14 juillet 2019 : Le jour où Djokovic a battu pour la troisième fois Federer en finale de Wimbledon

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 14 juillet 2019, Novak Djokovic remporte Wimbledon pour la troisième fois face à Roger Federer.

14 juillet 2021
Federer - Djokovic

Ce qui s’est passé ce jour-là et pourquoi c’est historique

Le 14 juillet 2019, en finale de Wimbledon, Novak Djokovic brise le cœur de millions de fans de Roger Federer à travers le monde, en venant à bout du Suisse en cinq sets après avoir sauvé deux balles de match au dernier set. Federer a dominé le jeu durant presque toute la partie. Mais Djokovic s’est montré plus fort mentalement dans les moments importants. Il a remporté trois tie-breaks, pour s’imposer (7-6, 1-6, 7-6, 4-6, 13-12). Pour la première fois de l’histoire, le public assiste à un tie-break à 12-12 au cinquième set.

Les acteurs

  • Novak Djokovic, l’ancien numéro 3 devenu le patron des années 2010

Novak Djokovic est né en 1987. Il entre dans le top 100 en 2005, saison qu’il termine à la 83e place mondiale. En 2006, il fait parler de lui lorsque, classé 63e mondial, il atteint les quarts de finale de Roland-Garros après avoir éliminé le 9e mondial Fernando Gonzalez au deuxième tour. Sa carrière décolle en 2007 : il se hisse en demi-finales à Roland-Garros et à Wimbledon (arrêté à chaque fois par Rafael Nadal) avant de se tailler un chemin jusqu’en finale de l’US Open où il est vaincu par Roger Federer (7-6, 7-6, 6-4). Début 2008, il triomphe pour la première fois en Grand Chelem, à l’Open d’Australie, aux dépens de Jo-Wilfried Tsonga (4-6, 6-4, 6-3, 7-6).

Novak Djokovic and Jo-Wilfried Tsonga in Melbourne in 2008
Novak Djokovic and Jo-Wilfried Tsonga in Melbourne in 2008

Djokovic reste alors trois années durant à la troisième place, atteignant régulièrement les derniers tours des épreuves majeures. Il bute sans cesse sur Federer et Nadal qui l’empêchent d’ajouter de nouveaux grands titres à son palmarès. En 2011, Djokovic réalise une première moitié de saison presque parfaite. Après avoir triomphé à l’Open d’Australie au grand dam d’Andy Murray, il reste invaincu 42 matches durant, jusqu’à ce que Roger Federer le batte en demi-finale de Roland-Garros.

Depuis, le Serbe a accumulé quatorze titres du Grand Chelem supplémentaires : Wimbledon en 2011, 2014 et 2015, l’US Open en 2011, 2015 et 2018, l’Australian Open en 2012, 2013, 2015, 2016 et 2019. Après bien des tentatives infructueuses, il a aussi fini par triompher à Roland-Garros, en 2016. Bien que la première place mondiale lui ait été, disputée, surtout par Rafael Nadal en 2013 et 2014, il a passé plus de 250 semaines au sommet depuis 2011, terminant cinq saisons au rang de numéro 1 mondial.

  • Roger Federer, le plus grand

Roger Federer, le génie suisse, né en 1981, est 3e mondial en Juin 2012. Il a outrageusement dominé le tennis dans les années 2000, surtout entre 2004 et 2008, gagnant alors 12 titres du Grand Chelem, jusqu’à ce que Rafael Nadal lui dispute la place de numéro 1 mondial. En 2009, après trois défaites en finale face à son bourreau espagnol, il s’impose enfin à Roland-Garros, bouclant ainsi un Grand Chelem en carrière qui lui vaut alors d’être considéré comme le plus grand joueur de tous les temps.

En 2011, Novak Djokovic devient le meilleur joueur du monde. Federer, qui avait remporté 16 tournois du Grand Chelem entre 2003 et 2010, n’a plus soulevé un grand trophée depuis Wimbledon 2012. Au cours des onze Grands Chelems qui ont suivi, il a disputé une seule finale, à Wimbledon 2014, où Djokovic l’a dominé en cinq sets, et a été stoppé trois fois en demi-finales. Le Serbe, en 2015, le domine ensuite en finale de Wimbledon et de l’US Open. En 2016, Federer doit mettre un terme prématuré à sa saison, après avoir perdu en demi-finale au All England Club. Comme Federer n’avait plus gagné en Grand Chelem depuis quatre ans, bien des experts pensaient alors qu’il n’était plus capable de remporter des tournois majeurs et que, à 34 ans, il commençait à se faire vieux.

Ils avaient tort : Roger Federer réalise un come-back spectaculaire en 2017 en remportant l’Open d’Australie en battant Rafael Nadal au terme de l’un des matches les plus attendus de l’histoire du tennis (6-4, 3-6, 6-1, 3-6, 6-3). De plus, il s’impose à Wimbledon pour la huitième fois, établissant ainsi un nouveau record, puis en 2018, il conserve son titre à l’Open d’Australie. Il a désormais 20 titres du Grand Chelem. Mais, une fois de plus, après dix-huit mois sans nouveau succès, la question se pose : est-il toujours en course pour de nouveaux grands titres, à quelques semaines de ses 38 ans ?

Le lieu : Le mythique Centre Court de Wimbledon

Wimbledon est le tournoi de tennis le plus ancien et le plus prestigieux au monde. Organisé par le All England Lawn Tennis and Cricket Club depuis 1877, il s’est installé sur son site actuel en 1922, année de la construction du célèbre Centre Court. Considéré par beaucoup comme le court le plus impressionnant au monde, avec sa célèbre citation de Rudyard Kipling gravée au-dessus de l’entrée (« Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite ; Et recevoir ces deux menteurs d’un même front »), le Centre Court a vu s’affronter tous les plus grands joueurs de l’histoire.

Après la conversion, dans les années 1970, de l’US Open à la terre battue puis au ciment, et l’abandon du gazon au profit du dur par l’Open d’Australie en 1988, Wimbledon demeure le dernier tournoi du Grand Chelem sur herbe, une surface qui convient généralement mieux aux serveurs-volleyeurs. Non seulement Wimbledon conserve sa surface historique, mais le tournoi maintient également certaines traditions comme l’obligation pour les joueurs de s’habiller en blanc. 

L’histoire : La victoire pour Djokovic, les regrets pour Federer

La finale de Wimbledon 2019 est la 48e rencontre entre Novak Djokovic et Roger Federer. Djokovic mène 25-22, mais ces dernières années, il a gagné la plupart de leurs duels. D’ailleurs, le Serbe a gagné leurs quatre derniers affrontements. Federer n’a plus battu Nole depuis le Masters 2015, et sa dernière victoire sur lui en Grand Chelem remonte à Wimbledon 2012. De plus, Djokovic a battu Federer deux fois de suite en finale au All England Club, en 2014 et en 2015. Bien qu’il détienne le record incroyable de huit titres à Wimbledon, Federer n’est pas le favori en ce 14 juillet 2019.

Les deux champions ont atteint la finale sans grande difficulté. Federer s’est même offert, en demi-finale, une victoire contre son ancienne bête noire Rafael Nadal (7-6, 1-6, 6-3, 6-4).

Au premier set, Federer domine les échanges, avec un mélange parfait de revers slicés et de coups droits foudroyants. Ses fans se mettent soudain à y croire : s’il maintient ce niveau de jeu, il peut vraiment battre Djokovic pour ajouter un 21e titre du Grand Chelem à son palmarès. A 5-4, Djokovic est près de perdre le set, mené 0-30, mais pour la première fois aujourd’hui, il conserve son sang-froid pour rester dans le match. Au tie-break, Federer gâche son avance à 5-3 et perd 7-5. Malgré les 21 coups gagnants de Federer, Djokovic prend le premier set à contre-courant.

Après tous les efforts consentis au premier set, Nole s’effondre au deuxième. Son niveau de jeu chute de manière catastrophique et il donne le set à Federer, 6-1.

Au troisième set, Federer met une pression constante à Djokovic, mais le Serbe ne rompt pas. A 5-4, le Suisse obtient une balle de set grâce à une magnifique volée de revers, mais une fois de plus, Nole ne cède pas à la panique et l’écarte d’un service gagnant. Poussé au tie-break, Federer craque et commet de nombreuses fautes directes. Djokovic gagne son deuxième tie-break de la journée, 7-4. 

Djokovic Wimbledon

L’octuple vainqueur de Wimbledon opte alors pour une stratégie encore plus offensive. Il breake Djokovic à deux reprises, se détache 5-2, puis, malgré la perde de son service pour la première du fois match, il conclut la manche 6-4, et emmène son adversaire au cinquième set.

Ce cinquième durera deux heures. Lorsque Djokovic breake Federer pour mener 4-2, il semble pourtant que la finale de Wimbledon soit près de la fin. Roger Federer n’est pas de cet avis. Poussé par le public du Centre Court, qui a clairement choisi le camp suisse, il donne à ses fans un nouvel espoir en revenant au score. A 7-7, cet espoir se change en excitation quand Roger Federer prend une nouvelle fois le service de Djokovic. Il s’apprête maintenant à servir pour un neuvième sacre au All England Club. Quelques services foudroyants plus tard, l’incroyable est sur le point d’arriver : âgé de 37 ans, Roger Federer va réellement gagner. Avec deux balles de match à venir sur son service, à 40-15, la victoire ne peut plus lui échapper. L’excitation se change en délire. Pourtant, deux points plus tard, un coup droit raté du Suisse et un passing de Djokovic ont ramené les deux joueurs à égalité. Le Serbe enchaîne et débreake dans la foulée. Parmi les supporters de Federer, l’excitation laisse place à la consternation. 

Heureusement, le Suisse a plus de ressources mentales que ses fans. Il continue de s’accrocher et, à 11-11, il obtient une nouvelle balle de break, mais Djokovic prend le filet avec courage. C’est une nouvelle occasion manquée pour Federer. Ce sera aussi la dernière.

Arrivés à 12-12, Novak Djokovic et Roger Federer disputent donc le premier tie-break décisif de l’histoire de Wimbledon. Il est à sens unique : une nouvelle fois, les nerfs de Djokovic sont les plus solides et il remporte ce tieb-break historique, 7-3. Le Serbe, qui a joué tout le match contre un grand Federer, mais aussi contre le public, qui a ouvertement soutenu le Suisse, peut savourer son traditionnel brin d’herbe du Centre Court. Revenu d’entre les morts, il est le nouveau vainqueur de Wimbledon et détient à présent seize titres du Grand Chelem. 

Roger Federer et Novak Djokovic, finale de Wimbledon 2019

Pour les fans de Federer, la consternation s’est à présent muée en tristesse. Ils n’en croient pas leurs yeux, en regardant les statistiques. Non seulement Federer a gagné plus de points que Djokovic, mais il a aussi réussi 94 coups gagnants (pour seulement 62 fautes directes) tandis que le Serbe n’en a réussi que 54 (pour 52 fautes directes). Leur joueur préféré aura-t-il un jour une autre occasion de remporter un 21e titre du Grand Chelem ?

La postérité du moment : Djokovic récidive à l’Open d’Australie en 2020 et bat Federer en demi-finale

Novak Djokovic terminera 2019 à la deuxième place mondiale, derrière Rafael Nadal. En 2020, Nole remportera une fois de plus l’Open d’Australie, éliminant Roger Federer en demi-finale (7-6, 6-4, 6-3), avant de dominer Dominic Thiem en finale (6-4, 4-6, 2-6, 6-3, 6-4). La crise liée au coronavirus mettra ensuite le circuit à l’arrêt, en conséquence de quoi Roland-Garros sera reporté et Wimbledon annulé. 

Bien que Roger Federer prétende être « très fort pour ne pas [se] laisser déprimer par un grand match de tennis », sa défaite rester une profonde blessure pour ses fans. Un an plus tard, ils commenteront toujours sur les réseaux sociaux pour dire à quel point, dans cette finale de Wimbledon 2019, il leur fut douloureux de voir leur champion privé du titre après avoir l’avoir presque touché du doigt.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *