Abonnez-vous à la newsletter

“Je voulais juste que la souffrance s’arrête”, Jelena Dokic révèle ses pensées suicidaires dans un post Instagram émouvant

L’ancienne numéro 4 mondiale Jelena Dokic a écrit une lettre ouverte pleine d’émotion sur Instagram en dévoilant ses pensées suicidaires.

Jelena Dokic Jelena Dokic sur Instagram et la joueuse en 2004 (Instagram / Tennis Majors)

Jelena Dokic, aujourd’hui âgée de 39 ans, a révélé qu’elle avait eu des pensées suicidaires il y a six semaines, dans un post Instagram émouvant où elle se montre en train de pleurer. L’Australienne, qui était numéro quatre mondiale en 2002, a déclaré qu’elle rendait ses pensées publiques afin d’encourager les autres personnes ayant des problèmes de santé mentale à partager leurs émotions.

“28.04.2022 – J’ai failli sauter de mon balcon du 26e étage et me suicider. Je n’oublierai jamais ce jour. Je voulais juste que la douleur et la souffrance s’arrêtent. Je me suis écartée du bord, je ne sais même pas comment j’ai réussi à le faire. Obtenir une aide professionnelle a sauvé ma vie”, a rapporté Jelena Dokic, dans un post publié sur Instagram ce lundi.

Dokic : “J’ai peur”

L’Australienne a déclaré : “Tout est flou. Tout est sombre. Pas de ton, pas d’image, rien n’a de sens….. juste des larmes, de la tristesse, de la dépression, de l’anxiété et de la douleur. Les six derniers mois ont été difficiles. Je n’ai cessé de pleurer partout. Je me suis cachée dans la salle de bain au travail pour essuyer mes larmes et j’ai pleuré sans arrêt à la maison, entre mes quatre murs, ce qui était insupportable. Les sentiments constants de tristesse et de douleur ne disparaissent pas et ma vie a été brisée.”

“Je m’en veux, je ne pense pas être digne d’être aimée et j’ai peur. Je sais aussi que j’ai encore tant de choses pour lesquelles je suis reconnaissante, puis je commence à me détester parce qu’en me sentant ainsi, j’ai l’impression de ne pas être reconnaissante, car je ne dois pas l’être puisque je veux en finir. C’est un tel cercle vicieux dans ma tête”, a-t-elle expliqué.

Dokic est connue pour avoir été abusée physiquement par son père lorsqu’elle jouait au tennis, chaque défaite étant punie par des coups et des humiliations. En janvier, elle a révélé que sa relation avec son partenaire depuis 18 ans était terminée. L’ancienne demi-finaliste de Wimbledon, aujourd’hui commentatrice à la télévision en Australie, a déclaré qu’elle partageait son expérience pour permettre aux victimes de parler de leurs sentiments et de ne pas se sentir coupables de les avoir.

Jelena Dokic, Open d’Australie 2009 – © BPI / Panoramic

Je suis définitivement sur la voie de la guérison

Jelena Dokic

“Ce n’est pas facile à écrire mais j’ai toujours été ouverte, honnête et vulnérable avec vous tous et je crois profondément au pouvoir du partage de nos histoires pour nous aider à traverser les choses et à nous entraider. J’écris ces lignes parce que je sais que je ne suis pas la seule à me battre. Sachez que vous n’êtes pas seuls”, a-t-elle écrit.

Elle se décrit maintenant comme étant “définitivement sur la voie de la guérison”.

“Je crois aux principes suivants : c’est normal de ressentir ce que je ressens, c’est normal d’être triste, il suffit de continuer à se battre et de revenir, c’est ce que j’essaie de faire et c’est ce qui me fait avancer. N’ayez pas honte de ce que vous ressentez. C’est normal de se sentir comme ça et vous pouvez vous en remettre. C’est possible, il suffit de continuer à y croire”, a expliqué Jelena Dokic.

Dokic promet de “revenir plus forte que jamais”.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.