14 novembre 1994 : Le jour où Navratilova a disputé le dernier match de sa (première) carrière

Le 14 novembre 1994, la légende Martina Navratilova dispute à 38 ans le dernier match de sa carrière. L’ancienne numéro 1 mondiale a passé 332 semaines au sommet du classement WTA. Le record de l’époque.

Navratilova OTD 11_14

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : Jamais hors du top 5 

Ce jour-là, le 14 novembre 1994, Martina Navratilova, véritable légende du tennis, dispute à 38 ans le dernier match de sa carrière, vaincue par Gabriela Sabatini au premier tour du Masters (6-4, 6-2). L’ancienne numéro 1 mondiale, qui détient à l’époque le record du règne le plus long avec 332 semaines passées au sommet du classement WTA, est encore 5e mondiale. Elle n’a d’ailleurs pas terminé une seule saison en-dehors du top 5 depuis le début de sa carrière, en 1975. 

Les actrices : Martina Navratilova et Gabriela Sabatini

  • Martina Navratilova : Madame je sais tout (faire)

Martina Navratilova, née en 1956 en Tchécoslovaquie, est, selon Billie Jean King, « la plus grande joueuse de simple, de double et de double mixte ayant jamais vécu ». Depuis le début de l’ère Open en 1968, aucun joueur, hommes et femmes confondu, n’a gagné plus de tournois que Navratilova en simple (167) ni en doubles (177), et personne n’a gagné plus de matches qu’elle (2189).

Gauchère, elle pratique le service-volée mieux que quiconque. D’après sa mythique rivale Chris Evert, elle a révolutionné la condition physique dans le tennis féminin, apportant notamment l’idée de pratiquer d’autres sports, tel le basketball, pour s’entraîner physiquement. Navratilova a gagné un total de 18 tournois du Grand Chelem en simple, avec un record de 9 titres à Wimbledon dont 6 gagnés consécutivement entre 1982 et 1987.

En 1994, Navratilova a déjà accumulé 31 titres majeurs en double et 7 en double mixte. Il ne lui manque alors que la couronne du double mixte à l’Open d’Australie pour boucler le « Grand Chelem total » qui consiste à remporter les quatre tournois du Grand Chelem à la fois en simple, en double et en double mixte. Elle détient également un record de six tournois du Grand Chelem gagnés à la suite, entre Wimbledon 1983 et l’US Open 1984 (l’Open d’Australie se jouait alors en décembre), et a occupé la première place mondiale pendant 322 semaines. Le record, en 1994.

Elle a déjà annoncé qu’elle prendrait sa retraite à l’issue de la saison. A Wimbledon, Navratilova est devenue, à 37 ans, la joueuse la plus âgée à atteindre la finale du tournoi. Elle est battue par Conchita Martinez (6-4, 3-6, 6-3). A la fin de la saison, Navratilova est encore 5e mondiale. Le Masters de fin d’année, qu’elle a déjà disputé à 20 reprises, sera son dernier tournoi.

Navratilova OTD
  • Gabriela Sabatini : Une place Majeure

L’Argentine Gabriela Sabatini est née en 1970. Très précoce, elle devient en 1985 la plus jeune joueuse à atteindre les demi-finales de Roland-Garros. Elle y est vaincue par Chris Evert (6-4, 6-1). Au cours des années qui suivent, Sabatini, munie d’un superbe revers à une main, s’installe dans le top 10. Elle atteint les demi-finales de Wimbledon en 1986 (battue par Navratilova) et de Roland-Garros en 1987 et 1988, éliminée à chaque fois par Steffi Graf. En 1988, Sabatini la première des deux seules joueuses à battre Graf, au tournoi de Boca Raton (2-6, 6-3, 6-1). Mais à l’US Open, elle s’incline en finale contre elle (6-3, 3-6, 6-1).

En 1989, Sabatini se hisse à la 3e place mondiale, après avoir perdu contre Graf en demi-finales de l’Open d’Australie et de Wimbledon. En 1990, elle finit par vaincre l’allemande en finale de l’US Open (6-2, 7-6), remportant ainsi son premier et unique titre du Grand Chelem.

En 1991, elle dispute à Wimbledon sa dernière finale de majeur (perdue face à …Graf, 6-4, 3-6, 8-6), et depuis, elle se maintient dans le top 10, atteignant les demi-finales de Grand Chelem à sept reprises, la dernière fois à l’US Open (battue par Arantxa Sanchez, 6-1, 7-6). 

Le lieu : le Madison Square Garden de New York

Le Masters féminin, officiellement nommé Virginia Slims Championships, a été créé en 1972. Sa première édition à lieu à Boca Raton, en Floride, et le tournoi se déplace ensuite à Los Angeles puis Oakland avant de s’installer pour de bon à New York en 1979. Là, le tournoi se déroule au Madison Square Garden, qui peut accueillir 18 000 spectateurs. En 1994, les 16 meilleures joueuses du monde sont qualifiées pour le Masters, et le tournoi est constitué d’un tableau à élimination directe. Depuis 1984, c’est la seule épreuve féminine où la finale se dispute au meilleur des cinq manches. Navratilova y détient le record du nombre de titres avec huit victoires.

L’histoire : Un revers manqué, une carrière terminée

Retrouver Martina Navratilova au Masters 1994 n’a rien d’inhabituel pour le public new-yorkais. L’ancienne numéro 1 mondiale y a disputé 14 finales, dont 10 consécutives. Pourtant, même si elle occupe encore la 5e place mondiale, Navratilova n’a plus triomphé au Madison Square Garden depuis huit ans et sa victoire sur Steffi Graf, en 1986 (7-6, 6-3, 6-2). L’Américaine ayant annoncé sa retraite à la fin de la saison, elle participe au Masters pour la dernière fois.

Au premier tour, elle affronte l’Argentine Gabriela Sabatini, 9e mondiale. Les deux joueurs se connaissent assez bien, puisqu’elles ont déjà croisé le fer à 20 reprises, Navratilova menant par 15 victoires à 5. Aucune des deux joueuses n’est vraiment favorite. Navratilova a montré qu’elle était toujours compétitive au plus haut niveau en atteignant la finale de Wimbledon au mois de juillet. Sabatini, elle, vient d’atteindre les demi-finales à Flushing Meadows. 

Pourtant, dès le début du match, l’Argentine domine les débats. Elle distribue 37 coups gagnants, et alterne des passings très précis avec de superbes lobs pour neutraliser le jeu de service-volée de Navratilova. La nonuple vainqueur de Wimbledon semble impuissante, malgré les encouragements du public new-yorkais et la présence de sa mère dans les tribunes. Sabatini remporte la première manche, 6-4. « C’est une balle de fin de carrière », annonce un commentateur à la télévision lorsque Sabatini se procure une balle de match, à 5-2 au deuxième set. Après une bonne première balle, elle suite un coup d’attaque au filet, mais elle n’a pas à volleyer : la carrière de Navratilova se termine sur un passing shot de revers raté. 

Navratilova : « Je me suis fait balayer »

Peu après le match, une cérémonie est organisée pour célébrer la carrière de Navratilova. Un film d’hommage est projeté sur l’écran géant, et une banderole commémorative est hissée sur les chevrons du Madison Square Garden. Un honneur habituellement réservé aux joueurs de hockey ou de basket-ball. Virginia Slims, sponsor de longue date de Navratilova, lui offre une moto Harley-Davidson en guise de cadeau d’adieu.

« Je ne sais pas si je dois pleurer ou rire, déclare Navratilova, selon le Los Angeles Times. Je me suis fait balayer, mais tant qu’à perdre mon dernier match, je préfère que ce soit contre Gabriela Sabatini que contre n’importe qui d’autre. Parce que c’est une bonne personne ».

« D’un côté, je ne voulais pas être celle qui allait la battre, mais de l’autre, c’était un grand honneur de la battre, commente pour sa part Sabatini. J’ai appris à connaître Martina en dehors du terrain. Je dois dire que c’est une grande personne ».

La postérité du moment : Vers un « Grand Chelem total »

En 2000, Navratilova reviendra sur le circuit, principalement en double. A l’Open d’Australie 2003, en s’imposant en double mixte, associée à Leander Paes, elle complètera à 46 ans son « Grand Chelem total ». Personne, hommes et femmes confondus, n’avait encore triomphé en Grand Chelem à un âge aussi avancé. En 2004, elle recevra une invitation controversée dans le tableau de simple à Wimbledon. Agée de 47 ans, elle passera néanmoins le premier tour, écartant la 102e mondiale Catalina Castano 6-0 6-2, avant de perdre contre Gisela Dulko, 59e mondiale, 3-6 6-3 6-3. En 2006, à quelques semaines de son 50e anniversaire, elle gagnera le double mixte à l’US Open, associée à Bob Bryan, et sur cette dernière victoire, mettra un terme définitif à sa carrière.

Gabriela Sabatini continuera sa route et finira par gagner le Masters 1994, en battant Lindsay Davenport en finale (6-3, 6-2, 6-4). En 1995, elle remportera son dernier titre à Sydney (en battant à nouveau Davenport, 6-3, 6-4), et elle obtiendra son dernier résultat marquant à l’US Open, où elle sera battue en demi-finale par Steffi Graf (6-4, 7-6). En 1996, en perte de motivation, Sabatini ne disputera que 10 tournois et prendra sa retraite à la fin de la saison.

Navratilova - OTD
Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *