Djokovic répond à Nadal : « Je ne suis obsédé par rien du tout »

Novak Djokovic a été interrogé lundi au sujet des déclarations de Rafael Nadal, qui estimait que le Serbe était plus obnubilé que lui par les records. « Je cherche à atteindre mes objectifs et je n’ai jamais eu de problème pour les verbaliser », s’est défendu le Serbe.

Rafael Nadal & Novak Djokovic, Australian Open final, 2019

Chaque fois qu’un membre du Big 3 parle d’un autre, ses mots font le tour du monde. Questionné lundi au sujet des déclarations de Rafael Nadal à son sujet publiées ce lundi sur le site du Metro.co.uk, Novak Djokovic a réaffirmé tout son respect pour l’Espagnol. Tout en prenant soin de lui rétorquer qu’il n’était pas obsédé par quoi que ce soit dans la vie. Il l’affirme, le sport est sa principale source d’inspiration et la raison pour laquelle il continue de se battre au plus haut niveau.

Répondant à Metro au sujet de son approche du tennis et des records, Nadal a eu ces mots :

« Bien sûr, j’ai envie de gagner de nouveau titres du Grand Chelem. Aucun doute là-dessus. Mais, par exemple, Novak est plus obsédé que moi par les records, plus concentré dessus. »

A ce moment-là, d’après l’auteur de l’article, Nadal s’est interrompu brièvement en secouant sa tête, avant d’ajouter :

« (Plus obsédé par les records), mais pas d’une façon négative. Il est simplement plus concentré dessus, ce genre de choses signifie beaucoup pour lui. Il parle tout le temps des records, et bravo à lui. Mais ce n’est pas mon approche du tennis et de ma carrière. »

Djokovic : « Pourquoi verbaliser mes objectifs serait-il une mauvaise chose ? »

En conférence de presse à Belgrade en marge de l’Open de Serbie se déroulant cette semaine, Djokovic a été, évidemment, interrogé au sujets des déclarations du Majorquin.

« Je ne peux pas parler pour lui, je ne connais pas sa façon de penser, mais il a le droit d’exprimer son opinion sur la façon dont il me voit par rapport aux records, etc. Personnellement, je n’ai pas le sentiment d’être obsédé par quoi que ce soit dans la vie. Ce que je ressens, c’est de la passion et un immense désir. Je cherche à atteindre mes objectifs et je n’ai jamais eu de problème pour les verbaliser. Peut-être que certains ne peuvent pas les afficher clairement de peur de ne pas les atteindre, mais ça ne m’a jamais semblé difficile de dire : ‘Je veux battre tel record ou atteindre tel but.’ Je ne vois pas pourquoi cela serait une mauvaise chose. Que ce soit en ce qui concerne les records, mais aussi rapport à la politique du tennis, par exemple. »

« Depuis que je suis jeune, je n’ai pas peur de verbaliser mes objectifs : je voulais être numéro 1 mondial et gagner des titres du Grand Chelem. Bien sûr, mes buts sont devenus de plus en plus importants. Quand vous en atteignez un, un autre prend sa place. C’est mon chemin, et il est unique. Tout comme celui de Rafa. »

« Je respecte Rafa probablement plus que n’importe quel autre joueur »

Plus loin dans la même interview pour Metro, Nadal a ajouté être animé d’une « ambition saine« .

« Oui, je suis ambitieux, sinon je ne serais pas là où j’en suis aujourd’hui. Mais j’ai probablement une ambition différente de celle de Novak, par exemple. J’essaie juste de continuer ce que je fais, me mettre en situation de toujours prendre du plaisir sur le circuit, tout en essayant d’accomplir le plus de choses possibles, évidemment. »

Questionné pour savoir si ses sources de motivations sont différentes de celles de Nadal, Djokovic a eu cette réponse

« Tout est question de point de vue et d’interprétation de ce que chacun dit. Je respecte Rafa, probablement plus que n’importe quel autre joueur dans le monde, il est mon plus grand rival. Tout ce qu’il a accompli, son dévouement au tennis, à l’entraînement… Tous ces traits de personnalité méritent l’admiration. Il sait de quelle source de motivation il est animé, et je ne peux pas m’immiscer là-dedans. »

Novak Djokovic and Rafael Nadal, Roland-Garros 2020

Djokovic a confié avoir de nombreuses sources de motivations dans le tennis, et les trophées ne sont pas l’unique raison pour laquelle il continue à se décarcasser au plus haut niveau. Au contraire.

« Je l’ai souvent répété par le passé, l’amour du sport est ma principale motivation. C’est pour ça que je suis toujours sur le circuit. Si je n’aimais pas réellement la compétition, je n’aurais plus aucune raison d’être là. Je joue parce que je ressens toujours le feu à l’intérieur, le désir de gagner, et parce que j’ai le soutien de mes proches. Je continuerai aussi longtemps que j’aimerai ça. »

Djokovic : « Quand je n’ai pas une vision claire, les choses ne se passent pas bien pour moi »

Pour conclure, le Belgradois a détaillé qu’il voyait plus clairement son chemin quand ses objectifs étaient bien définis.

« Je crois que chaque sportif a besoin d’avoir des objectifs en vue, ça permet de savoir où sont le début et la fin, d’un point A à un point B, puis comment aller de l’un à l’autre. En définissant vos buts, vous devez avec une discipline mentale nécessaire pour rester responsable et organisé. Pour résumer, il faut avoir un instrument de mesure. J’ai eu des périodes dans ma vie au cours desquelles je n’avais pas une vision claire de mes objectifs. Je ne savais pas ce que je voulais, dans quelle direction aller, et ça ne s’est pas bien terminé pour moi. Mes parents, et aussi mes mentors tennistiques, m’ont appris a toujours avoir avoir un but clair et précis devant moi : ce que je veux accomplir, comment l’accomplir, et avec qui. »

Battu par Dan Evans au troisième tour du Masters 1000 de Monte-Carlo, Novak Djokovic a désormais pour but de rebondir, chez lui, à Belgrade, cette semaine. Exempté de premier tour en qualité de tête de série numéro 1, il affrontera le vainqueur du duel entre Kwon Soonwoo et Roberto Carballes Baena pour son entrée en lice.

Traduction de l’anglais au français par Mathieu Canac

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *