteindra en mars 1991.

Les personnages

Monica Seles, une championne précoce

Monica Seles est née en 1973. Elle fait ses premiers pas sur le circuit en 1988, à 14 ans, à Boca Raton, où elle bat la 31e mondiale Helen Kelesi (7-6 6-3). Ses frappes à deux mains des deux côtés, son style de jeu précurseur tout en prise de balle tôt et en puissance, et bien sûr les cris caractéristiques qu’elle pousse à chaque frappe, révolutionnent le tennis féminin. En 1989, elle dispute sa première saison complète chez les pros et, après avoir gagné son premier tournoi au printemps, à Houston, elle participe à son premier tournoi du Grand Chelem à Roland-Garros. Sa première apparition à Paris fera date. Au troisième tour, opposée à la 4e mondiale Zina Garrison, la jeune Monica, 15 ans, entre sur le Central en distribuant des fleurs au public avant d’écraser son adversaire 6-3 6-2. Elle se hisse jusqu’en demi-finales où elle est seulement battue en trois sets (6-3 3-6 6-3) par l’invincible Steffi Graf, vainqueur des cinq derniers tournois du Grand Chelem. En 1990, après avoir remporté cinq tournois d’affilée, dont trois sur terre battue, elle devient la plus jeune joueuse de l’histoire à gagner Roland-Garros, en battant sa rivale allemande en finale (7-6, 6-4). A présent 3e mondiale, elle parvient en quarts de finale de Wimbledon (éliminé par Garrison, 3-6, 6-3, 9-7), puis, au mois d’octobre, elle remporte son premier tournoi en salle à Oakland, en dominant Martina Navratilova en finale (6-3, 7-6). Elle est fin prête à l’entame du Masters de fin d’année.

Gabriela Sabatini, récente vainqueure de l’US Open

L’Argentine Gabriela Sabatini est née en 1970. Très précoce, elle devient en 1985 la plus jeune joueuse à atteindre les demi-finales de Roland-Garros, où elle est vaincue par Chris Evert (6-4, 6-1). Au cours des années qui suivent, Sabatini, munie d’un superbe revers à une main, s’installe dans le top 10, atteint les demi-finales de Wimbledon en 1986 (battue par Navratilova) et de Roland-Garros en 1987 et 1988, éliminée à chaque fois par Steffi Graf. En 1988, est la première des deux seules joueuses à battre Graf, au tournoi de Boca Raton (2-6, 6-3, 6-1), mais à l’US Open, elle s’incline en finale contre cette même Graf (6-3, 3-6, 6-1). En 1989, Sabatini se hisse à la 3e place mondiale, après avoir perdu contre Graf en demi-finales de l’Open d’Australie et de Wimbledon. En 1990, elle finit par vaincre l’Allemande en finale de l’US Open (6-2, 7-6), remportant ainsi son premier et unique titre du Grand Chelem.

Le lieu : Madison Square Garden

Le Masters féminin, officiellement nommé Virginia Slims Championships, a été créé en 1972. Sa première édition à lieu à Boca Raton, en Floride, et le tournoi se déplace ensuite à Los Angeles puis Oakland avant de s’installer pour de bon à New York en 1979. Là, le tournoi se déroule au Madison Square Garden, qui peut accueillir 18 000 spectateurs. En 1994, les 16 meilleures joueuses du monde sont qualifiées pour le Masters, et le tournoi est constitué d’un tableau à élimination directe. Depuis 1984, c’est la seule épreuve féminine où la finale se dispute au meilleur des cinq manches, mais jusqu’à présent, les plus longues finales n’ont pas dépassé les quatre sets.

L’histoire : Seles reverse Sabatini en finale du Masters

La finale des Virginia Slims Championships 1990 (nom officiel du Masters féminin) n’est que le deuxième affrontement entre Monica Seles et Gabriela Sabatini. Leur précédente rencontre avait eu lieu en 1988, à Miami, alors que Seles n’avait que 14 ans, et l’Argentine avait pris le dessus, 7-6, 6-3. Depuis, la jeune Monica a bien grandi : elle a déjà accroché un titre du Grand Chelem, Roland-Garros, à son palmarès, et pointe au 3e rang mondial. Sabatini, elle aussi, a bien progressé en deux ans. Quelques mois plus tôt, à Flushing Meadows, elle a fini par terrasser sa bête noire, Steffi Graf, qui l’avait battue en Grand Chelem à six reprises, pour remporter son premier titre majeur. 

Avec ses puissants coups de boutoir du fond de court, Seles prend les devants et balade Sabatini aux quatre coins du terrain. La Yougoslave empoche la première manche, 6-4, et au deuxième set, elle se met en position de servir pour le set à 5-4. Il semble alors que l’emprise de Seles sur la partie soit inéluctable, mais Sabatini s’accroche et joue un tennis de plus en plus offensif pour empêcher son adversaire de diriger les échanges. « J’ai commencé lentement”, dira-t-elle ensuite. ‘Au deuxième set, j’ai commencé à jouer de manière plus agressive parce que c’était la seule façon possible de la battre. » L’Argentine remporte le deuxième set, 7-5, et au troisième, elle n’hésite pas à beaucoup monter au filet, une évolution récente dans son tennis, et gagne le set, 6-3.

Dans un tournoi féminin classique, Sabatini aurait alors gagné, 4-6, 7-5, 6-3, mais, depuis 1984, la finale du Masters féminin se joue au meilleur des cinq manches, ce qui laisse à Seles une chance de renverser la vapeur. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, l’adolescente de 16 ans se met à frapper encore plus fort, avec une volonté féroce de reprendre le jeu à son compte. La lauréate de Roland-Garros gagne la quatrième manche, 6-4. Pour la première fois depuis que le format en trois sets gagnants a été introduit au Masters, et pour la première fois chez les femmes depuis 89 ans, un cinquième set est sur le point de démarrer.

Dans cette cinquième manche historique, Seles domine largement les débats et s’impose facilement, 6-2. A un mois de son 17e anniversaire, elle vient d’ajouter un deuxième titre majeur à son palmarès et se rapproche de la première place mondiale. Elle semble agréablement surprise par le niveau de la rencontre : « C’était très accroché pendant cinq sets, et le plus incroyable, c’est qu’aucune de nous deux n’a commis de fautes bêtes. »

La postérité du moment : La place de numéro 1 mondiale pour Seles

Pour Monica Seles, ce titre sera non seulement le premier de trois titres consécutifs au Masters, mais sera aussi une étape importante dans son ascension vers la place de numéro 1 mondiale, dont elle s’emparera le 11 mars 1991, plus jeune joueuse de l’histoire à occuper cette place. Les années suivantes, elle dominera simplement le tennis et son palmarès parle de lui-même : à partir de janvier 1991, Monica Seles remportera sept des huit tournois du Grand Chelem auxquels elle aura participé, seulement battue en finale de Wimbledon 1992, présentant un rapport de 56 victoires pour une seule défaite. Elle s’adjugera également trois Masters d’affilée, en 1990, 1991 et 1992. Sa domination s’arrêtera de la plus tragique des manières lorsqu’elle sera poignardée en plein match par un déséquilibré en avril 1993. Même si elle finira par revenir et ajouter l’Open d’Australie 1996 à son palmarès, elle n’atteindra plus jamais de sommets comparables à ses premières années.

En 1991, à Wimbledon, Gabriela Sabatini disputera une dernière finale de Grand Chelem (battue par…Graf, 6-4, 3-6, 8-6) et elle restera dans le top 10 jusqu’en 1995, atteignant les demi-finales dans les tournois majeurs à huit reprises. Sabatini s’adjugera un autre titre important en gagnant le Masters en 1994, aux dépens de Lindsay Davenport (6-3, 6-2, 6-4). En 1996, à court de motivation, elle ne disputera que dix tournois et prendra sa retraite à la fin de la saison..

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.