5 novembre 2006 : Le jour où Nikolay Davydenko a remporté son premier Masters 1000, à Bercy

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 5 novembre 2006, Nikolay Davydenko conclut une superbe saison en soulevant son premier trophée en Masters 1000, à Paris-Bercy, et en s’arrogeant la 3e place mondiale.

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : Davydenko domine Hrbaty pour s’offrir son premier titre en Masters 1000

Ce jour-là, le 5 novembre 2006, à Paris-Bercy, le Russe Nikolay Davydenko remporte son premier titre en Masters 1000, en dominant Dominik Hrbaty à l’issue de la finale en trois sets gagnants la plus courte de l’histoire du tournoi (6-1, 6-2, 6-2). Bien que de nombreux joueurs du top 10 soient absents pour mieux préparer le Masters, le Russe démontre un niveau de jeu impressionnant tout au long de la semaine, et ce triomphe lui permet d’atteindre la 3e place mondiale, le meilleur classement de sa carrière.

Les acteurs

Nikolay Davydenko, « la machine lance-balles »

Le Russe Nikolay Davydenko est né en 1981. Passé pro en 1999, il fait son entrée dans le top 100 à la fin 2001, et il gagne son premier tournoi ATP en janvier 2003, à Adelaïde (aux dépens de Kristof Vliegen, 6-2, 7-6). La même année, il intègre le top 50, après avoir remporté un deuxième tournoi à Estoril (en battant Agustin Calleri en finale, 6-4, 6-3). En 2004, ajoutant deux nouveaux titres à son palmarès, dont la prestigieuse Kremlin Cup (où il domine Greg Rusedski, 3-6, 6-3, 7-5), il finit la saison à la 28e place mondiale. C’est en 2005 qu’il explose au plus haut niveau : il atteint les quarts de finale de l’Open d’Australie (éliminé par Andy Roddick, 6-3, 7-5, 4-1, ab.) et les demi-finales à Roland-Garros (battu par Mariano Puerta, 6-3, 5-7, 2-6, 6-4, 6-4). Qualifié pour le Masters, il y sort des poules et s’incline en demi-finales face à David Nalbandian (6-0, 7-5), et termine l’année à la 5e place du classement ATP. Près d’un an plus tard, il occupe toujours ce rang, après une saison 2006 au cours de laquelle il a remporté pas moins de cinq titres (dont une deuxième Kremlin Cup, aux dépens de Marat Safin, 6-4, 5-7, 6-4), atteint les quarts de finale de l’Open d’Australie et des Internationaux de France, ainsi que les demi-finales de l’US Open (battu par Roger Federer, 6-1, 7-5, 6-4). Davydenko imprime une cadence de jeu très rapide, en jouant presque toutes les balles montantes. Sa régularité dans ce style de jeu lui a valu d’être surnommé « la machine lance-balles » par Tommy Haas.

Dominik Hrbaty, « Dominator »

Le Slovaque Dominik Hrbaty est né en 1978. Surnommé « Dominator », il passe pro en 1996 et est élu « révélation de l’année » après être passé de la 315e place mondiale à la 78e, en douze mois seulement. Il remporte son premier titre à San Marin en 1998, écartant en finale Mariano Puerta (6-2, 7-5). En 1999, il réalise la meilleure performance de sa carrière en Grand Chelem en se hissant en demi-finales de Roland-Garros, où il est battu par Andre Agassi (6-4, 7-6, 3-6, 6-4). En 2004, il réalise un début de saison exceptionnel en remportant ses deux premiers tournois de l’année, à Adelaïde (aux dépens de Michael Llodra, 6-4, 6-0) et à Auckland (où il domine Rafael Nadal, 4-6, 6-2, 7-5). Il gagne ensuite un troisième tournoi, à Marseille, battant en finale Robin Soderling (4-6, 6-4, 6-4), et, après avoir atteint les quarts de finale de l’US Open (éliminé par Tim Henman, 6-1, 7-5, 5-7, 6-2), il grimpe au 12e rang mondial, le meilleur classement de sa carrière. En 2005, avec à ses côtés Karol Beck et Karol Kucera, il mène la Slovaquie en finale de la Coupe Davis, mais, malgré ses deux victoires en simple sur Mario Ancic et Ivan Ljubicic, son équipe s’incline face à la Croatie, 3-2. En novembre 2006, il est 27e mondial.

Le lieu : Paris-Bercy

Le tournoi en salle de Paris-Bercy est créé en 1986. Disputé chaque année au début du mois de novembre, il s’agit en général du dernier tournoi avant le Masters et la finale de la Coupe Davis.  C’est l’un des tournois en salle les plus cotés au monde, et il intègre la catégorie Super 9 (ancien nom des Masters 1000) en 1990. A son palmarès, on retrouve de grandes stars comme Boris Becker (1986, 1989, 1992), Andre Agassi (1994, 1999), Pete Sampras (1995, 1997) ou encore Marat Safin (2000, 2002, 2004).

L’histoire : La plus courte finale de l’histoire du tournoi

Arrivé à Paris en tant que 5e mondial, Nikolay Davydenko y est initialement tête de série n°4, mais après les forfaits de dernière minute des trois premières têtes de série (Roger Federer, Rafael Nadal et David Nalbandian), le Russe devient le favori du tournoi. Dès les premiers échanges, Davydenko confirme son statut. Installé sur sa ligne de fond de court, prenant toutes les balles montantes tout en visant les lignes, le 5e mondial expédie Christophe Rochus au premier tour (6-0, 6-0), avant de démolir son compatriote Dmitry Tursunov au deuxième tour (6-2, 6-2). En quarts de finale, c’est au tour de Mario Ancic d’être balayé (6-3, 6-3). « Quand il joue comme ça, il n’y a rien à faire, à part peut-être s’asseoir et le regarder jouer », commente le Croate. Cependant, en demi-finale, Davydenko lâche un set face à Tommy Robredo, 7e mondial, mais il reprend largement le dessus au troisième set (6-3, 5-7, 6-2).

Son ultime adversaire, Dominik Hrbaty, est l’invité-surprise de cette finale. 27e mondial, il a éliminé le tenant du titre, Tomas Berdych, en quarts de finale (6-4, 1-6, 6-2), et en demi-finale, il a bénéficié de l’abandon de Tommy Haas à l’issue du premier set, gagné 6-4 par le Slovaque.

Le public assiste ce jour-là à une finale à sens unique, la plus courte de l’histoire du tournoi. Davydenko avale les cinq premiers jeux, bouclant la première manche 6-1, et au deuxième set, il se détache 4-0 avant de conclure 6-2. Au troisième set, Hrbaty parvient à coller au score jusqu’à 2-2, mais le Russe coupe court au suspense. En 90 minutes, Davydenko l’emporte, 6-1, 6-2, 6-2, soulevant ainsi son premier trophée en Masters 1000.

La postérité du moment : Couronnement au Masters 2009

Au Masters, Nikolay Davydenko sera éliminé au stade des poules. Il atteindra les demi-finales en Grand Chelem à deux reprises, en 2007, à Roland-Garros puis à l’US Open, battu à chaque fois par Federer. Il remportera deux Masters 1000 supplémentaires, le premier à Miami, en 2008, et le deuxième à Madrid, en 2009, à chaque fois aux dépens de Nadal. L’apogée de sa carrière sera le Masters 2009, où il remportera le plus grand titre de sa carrière, en dominant Juan Martin del Potro en finale (6-3, 6-4). A la suite de ce succès, le Russe déclinera, redevenant un simple joueur du top 50 jusqu’à sa retraite, en 2014.

Dominik Hrbaty ne disputera plus la moindre finale sur le circuit principal. Il quittera même le top 100 à la fin 2007, et il n’y reviendra jamais. A la fin 2010, pointant au 417e rang mondial, il annoncera officiellement sa retraite.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *