ATP : ils ont brillé en Challenger en 2020, ayez-les à l’œil en 2021

Lorenzo Musetti, Carlos Alcaraz, Daniel Altmaier… Découvrez les joueurs qui se sont révélés cette saison sur le circuit Challenger et qui pourraient bien s’installer durablement dans le top 100.

Musetti, Alcaraz, Altmaier, Wolf

La saison 2020 du circuit Challenger 2020 s’est officiellement terminée dimanche, avec les victoires de Francisco Cerundolo à Campinas et de Pedro Sousa à Maia. Sur le circuit Challenger, cette saison était également particulière en raison de la pandémie de coronavirus. Depuis la reprise en août, après cinq mois d’arrêt, 32 tournois Challenger se sont tenus. Des noms clinquants y ont pris part : Stan Wawrinka a remporté celui de Prague, le premier disputé en août avec Todi (Italie). Frances Tiafoe s’est lui imposé à Parme en octobre. Les tournois Challenger étaient limités à l’Europe d’août à fin octobre. En novembre, les Etats-Unis, l’Equateur, le Pérou et le Brésil ont accueilli des tournois de cette catégorie. Découvrez les joueurs qui se sont révélés et qui pourraient rapidement intégrer le top 100. Et faire des dégâts sur le circuit ATP.

Lorenzo Musetti : la nouvelle star

  • 18 ans
  • Italie
  • Classement début 2020 : 360e
  • Classement fin 2020 : 128e

Lorenzo Musetti aurait été la principale attraction des finales du Masters NextGen si celui-ci avait eu lieu – à domicile en Italie – mais cet événement a été annulé à cause du coronavirus. Le jeune Toscan a excellé cette saison dans son pays. Au Masters 1000 de Rome, il s’est qualifié pour le troisième tour après s’être notamment payé Stan Wawrinka. Il a également atteint les demi-finales de l’ATP 250 de Sardaigne. En Challenger, Musetti a remporté un trophée à Forli, et atteint les demi-finales à Trieste et les quarts à Cordenons. Le voir directement dans le grand tableau à Roland-Garros ne serait pas une surprise. Hors courts, il a déjà une petite renommée : il s’est déjà retrouvé en couverture de la version italienne du magazine Esquire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par lorenzo musetti (@lore_musetti)

Carlos Alcaraz : sur les traces de Ferrero

  • 17 ans
  • Espagne
  • Classement début 2020 : 492e
  • Classement fin 2020 : 141e

Comme Musetti, Alcaraz est l’une des jeunes stars du tennis mondial. Il aurait également été l’une des têtes d’affiche à Milan, même si, à 17 ans seulement, il pourra encore participer à de nombreuses finales de l’ATP NextGen. L’Espagnol a remporté sa première victoire sur le circuit ATP contre Albert Ramos-Vinolas à Rio de Janeiro (Les images du match ici), au mois de février. Après l’arrêt du circuit, il a explosé en Challenger : trois titres à Trieste, Barcelone et Alicante, et une finale à Cordenons. Le voir intégrer le top 100 en 2021 serait la suite de sa logique de sa progression. Durant cette pré-saison, il s’attèle à travailler son physique, comme il le montre sur les réseaux sociaux.

Daniel Altmaier : progression éclair

  • 22 ans
  • Allemagne
  • Classement début 2020 : 276e
  • Classement fin 2020 : 130e

Lopez, Struff, Berrettini… Daniel Altmaier s’est fait un nom à Roland-Garros avec ce tableau de chasse, après avoir atteint les huitièmes de finale, seulement battu par Pablo Carreno-Busta. Ces performances sont dans la lignée de sa belle saison 2020. Une année avec, comme autres points d’orgue, quatre demi-finales en Challenger (Ann Arbor, Launceston, Cordenons et Aix-en-Provence) et deux quarts de finale (Bangkok et Morelos). Le jeune Allemand a pu faire admirer son beau revers à une main et devrait, logiquement, l’exporter sur le circuit ATP.

Francisco Cerundolo : la relève argentine

  • 22 ans
  • Argentine
  • Classement début 2020 : 248e
  • Classement fin 2020 : 139e

Ils sont deux à pouvoir se targuer d’avoir remporté trois Challenger cette saison : Carlos Alcaraz et Francisco Cerundolo. L’Argentin n’a disputé qu’un seul match sur le circuit ATP – perdu en trois manches contre Djere à Buenos Aires. Il pourrait bien débloquer son compteur en 2021 vu son niveau en Challenger : il s’est imposé à Split en octobre, à Guayaquil en novembre et à Campinas en décembre. Alors que les cinq membres Argentins du top 100 ont entre 27 et 30 ans, Cerundolo, âgé de 22 ans, représente l’avenir du tennis albiceleste. En attendant, peut-être, l’émergence de son frère Juan Manuel (341e), de Sebastian Baez (309e) et de Thiago Tirante (378e), tous trois âgés de 19 ans.

Marc-Andrea Huesler : le résilient

  • 24 ans
  • Suisse
  • Classement début 2020 : 277e
  • Classement fin 2020 : 148e

Roger Federer n’est pas le seul Suisse à avoir profité de l’interruption de l’épidémie de coronavirus pour ne pas perdre de terrain sur le reste du circuit. Huesler a également été absent durant près de six mois pour une blessure au pied. Dire qu’il a rattrapé le temps perdu serait un euphémisme. En septembre et octobre, le gaucher zurichois a remporté deux titres consécutifs en Challenger (Sibiu, Ismaning). Quelques semaines plus tôt, il s’était qualifié s’est pour les demi-finales de l’ATP 250 de Kitzbuhel en passant par les qualifications. A son tableau de chasse, Fabio Fognini, alors 12e mondial, et Feliciano Lopez, 57e à l’ATP.

Aslan Karatsev : le revenant

  • 27 ans
  • Russie
  • Classement début 2020 : 289e
  • Classement fin 2020 : 112e

Une renaissance. 153e en mai 2015, au cours d’une saison où il était près d’accéder à son premier tableau final en Grand Chelem, Aslan Karatsev a plongé jusqu’au 764e rang mondial. Le Russe a commencé à remonter en 2018. Et cette année, il a même dépassé son meilleur classement grâce à ses victoires aux Challengers de Prague II en août, Ostrava en septembre, deux finales à Bangkok en janvier et à Prague I en août. Vainqueur de deux matches sur des ATP 250 en 2020, il pourrait bien faire son entrée dans le top 100.

J.J. Wolf : le cogneur

  • 21 ans
  • Etats-Unis
  • Classement début 2020 : 188e
  • Classement fin 2020 : 120e

Sa progression semble linéaire. Entré dans le top 200 après une victoire surprise au Challenger de Champaign en novembre 2019, J.J. Wolf a remporté le Challenger de Nouméa dès janvier puis celui de Columbus, en mars, avant de se révéler à la reprise du circuit. Battu par Richard Gasquet au premier tour du Masters 1000 de Cincinnati après être sorti des qualifications, il a passé deux tours à l’US Open, où il a cédé contre Daniil Medvedev. Le grand public a découvert sa coupe-mulet à la Agassi en plus de ses frappes de mule. Le Top 100 n’est pas loin.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par JJ Wolf (@jjwolf5)

Jurij Rodionov : le battant

  • 21 ans
  • Autriche
  • Classement début 2020 : 299e
  • Classement fin 2020 : 144e

Derrière Dominic Thiem, les Autrichiens s’organisent. Un autre joueur l’accompagne dans le top 100 : Dennis Novak (96e). Deux font partie du top 200 : Sebastian Ofner (159e) et Jurij Rodionov (144e), qui s’est révélé cette saison. Alors 362e à l’ATP, il remporte le Challenger de Dallas avec des succès contre Seppi, Koepfer ou encore Kudla. Deux semaines plus tard, le gaucher triomphe à Morelos (Mexique). L’arrêt du circuit a stoppé son élan en Challenger, au profit du circuit principal. Vainqueur 10-8 au 5e set contre Jérémy Chardy de son premier match en Grand Chelem, à Roland-Garros, il a ensuite réalisé sa plus belle performance à Vienne, où il réside : il a réalisé l’exploit contre Denis Shapovalov, alors 12e mondial. Prometteur.

Rodionov

Pedro Martinez : la relève espagnole

  • 23 ans
  • Espagne
  • Classement début 2020 : 170e
  • Classement fin 2020 : 85e

Un nouvel Espagnol a débarqué dans le top 100 en 2020 : Pedro Martinez. Le protégé de Daniel Gimeno-Traver a alterné, avec brio entre circuit principal et circuit Challenger. Au deuxième tour de l’Open d’Australie, au troisième tour de Roland-Garros, le Valencian a terminé la saison en trombe avec un titre au Challenger de Marbella, deux semaines après avoir atteint la finale à Alicante, mi-octobre. Prochain objectif pour lui : se rapprocher du top 50. Il est le neuvième joueur espagnol à l’ATP mais le seul, avec Alejandro Davidovich Fokina, à avoir moins de vingt-cinq ans.

Yannick Hanfmann : des victoires clinquantes

  • 29 ans
  • Allemagne
  • Classement début 2020 : 172e
  • Classement fin 2020 : 99e

Yannick Hanfmann retrouve ses sommets. Il est au même rang qu’en juillet 2018, son meilleur classement auparavant. Si sa première finale sur un ATP 250 à Kitzbuhel, avec des succès notamment contre Dusan Lajovic et Alexander Bublik, l’a forcément aidé à faire son retour dans le top 100, sa régularité en Challenger a payé. Finaliste à Burnie (Australie) en février, il s’est imposé à Todi en août. Avant donc cette finale en Autriche. En fin de saison, l’Allemand s’est même payé le luxe de battre Gaël Monfils, alors 9e, à Hambourg, et Casper Ruud, 25e mondial, à Sardaigne. Il pourrait s’installer durablement dans le top 100 en 2021.

Daniel Elahi Galan : tout proche des 100

  • 24 ans
  • Colombie
  • Classement début 2020 : 191e
  • Classement fin 2020 : 115e

La Colombie va t-elle faire son retour dans le top 100 du classement ATP ? Daniel Elahi Galan n’en est plus très loin. Déjà dans le top 200 début 2020, le natif de Bucaramanga a réalisé deux bons premiers mois avec son premier match dans un tableau final de Grand Chelem et une finale au Challenger de Newport Beach. Improbable seizième de finaliste de Roland-Garros, il a bien terminé la saison avec deux demi-finales aux Challengers de Cary et Campinas et un succès à Lima. Sur terre battue, il pourrait bien faire tomber des têtes. Et marcher sur les traces de Santiago Giraldo, 28e à son meilleur en 2014 et aujourd’hui au-delà de la 300e place mondiale.

galan djokovic

Benjamin Bonzi : le Français à l’aise à domicile

  • 24 ans
  • France
  • Classement début 2020 : 359e
  • Classement fin 2020 : 165e

Benjamin Bonzi est de retour. Après un passage à vide qui l’a vu chuter au 375e rang en août 2019, le Toulousain a amorcé un bond en avant en 2020. Alternant circuit Future et circuit Challenger avant l’arrêt du tennis, il a gagné beaucoup de matches. Parmi ses résultats marquants avant avril, deux titres ITF à Nonthaburi et Potchefstroom et une finale de Challenger à Bengaluru avec deux top 100 battus. Il a épinglé deux nouveaux top 100 par la suite : au premier tour de Roland-Garros (Emil Ruusuvuori, 93e) et au premier tour des qualifications du Rolex Paris Masters (Federico Coria, 93e). Preuve qu’il peut avoir ce niveau.

Arthur Rinderknech : la surprise bretonne

  • 25 ans
  • France
  • Classement début 2020 : 327e
  • Classement fin 2020 : 178e

Un Breton s’est illustré en 2020. Après quatre années en université américaine au Texas, Arthur Rinderknech est revenu en France, sous la houlette de Sébastien Villette. Les résultats n’ont pas tardé à venir : des victoires surprise aux Challengers de Rennes et de Calgary, sans oublier une finale à Drummondville. A la reprise du tennis, en août, il n’a pu faire mieux qu’un quart de finale à Prague, avant de découvrir les joies d’un premier match en Grand Chelem. Où il a pris un set à Aljaz Bedene, un solide membre du top 100.

Ivashka, Johnson, Daniel, les têtes connues

Plus connus, ces trois-là se sont illustrés en Challenger cette saison. Steve Johnson, 21e mondial en juillet 2016, ne s’est pas montré performant sur le circuit ATP (6 victoires, 8 défaites). Alors il s’est tourné, avec succès, vers les Challengers : l’Américain en a remporté deux, à Bendigo et Indian Wells. Résultat, il a terminé la saison 72e. Ilya Ivashka, 27 victoires à son compteur sur le circuit ATP et ancien 80e mondial, a joué sur le circuit Challenger pour rester à proximité du top 100. Bien en a pris au joueur du Belarus, avec deux titres à Istanbul et Ortisei et une saison finie 108e. En 2021, il alternera entre circuit ATP et circuit Challenger. Taro Daniel, ancien 64e à l’ATP avec une finale au compteur, a quitté le top en avril 2019. Depuis, le Japonais gravite autour sans réussir, pour l’instant à revenir. En 2020, il s’est imposé aux Challengers de Burnie et Hambourg.

Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *