le meilleur du tennis
dans ta boite mail

Des milliers de fans sont déjà abonnés

y

3 novembre 1975 : Le jour où Chris Evert a pris la tête du tout premier classement WTA

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Aujourd’hui, nous retournons en 1975 pour voir comment Chris Evert est devenue la première joueuse à se trouver en tête du classement mondial informatisé de la WTA.

Chris Evert_OTD_1973 Chris Evert_OTD_1973

Ce qui s’est passé ce jour-là et pourquoi c’est historique : Bienvenue au classement WTA

Ce jour-là, le 3 novembre 1975, quatre ans après que le groupe de femmes connu sous le nom de “Original 9” a lancé le premier circuit professionnel féminin (connu sous le nom de Virginia Slims Series), la Women’s Tennis Association publie le premier classement mondial féminin informatisé. Sans surprise, Chris Evert, qui domine largement le tennis depuis 1974, est la première joueuse à apparaître en tête de ce classement.

L’actrice : Chris Evert

  • Chris Evert, première joueuse tout en haut de ce classement

Chris Evert est née en 1954 en Floride. Entraînée par son père, elle développe un jeu basé sur la régularité, tenant ses adversaires à distance du filet grâce à sa longueur de balle, et les sanctionnant avec d’excellents passing shots si elles montent imprudemment. Elle obtient son premier résultat notable à l’âge de 16 ans, se hissant en demi-finales de l’US Open (éliminée par la numéro 1 mondiale, Billie Jean King, 6-3, 6-2). En 1973, à 18 ans, elle est finaliste à Roland-Garros et à Wimbledon, battue par les deux meilleures joueuses du monde, King et Margaret Court, et elle démarre 1974 sur une nouvelle défaite en finale de Grand Chelem, en Australie, battue par Evonne Goolagong (7-6, 4-6, 6-0). Quelques mois plus tard, elle triomphe enfin à Roland-Garros, en écrasant en finale Olga Morozova  (6-1, 6-2). Ce premier titre du Grand Chelem est rapidement suivi d’un second, à Wimbledon (contre la même Morozova, 6-0, 6-4), et en 1975, elle ajoute deux autres couronnes majeures à son palmarès, à Roland-Garros et à l’US Open.

Chris Evert, Rothmans London Court - 15.02.1973
Chris Evert en1973

L’histoire : Les “Original 9” à l’origine de la WTA

En 1975, cinq années se sont écoulées depuis que les fameuses “Original 9” (Peaches Bartkowicz, Rosie Casals, Julie Heldman, Billie Jean King, Kristy Pigeon, Nancy Richey, Valery Ziegenfuss, Judy Dalton et Kerry Melville Reid) ont mis sur pied le premier circuit professionnel féminin, sponsorisé par une entreprise de tabac et baptisé Virginia Slims Circuit.  

“Nous savions simplement que nous avions le rêve, la vision”, expliquera plus tard Billie Jean King. “Nous voulions que chaque petite fille du monde ait la possibilité de jouer et, si elle était assez forte, de vivre du tennis.”

Les “Original 9” voyagent ensemble de ville en ville pour disputer les premiers tournois Virginia Slims, et s’impliquent toutes dans l’organisation du circuit, du marketing jusqu’à la vente de billets devant des supermarchés. “J’ai très vite compris ce qu’il fallait faire pour organiser un tournoi de A à Z”, affirmera King.

Depuis lors, malgré la popularité croissante du tennis, l’évolution du circuit féminin a connu des hauts et des bas. Après la création du circuit Virginia Slims, la fédération américaine – dont le président, Alastair Martin, avait fortement déconseillé à Billie Jean King de mener son projet à bien – a mis sur pied son propre circuit. 

“Imaginez, après deux ans de plaidoyer avec eux en coulisses”, se souviendra King 50 ans plus tard, sur le site de la WTA. “Donc, nous avons un circuit et – oh, non – voilà que maintenant il y a deux circuits. Cela a divisé les joueuses, ce qui était la pire chose qui pouvait arriver”. 

Billie Jean King, 1975 Wimbledon
Billie Jean King à Wimbledon en 1975

Ce n’est qu’en 1973 que les joueuses s’unissent enfin au sein d’une seule et unique association, la Women’s Tennis Association (WTA). Cette même année, King domine Bobby Riggs dans la Bataille des Sexes, et à l’US Open, les femmes obtiennent pour la première fois l’égalité des prix dans un tournoi du Grand Chelem. La WTA voit le jour à Londres, la semaine précédant Wimbledon, lorsque plus de 60 joueuses se réunissent à l’hôtel Gloucester.

En 1974, la décision est prise d’établir un classement informatisé, similaire à celui utilisé sur le circuit masculin depuis 1973. 

“Avant les classements informatiques, ce qu’ils faisaient, c’était vous classer à la fin de l’année, et j’étais numéro 1 en 1974, probablement à cause de mes titres à Roland-Garros et de Wimbledon”, se souviendra Chris Evert, selon tennis.com. “Lorsque les classements informatiques sont apparus, ils ont été expliqués principalement comme une base pour accéder aux tournois, aux têtes de série, aux tableaux, mais les joueurs savaient déjà qui était numéro 1 ou numéro 2. Ça n’a fait qu’officialiser le tout.”

Au début du mois de novembre 1975, Evert a déjà remporté pas moins de 15 tournois depuis le début de l’année, dont Roland-Garros et l’US Open. Ce n’est donc pas vraiment une surprise de la voir en tête du premier classement informatique de la WTA jamais publié, le 3 novembre.

Le premier top 10 de l’histoire de la WTA :

  1. Chris Evert
  2. Virginia Wade
  3. Martina Navratilova
  4. Billie Jean King
  5. Evonne Goolagong
  6. Margaret Court
  7. Olga Morozova
  8. Nancy Riche
  9. Francoise Durr
  10. Kerry Melville Reid

Se trouver au sommet de cette prestigieuse liste est une grande satisfaction pour Evert.

“Cela m’a donné de la fierté, un sentiment d’accomplissement, de la confiance – c’était un sentiment vraiment agréable. C’est là que vous voulez être. Tout le monde aimerait devenir numéro 1, et c’est un objectif que très peu de gens atteignent.”

La postérité du moment : Evert tout en haut du classement les 140 semaines suivantes

Chris Evert restera n°1 mondiale pendant les 140 semaines suivantes (même si deux de ces semaines seront rétrospectivement accordées à Evonne Goolagong, 30 ans plus tard) et 260 semaines au total. Elle apparaîtra en tête du classement WTA pour la dernière fois en novembre 1985.

46 ans après la publication du tout premier classement WTA, un total de 27 femmes auront réussi à atteindre le sommet de leur sport. 

  1. Chris Evert (3 novembre 1975)
  2. Evonne Goolagong (26 avril 1976, accordée rétroactivement en 2007)
  3. Martina Navratilova (10 juillet 1978)
  4. Tracy Austin (7 avril 1980)
  5. Steffi Graf (17 août 1987)
  6. Monica Seles (11 mars 1991)
  7. Arantxa Sanchez-Vicario (6 février 1995)
  8. Martina Hingis (31 mars 1997)
  9. Lindsay Davenprt (12 octobre 1998)
  10. Jennifer Capriati (15 octobre 2001)
  11. Venus Williams (25 février 2002)
  12. Serena Williams (8 juillet 2002)
  13. Kim Clijsters (11 août 2003)
  14. Justine Henin (20 octobre 2003)
  15. Amélie Mauresmo (13 septembre 2004)
  16. Maria Sharapova (22 août 2005)
  17. Ana Ivanovic (9 juin 2008)
  18. Jelena Jankovic (11 août 2008)
  19. Dinara Safina (20 avril 2009)
  20. Caroline Wozniacki (11 octobre 2010)
  21. Viktoria Azarenka (30 janvier 2012)
  22. Angelique Kerber (12 septembre 2016)
  23. Karolina Pliskova (17 juillet 2017)
  24. Garbine Muguruza (11 septembre 2017)
  25. Simona Halep (9 octobre 2017)
  26. Naomi Osaka (28 janvier 2019)
  27. Ashleigh Barty (24 juin 2019)
Ashleigh Barty, WTA 1000 Cincinnati 2021
Ashleigh Barty à Cincinnati en 2021

Principaux records établis sur le circuit WTA :

Nombre de semaines passées en tant que n°1 mondiale : 

1. Steffi Graf, 377 semaines

2. Martina Navratilova, 332 semaines

3. Serena Williams, 319 semaines

4. Chris Evert, 260 semaines

5. Martina Hingis, 209 semaines

Le plus long règne ininterrompu : Steffi Graf & Serena Williams, 186 semaines

Plus jeune joueuse à atteindre la première place mondiale : Martina Hingis, 16 ans et 152 jours, en 1997.

La joueuse la plus âgée à occuper la première place mondiale : Serena Williams, 35 ans et 8 mois, en 2017.

Personnes mentionnées

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *