Serena Williams en 2020 : La chasse au record continue

Après une année qui a débuté par un titre à Auckland, la campagne 2020 de Serena Williams s’est terminée par une blessure à Roland-Garros. Voici le bilan de sa saison.

Serena Williams, 2020 review

La course au 24eme titre du Grand Chelem, record de Margaret Court, se poursuit pour Serena Williams après une année initialement fructueuse mais finalement frustrante pour l’Américaine, pas aidée par quelques blessures.

  • Classement à la fin de 2019 : 10
  • Classement à la fin de 2020 : 10
  • Bilan de 2020 (V/D) : 17/5
  • Titres : 1

Meilleure performance : Un premier titre en tant que maman

Serena Williams a commencé l’année en beauté, en remportant le titre à Auckland, son premier en tant que mère et depuis qu’elle a remporté son 23e titre du Grand Chelem à l’Open d’Australie en 2017, alors qu’elle était enceinte. Elle a battu les Américaines Amanda Anisimova puis Jessica Pegula pour remporter le titre à Auckland, le 73e de sa carrière. Serena a également remporté le titre en double avec sa sœur Venus Williams et a ensuite fait don de tous ses gains au fonds de secours des feux de forêts en Australie.

Meilleur Grand Chelem : Une demie à domicile 

En quête du titre du record de Margaret Court (24 Majeurs), Serena Williams a atteint les demi-finales de l’US Open, remportant trois combats consécutifs en trois sets pour se hisser dans le dernier carré. Mais après un premier set brillant, elle a été usée par une Victoria Azarenka inspirée.

Meilleur moment de sa saison : Premier titre depuis 2017

Son 73e titre en simple à Auckland a été le point culminant de la saison de Williams, et ce dès sa première tournoi de l’année. Un trophée qui a dû la ravir, elle avait perdu ses trois dernières finales. (contre Simona Halep à Wimbledon et contre Bianca Andreescu à Montréal et à l’US Open). À Auckland, Williams a remporté le titre en ne perdant qu’un seul set contre Christina McHale au deuxième tour.

Serena Williams - Auckland 2020

Pire moment de sa saison : Un tendon qui grince à Roland-Garros

Son forfait avant son match de deuxième tour à Roland-Garros, n’ayant pas sufisamment récupéré de sa blessure au tendon d’Achille contractée à la fin de l’US Open, a dû être dur pour Williams. L’Américaine n’avait pas gagné Roland-Garros depuis 2015 et n’était pas allée en finale depuis 2016, les attentes n’étaient donc pas très élevées. Pourtant, elle était bien reposée (elle n’avait pas joué depuis l’US Open) et avait l’air en forme, infligeant un bagel 6-0 au troisième à Kristie Ahn lors du premier tour. Néanmoins, elle s’est retirée du tournoi avant d’affronter Pironkova.

Dans les médias : Mère et joueuse 

L’équilibre entre la maternité et le tennis est, semble-t-il, un défi permanent pour Serena Williams.

Auto-évaluation : “Je vais continuer”

Serena Williams est toujours assez honnête dans la défaite. Lorsqu’elle a perdu à l’US Open, elle a admis qu’elle n’avait pas servi aussi bien que d’habitude, mais elle a aussi eu le sentiment d’avoir tout donné.

“C’est évidemment décevant. En même temps, vous savez, j’ai fait ce que j’ai pu aujourd’hui. J’ai l’impression que d’autres fois, j’ai été proche et j’aurais pu faire mieux. Aujourd’hui, j’ai eu l’impression d’avoir beaucoup donné”.

Après avoir été contrainte de se retirer de Roland-Garros, elle a confirmé qu’elle se battrait pour aller chercher le record de Grands Chelems en 2021.

“J’adore jouer au tennis, c’est évident. J’aime la compétition. J’aime être ici. C’est mon travail. Je suis encore assez douée pour ça, donc jusqu’à ce que je sente que je ne suis plus douée pour jouer, alors je serai, on va dire, OK. Je suis si proche de certaines choses, alors je sens que j’y suis presque. Je pense que c’est ce qui me permet de continuer”.

Serena Williams, Roland-Garros, 2020

L’évaluation de Tennis Majors

La fin de l’année a été décevante pour Serena Williams, qui semblait se rapprocher du sommet de sa forme à l’US Open, mais sa douleur au tendon d’Achille l’a stoppée dans sa course. Elle lui a ensuite fait perdre toute chance de bien figurer à Roland-Garros. À 39 ans, le temps ne joue pas en sa faveur mais il y a eu suffisamment de signes à New York, notamment lors du premier set contre Victoria Azarenka en demi-finales, qui laisse présager de bonnes choses.

La clé pour la championne américaine sera de rester en bonne santé, de gérer son calendrier et de se constituer une base de matches qui lui permettra d’atteindre le sommet en Grand Chelem. L’objectif, de tenter d’égaler puis de dépasser le record de Margaret Court, est ce qui la maintient en vie, mais il semble que ce soit sa dernière grande année. Alors attendez-vous à ce qu’elle donne un dernier coup de boost pour avoir ce qu’elle veut. L’Open d’Australie, qui a toujours été un terrain de chasse favorable pour elle, pourrait être la clé de sa saison. Si elle peut y gagner, et ce sera loin d’être une tâche facile avec l’avènement de nouvelles championnes, alors Wimbledon pourrait lui offrir une grande opportunité. Ce sera sans doute difficile, mais personne ne s’est jamais enrichi en sous-estimant la reine Serena.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *