Pas de public ? Pas de problème : les joueurs sont habitués maintenant

Il n’y aura pas de spectateurs à Londres cette semaine, mais ce n’est pas nouveau pour les huit meilleurs joueurs mondiaux. Ils sont désormais habitués à jouer à huis clos.

Masters de Londres - Rafael Nadal

Ce sera un Masters pas comme les autres, et pas parce qu’il s’agit du dernier à Londres avant déménagement à Turin. La raison, bien sûr, est que la compétition se déroulera à huis clos en raison des restrictions dues au coronavirus. Comme prévu, les organisateurs du tournoi ont annoncé, le mois dernier, que, comme de nombreux autres événements du calendrier du tennis cette année, les Nitto ATP Finals se joueraient à sans public. Plus de 15.000 sièges dans l’O2 Arena ; mais vides.

Les huit joueurs de simple, ainsi que ceux engagés double, se sont déjà habitués à ces stades sans public. Depuis la reprise en août, le jeu à huis clos est la règle. L’exemple le plus notable a été l’US Open, où même dans le stade Arthur-Ashe, le plus grand stade de tennis du monde, les gradins étaient vides. Seuls les équipes, quelques officiels étaient autorisés à profiter des places laissées vacantes. Ainsi a-t-on vu, comme jamais, d’autres joueurs regarder jouer d’autres joueurs.

Sur les huit participants londoniens, Novak Djokovic, Dominic Thiem, Daniil Medvedev, Alexander Zverev, Stefanos Tsitsipas et Andrey Rublev ont tous joué sur ce court Arthur Ashe vide au moins une fois, où le huis clos a une autre saveur.

Ils ont eu une réponse comparable lorsqu’il leur a été demandé, lors de leurs conférences de presse respectives d’avant-tournoi, si les fans allaient leur manquer. Leur déception est évidente, mais le bonheur que le tournoi puisse se jouer l’emporte – et va pour le huis clos.

Londres 2019

“Ce sera étrange de faire ses adieux à cette arène sans public”, sythétise Djokovic, “mais néanmoins nous sommes tous reconnaissants et chanceux d’avoir la chance de jouer ce tournoi ici.”

Zverev, vainqueur en 2018, est allé dans le sens du numéro 1 mondial :

“Ça chamboule beaucoup de choses, bien sûr. L’atmosphère à Londres est particulière. Ce sera difficile, ce sera différent. Mais j’ai toujours hâte d’y être, ce sera toujours spécial”.

Une nouvelle bulle

Rafael Nadal, à nouveau en lice pour son tout premier titre aux Masters, n’a pas joué l’US Open. Cependant, le numéro 2 mondial a vécu un huis clos complet lors de sa campagne à Bercy début novembre.

“Nous sommes dans l’hôtel à côté de l’O2”, a commenté le vainqueur de Roland-Garros. “Nous ne pouvons même pas marcher de l’hôtel à l’O2 qui est, je pense, à seulement 200 mètres. (Mais) nous avons beaucoup de chance de pouvoir continuer à pratiquer notre sport, je ne peux pas être négatif. Ce n’est pas parfait mais nous ne pouvons pas du tout nous plaindre”.

Tsitsipas souligne que la vie sur le circuit dans son ensemble n’a pas la même saveur dans le climat actuel. Le Grec, tenant du titre, estime qu’il y a plus de pression quand il n’y a pas de fans.

Stefanos Tsitsipas - Londres 2019

“Quand vous avez des spectateurs, quand vous sentez l’attention sur vous, quand vous avez des gens, des médias et tout ce que cela implique, je ne pense pas que cela soit aussi stressant que d’être dans une bulle, d’être là 100 % de la journée juste pour le tennis, a expliqué le Grec. Cela rend la situation encore plus forte sur le plan mental, plus exigeantes. Je préfèrerais évidemment que l’on vive ces choses événements comme avant. Mais nous devons tous y faire face, n’est-ce pas ?”

Les images d’un Daniil Medvedev en train de chauffer une foule hostile à l’US Open et à nouveau lors de ses débuts aux Nitto ATP Finals semblent appartenir à une réalité parallèle.

“J’aime les fans et les grands stades”, a-t-il déclaré vendredi. C’est pour cela que j’ai travaillé toute ma vie.”

Medvedev aura le grand stade mais pas les fans. Pour une durée indéterminée.

Traduit de l’anglais par Lucas Morlier

Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *