Inès Ibbou interpelle Dominic Thiem dans une émouvante lettre ouverte

Inès Ibbou, 620e joueuse mondiale, a publié une lettre ouverte émouvante sur YouTube pour répondre à la récente déclaration de Dominic Thiem, qui ne voyait pas pourquoi il devrait donner de l’argent pour un fonds de soutien destiné aux joueurs ne faisant pas partie du Top 100. La joueuse algérienne explique en quoi sa réalité est si différente de la sienne.

Inès Ibbou - WTA

“Cher Dominic, après avoir lu ta dernière déclaration, je me demandais ce qu’aurait été ma carrière, et donc ma vie, si j’avais été à ta place”. C’est avec ces mots que la joueuse de tennis algérienne Inès Ibbou ouvre sa lettre ouverte de 9 minutes, publiée sur YouTube samedi soir.

Elle l’a écrite pour répondre à la récente déclaration de Dominic Thiem concernant un fonds de soutien pour les joueurs ne faisant pas partie du Top 100. De nombreuses personnes influentes dans le monde du tennis (Novak Djokovic, Roger Federer, Rafael Nadal, Stefanos Tsitsipas ou encore Patrick Mouratoglou) ont fait campagne pour cette idée. Mais l’Autrichien n’était pas de ceux-là.

“Je ne vois pas pourquoi je devrais leur donner de l’argent. Je préfère donner à des personnes ou à des institutions qui en ont vraiment besoin”, avait déclaré le numéro 3 mondial au quotidien autrichien Kronen Zeitung.

Ibbou avait atteint la 23e place mondiale chez les juniors

Ibbou, 21 ans et 620e mondiale, raconte son histoire pour montrer en quoi son parcours a été différent de celui de Thiem. Ayant grandi en Algérie, elle a eu du mal à s’entraîner dans de bonnes conditions, en raison du manque d’infrastructures et de personnel pour l’encadrer. Les parents d’Ibbou ne connaissaient rien au tennis et n’avaient pas l’argent nécessaire pour l’aider à réaliser son rêve.

Ibbou a néanmoins réussi à atteindre le top 30 chez les juniors (23e rang mondial). Elle a également remporté son premier titre sur le circuit ITF à 14 ans, en remportant le tournoi de Tlemcen, en 2013. Ibbou a ensuite remporté un titre ITF à Hammamet, en 2017. En septembre dernier, elle a atteint la 603e place mondiale, son meilleur classement WTA.

Dans sa vidéo, Ibbou détaille de manière émouvante tous les sacrifices qu’elle fait juste pour pouvoir voyager sur le circuit. Elle explique comment elle s’est toujours battue pour gagner de l’argent avec le tennis. Pas de sponsors, abandonnée par sa Fédération après un désaccord avec son père : elle n’aurait pas pu poursuivre son ambition de réussir si elle ne recevait pas l’aide des autres, juste pour s’entraîner ou pour manger.

Une blessure a eu un impact sur sa transition vers les pros

En plus de tout cela, Ibbou s’est blessée au coude en 2015 et sa transition vers le tennis professionnel s’en est ressentie. Elle explique également comment elle essaie toujours d’optimiser son emploi du temps pour limiter les coûts, car elle doit souvent demander un visa lorsqu’elle se rend dans un autre pays. Ibbou assure qu’elle n’est pas la seule dans cette situation difficile.

“Contrairement à toi, beaucoup partagent ma réalité”, dit Ibbou à Thiem. “Dominic, nous ne t’avons rien demandé. Sauf un peu de respect pour nos sacrifices. Les joueurs comme toi me font m’accrocher à mon rêve. S’il te plaît, ne gâche pas ça.”

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *