Barty, immense favorite, éliminée par Rogers après être passée à deux points du match

Alors qu’elle menait 5-2 dans la dernière manche, la numéro 1 mondiale Ashleigh Barty s’est faite éliminer par Shelby Rogers, dès le troisième tour.

Barty - Rogers - US Open

US OPEN 2021- 3E TOUR

SHELBY ROGERS BAT ASHLEIGH BARY (N°1) : 6-2, 1-6, 7-6

  • L’information principale : Ashleigh Barty, numéro 1 mondiale et immense favorite du tournoi, s’est fait éliminer par l’Américaine Shelby Rogers.
  • Vous apprendrez aussi : Rogers n’avait jamais battue Barty en cinq confrontations, dont quatre cette année.
  • Pourquoi vous devez lire cet article : Après l’élimination de Naomi Osaka la veille, le tableau féminin est plus ouvert que jamais. 

En deux jours, Flushing Meadows a perdu deux de ses plus grandes favorites. Après l’élimination de la tenante du titre, Naomi Osaka, dans la nuit de vendredi à samedi, Ashleigh Barty a elle aussi chuté. Samedi soir, en ouverture de la night session, la numéro 1 mondiale a cédé en trois manches face à l’Américaine Shelby Rogers (6-2, 1-6, 7-6), au bout d’un match qu’elle tenait et qui lui a glissé entre les mains à la toute fin, sans prévenir, en l’espace de quelques minutes. L’Australienne, qui restait sur un titre à Cincinnati, a mené 5-2 dans l’ultime set. Elle a servi pour le match, avant de s’écrouler. « C’est vraiment difficile à avaler », a-t-elle souligné après la rencontre. 

Rogers : “Ce qu’elle m’a fait vivre cette saison…”

L’US Open lui était promis. Barty n’a pourtant pas été à la hauteur de cette ambition lors d’un premier set « horrible ». Elle s’y est faite breaker deux fois, à cause de ses fautes directes. 

L’Australienne a retrouvé ses esprits dans la manche suivante. Elle a poussé à la faute l’Américaine en rallongeant les échanges, jusqu’à se retrouver à deux points du match. 30-15, à 5-2, dans l’ultime set. C’est à ce moment que Barty a basculé. Deux fois, la vainqueur de Wimbledon 2021 a servi pour le match. Les deux fois, elle a semblé écrasée par la pression. La n°1 s’est mise à raccourcir les échanges avec des amorties mal senties. Rogers, elle, a joué sans réfléchir, poussée par son public. « Je ne peux pas expliquer ce qui s’est passé », a-t-elle lancé après le match. 

L’explication se trouve peut-être dans les cadeaux offerts par l’Australienne : 39 fautes directes. Dont une dernière, dans le tie-break final, pour envoyer Rogers en huitièmes de finale.

Rogers n’avait jamais battu Barty en cinq confrontations. La 43e mondiale s’était même inclinée quatre fois contre l’Australienne cette saison. La voici en huitièmes, où elle retrouvera Emma Raducanu, 18 ans, et issue des qualifications. « Ce qu’elle m’a fait vivre cette saison… a soufflé Rogers. Elle m’a même dominée dans ma propre ville (Charleston), et m’a mis dans une situation vraiment embarrassante à Madrid (défaite 6-2, 6-1). »

Le tableau féminin est désormais plus ouvert que jamais. Sans Barty ni Osaka, elles sont plusieurs à pouvoir prétendre à leur premier Grand Chelem. A commencer par Aryna Sabalenka, 2e mondiale, qui sera opposée dimanche à Elise Mertens.

Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *