Pourquoi vous ne pouvez pas finir 2021 sans voir “Breaking Point”, sur Mardy Fish

Les films et documentaires sur le tennis sont de plus en plus nombreux sur les écrans. Voici la critique de “Breaking Point”, consacré aux souffrances mentales de Mardy Fish. A voir absolument.

23 décembre 2021
Mardy Fish, US Open 2015

Fiche technique

  • À voir sur : Netflix
  • Réalisé par : Chapman et Maclain Way (USA)
  • Durée : 1h19
  • Collection : Untold (L’envers du sport)
  • Ils y figurent principalement : Mardy Fish, Tom & Sally Fish (ses parents), Stacey Gardner (son épouse), Christian LoCascio (son préparateur physique), Andy Roddick.

Synopsys

Breaking Point raconte l’histoire « enfouie » de l’ancien joueur américain Mardy Fish (7e mondial en 2011), dont la carrière a basculé quand il fut pris d’une sévère crise d’angoisse juste avant d’affronter Roger Federer en huitième de finale de l’US Open 2012. Le grand ami (et néanmoins rival) d’Andy Roddick a alors plongé dans une dépression dont il ne s’est jamais vraiment sorti…

Les trois choses que l’on apprend en plus

  • Mardy Fish a vécu dans la famille des Roddick pendant un an à son adolescence.
  • Roger Federer lui aurait volontairement laissé quelques jeux en finale du tournoi de Halle en 2004.
  • Il n’a absolument aucun souvenir de la fin de son match victorieux contre Gilles Simon au 3e tour de l’US Open 2012, en proie, déjà, à une sérieuse montée de stress qui annonçait la suite.
Mardy Fish (USA) – US Open 2015 – © Tennis Mag / Panoramic

Les trois phrases que l’on retient

  • « Les gens qui sont considérés comme les plus grands donnent l’impression qu’ils vont vous arracher la tête, vous déchirer, et vous piétiner sur le chemin de la victoire (…) À un certain stade de sa carrière, je ne sais pas si Mardy était prêt à ça. Il est l’un des seuls types que je connaisse qui l’a compris, et corrigé. » – Andy Roddick
  • « Les critiques l’ont beaucoup touché (…) Son esprit s’est fixé là-dessus. A partir de là, il est devenu une personne différente. Quelque chose s’est cassé en lui. » – Christian LoCascio
  • « Personne ne savait ce que je vivais, parce que je m’étais entraîné à ne montrer aucune faiblesse. Alors j’ai tout gardé pour moi (…) Ironiquement, c’est le fait de montrer ma faiblesse qui a contribué à mon rétablissement. » – Mardy Fish

Notre avis

Breaking Point est incontestablement un documentaire à voir, ne serait-ce que parce qu’il fait écho à l’un des thèmes qui ont marqué l’année 2021, un tabou largement déterré par ailleurs par Naomi Osaka : celui de la santé mentale, celle des sportifs en général, et des joueurs de tennis en particulier. 

Dur de croire en revoyant les images de Mardy Fish à la fleur de l’âge, sa peau tannée, ses cheveux de surfeur et son sourire ultra-bright, que le grain de sable de la souffrance psychologique s’est instillé dans ce tableau de rêve. Mais la vie des tennismen est souvent comme celle qu’on étale sur les réseaux sociaux : paradisiaque en surface, beaucoup plus sombre en profondeur.

Rien, à priori, ne prédisposait celle de Mardy à basculer dans le vide : une famille aimante, une formation certes sélective mais privilégiée au sein de l’académie fédérale de Saddlebrook, des premiers pas sur le circuit prometteurs… Tout allait plutôt très bien, finalement, tant qu’il se « contentait », plus ou moins consciemment, d’évoluer dans l’ombre d’Andy Roddick, son rival et néanmoins meilleur ami, pratiquement son frère d’armes.

Et puis, tout a paradoxalement basculé le jour où Fish a voulu quitter l’ombre pour la lumière, pris sa carrière en mains et mis les bouchées doubles, avec pour résultat d’intégrer le top 10, de se qualifier pour le Masters et devenir le numéro un américain. Tel Icare, il a voulu toucher le soleil… et s’est brûlé les ailes, terrassé par ces responsabilités nouvelles, avec son corollaire de critiques, d’attentes et de pression écrasante.

Tout le monde n’est probablement pas fait pour ça. Mardy ne l’était pas, a priori. C’est ce que l’on comprend de ce documentaire fort bien construit par les frères Way qui ont déterré quelques archives sympathiques – ah, le petit Andy Roddick en train de façonner son service ! – qui rendent le visionnage rythmé et agréable. 

Quant à la morale de l’histoire, elle nous paraît claire : à trop vouloir masquer ses faiblesses, on finit par s’y perdre. Dans le sport comme dans la vie. Mardy Fish, cet Américain pur jus élevé à la dure dans le culte des hommes forts, a fini par le comprendre, à ses frais. Paradoxalement, il n’a jamais été aussi touchant qu’en se mettant ainsi à nu, exposant au monde entier sa vulnérabilité comme peu d’athlètes ont eu le courage de le faire avant lui. 

C’est le message et le but principal de Untold (l’Envers du sport), cette série de documentaires auquel Breaking Point appartient. Et c’est réussi.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *