Cette fois, Medvedev veut “vraiment” tout donner

Face à Novak Djokovic ce dimanche soir à l’US Open, pour sa troisième finale de Grand Chelem, Daniil Medvedev, en quête d’un premier Majeur, veut vraiment se battre comme jamais.

“Jamais deux sans trois.” Voilà un dicton en lequel Daniil Medvedev, qui maîtrise parfaitement la langue de Molière, n’a pas envie de croire. Ce dimanche soir, après l’US Open 2019 et l’Open d’Australie 2021, il va disputer sa troisième finale de Grand Chelem. “Je ne veux pas en perdre une troisième”, a-t-il déclaré devant la presse après sa demie contre Félix Auger-Aliassime. “Je vais essayer avec encore plus de volonté.”

La volonté. C’est sur ce plan, dans des circonstances différentes, qu’il estime avoir quelque peu failli lors de ses deux précédentes tentatives. “En 2019, contre Rafa ( défaite 7-5, 6-3, 5-7, 5-6, 6-4), soyons honnête, j’étais déjà heureux d’être en finale”, a-t-il confié. “C’était déjà énorme pour moi, mon premier grand résultat en Majeur. Evidemment, j’avais envie de gagner, mais je n’avais pas le sentiment de devoir gagner, il était le grand favori.”

“A Melbourne, je n’ai pas eu la sensation de mettre tout mon cœur sur le court”

Daniil Medvedev

“Bien sûr, contre Novak (Djokovic), qui a déjà 20 Majeurs et joue pour réussir le Grand Chelem, je suis aussi très loin d’être le favori”, a ajouté le Russe. “Mais j’ai encore plus envie de gagner désormais. C’est normal, plus vous perdez, plus vous voulez y arriver. Ce que j’ai retenu de ma finale (perdue 7-5, 6-2, 6-2) contre lui à Melbourne, c’est que, même si je donne toujours le meilleur de moi-même, je n’ai pas eu la sensation de mettre tout mon cœur sur le court.”

“Evidemment, j’en avais envie, mais quelque chose ne tournait pas rond pendant cette rencontre”, a-t-il détaillé. “C’est ce que je vais essayer de changer dimanche. Quel que soit le score, je vais faire monter la température, si je puis dire, et me donner encore plus qu’en Australie.” En espérant, cette fois, être prêt également sur le plan stratégique, domaine où il avait été surpris par le Serbe lors de leur dernier duel.

” Il avait joué différemment des matchs précédents et je n’y étais pas préparé”, a expliqué le Moscovite. “Je pense que cette rencontre va être intéressante à préparer tactiquement.” Face à un Novak Djokovic prêt à jouer comme s’il s’agissait du dernier match de sa carrière, le numéro 2 mondial a affirmé vouloir se concentrer sur lui. Sans penser à l’histoire, au fait que son adversaire pourrait devenir le premier homme à réussir le Grand Chelem depuis Rod Laver en 1969.

“C’est sûr que Novak va ressentir un peu de pression par rapport au Grand Chelem, mais d’un autre côté ça va le rendre encore meilleur dans les moments importants”

Daniil Medvedev

“Est-ce que ça me ferait plaisir de ‘gâcher la fête’ en empêchant Novak de faire le Grand Chelem ? Oui, évidemment, ça me permettrait de gagner et d’avoir une petite place quelque part dans les livres d’histoire”, a-t-il répondu. “Mais je ne m’en soucie pas vraiment. Je pense que ça a plus d’effet sur lui. D’un côté, c’est sûr qu’il va ressentir un peu de pression à ce sujet. D’un autre côté, ça va le rendre encore meilleur dans les moments importants. Nous savons qu’il fera tout pour y arriver.”

Alors que les deux hommes sont prêts à mettre leurs cœurs sur le court ce dimanche soir, ils les récupèreront chacun avec un poids différent. L’un sera lourd après la défaite – une troisième en finale de Majeur pour le Moscovite ou un rêve de Grand Chelem brisé pour le Belgradois -, l’autre léger après le succès le plus important de sa carrière.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *