19 mai 2002 : le jour où Serena Williams a enfin gagné sur terre

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 19 mai 2002, Serena Williams remportait son premier tournoi sur terre-battue. Une victoire fondatrice juste avant Roland-Garros.

The 19th, May, 2002, Serena finally won a title on clay

Ce qui s’est passé ce jour-là et pourquoi ça a marqué l’histoire du tennis

Ce jour-là, le 19 mai 2002, Serena Williams, âgée de 21 ans, domine la Belge Justine Henin en finale des Internationaux d’Italie, remportant ainsi le premier titre de sa carrière sur terre battue.

Triompher sur cette surface signifie beaucoup pour l’Américaine, que les experts considèrent alors comme une joueuse de surface rapide. Elle leur prouve qu’elle est à présent une candidate sérieuse au titre à Roland-Garros, qu’elle va d’ailleurs remporter dans la foulée.

Les personnages : Serena Williams et Justine Hénin

• Serena Williams, la nouvelle sensation du circuit

Serena Williams, née en 1981, est la cadette de sa famille. Quelques années plus tôt, en 1997, sa sœur Venus, qui débutait alors sur le circuit, avait déclaré que sa principale rivale serait sa petite sœur Serena. A l’époque, les observateurs n’avaient pas su si elle avait dit ça sérieusement ou par pure provocation.

Ils réalisent bientôt à quel point Venus était en fait sérieuse, lorsqu’en novembre de la même année, Serena Williams fait parler d’elle à Scottsdale. Agée de seize ans, classé 304e mondiale, elle s’extrait des qualifications et se hisse jusqu’en demi-finales, battant au passage Mary Pierce (7e mondiale, 6-3 7-6) et Monica Seles (4e mondiale, 4-6 6-1 6-1).

En 1998, elle renverse plusieurs joueuses du top 10, notamment la 3e mondiale Lindsay Davenport, en quarts de finale du tournoi de Sydney (1-6 7-5 7-5), et dispute plusieurs quarts de finale qui lui permettent de terminer la saison au 20e rang mondial.

Elle explose en 1999. Cette année-là, en février, elle gagne son premier tournoi à Paris Coubertin, à dix-sept ans, battant en finale Amélie Mauresmo (6-2 3-6 7-6). A Miami, elle vient à bout de la numéro 1 mondiale Martina Hingis en demi-finale (6-4 7-6), avant de s’incliner en finale contre Venus. C’est la première fois de l’histoire que deux sœurs s’affrontent en finale d’un tournoi WTA.

Au mois de septembre, elle crée la surprise en gagnant son premier titre du Grand Chelem avant sa grande sœur, dominant Hingis en finale de l’US Open (6-3 7-6). Associée à Venus, elle s’adjuge aussi le titre en double, et termine l’année à la quatrième place mondiale.

Les deux saisons suivantes, elle ne parvient pas à doubler la mise en Grand Chelem mais remporte six tournois, tout en atteignant la finale de l’US Open 2001. Elle y perd contre Venus le premier match disputé par deux sœurs à un tel niveau de compétition. Inutile de préciser qu’elle a des objectifs très élevés pour 2002, alors qu’une blessure l’a contrainte à faire l’impasse sur l’Open d’Australie.

Serena Williams, 2010 Australian Open champion, and runner-up Justine Henin

• Justine Henin, l’autre grand espoir

Justine Henin, née en 1982, est passée pro en 1999. Son jeu est basé sur les variations et son magnifique revers à une main est une rareté dans le tennis féminin moderne.

Elle se fait connaître rapidement, en remportant son premier tournoi WTA dès son premier essai : invitée à Anvers en tant que locale de l’étape, elle bat en finale Sarah Pitkowski, 35e mondiale (6-2 6-1).

Après une saison 2000 décevante, elle se révèle au plus haut niveau en 2001, en remportant à Gold Coast, dès le mois de janvier, son premier tournoi depuis Anvers aux dépens de Silvia Farina (7-6 6-4). Au cours de la saison, non contente d’ajouter trois titres à son palmarès, elle obtient ses premiers résultats marquants dans les grands événements.

Elle se fraye un chemin jusqu’en demi-finale à Roland-Garros, où elle est battue par sa compatriote Kim Clijsters (2-6 7-5 6-3). Un mois plus tard, elle s’incline face à Venus Williams (6-1 3-6 6-0) lors de sa première finale de Grand Chelem, à Wimbledon.

En 2002, elle atteint les quarts de finale à Melbourne Park, où Clijsters lui barre à nouveau la route (6-2 6-3). Numéro 8 mondiale, elle dispute deux finales, à Anvers puis Amelia Island, toutes deux perdues face à Venus Williams, avant de prendre une revanche indirecte en venant à bout de sa sœur Serena en finale de Berlin, sur terre battue européenne (6-2 1-6 7-6).

Le lieu : célèbre Foro Italico à Rome

Les Internationaux d’Italie ont lieu à Rome depuis 1935, au Foro Italico, un complexe sportive immense destiné initialement à soutenir la candidature de l’Italie pour accueillir les Jeux Olympiques de 1940. Classé dans la catégorie des Masters 1000, il est aujourd’hui encore l’un des tournois sur terre battue les plus prestigieux. Presque tous les plus grands joueurs de l’histoire du tennis ont foulé les courts du Stadio del Tennis.

Serena Williams avait fait l’impasse sur l’épreuve en 2001, elle qui avait atteint les quarts de finale à deux reprises, en 1999 et 2000.

Rome central court can host 12,500 fans.

L’histoire : Serena Williams montre sa force sur terre battue

Lorsque Serena Williams et Justine Henin s’apprêtent à s’affronter en finale du tournoi de Rome, en 2002, le public sent bien qu’une rivalité est en train de naître entre les deux étoiles montantes. Elles ont presque le même âge et ont déjà croisé le fer à trois reprises. Serena a gagné les deux premières rencontres, mais la dernière fois, il y a tout juste une semaine, à Berlin, Justine a gagné leur premier affrontement sur terre battue.

Elles ne pourraient pas être plus différentes l’une de l’autre. Serena, affichant sa teinture blonde, dégage une puissance et une confiance inouïe, tandis que Justine, beaucoup plus frêle, est d’allure plus discrète.

Elles jouent des tennis très dissemblables. L’Américaine est en train de redéfinir le concept même de puissance dans le tennis féminin. Elle utilise souvent les appuis ouverts en revers, multiplie les aces, prend la balle tôt, cherche le K.O à chaque frappe. La Belge frappe son revers à une main, et bien qu’elle puisse elle aussi frapper très fort, est loin d’être aussi puissante et varie beaucoup plus son jeu. Le tennis d’Henin semble taillé sur mesure pour la terre battue, tandis que beaucoup d’experts pensent que le jeu à hauts risques de Serena n’est pas adapté à cette surface.

Dès les premiers points, comme prévu, Williams pratique un jeu très agressif. Elle s’installe à l’intérieur du court et tente d’abréger les échanges. Henin est contrainte à jouer sur la défensive, bien qu’elle essaie d’exploiter chaque occasion de diriger le jeu, sachant que l’Américaine n’aime pas qu’on la déplace aux quatre coins du terrain.

Beaucoup de gens répètent que je ne suis pas une joueuse de terre battue, alors que pourtant, si.

Serena Williams

A 3-3, grosse frayeur dans le clan Williams : Serena perd l’équilibre et se tord la cheville, tout en gagnant le point après que son adversaire, déconcentrée, a envoyé un revers dans le filet. Plus de peur que de mal pour la cadette des sœurs Williams, qui parvient à conserver sa mise en jeu.

Les deux jeunes femmes se rendent coup pour coup et le premier set se décide au tie-break. Justine Henin a beau sauver une première balle de set d’un superbe revers gagnant le long de la ligne, Serena s’en procure une deuxième et boucle la première manche 7-6.

Au deuxième set, la Belge prend plus d’initiative, espérant empêcher Serena de dicter le jeu, mais après avoir refait un break de retard, elle perd son service dans la foulée. Après deux heures d’un match intense, un dernier retour de coup droit échappe à Justine Henin : jeu, set et match, Williams ! 7-6 6-4.

A une semaine de Roland-Garros, elle envoie un avertissement :

« C’est important pour moi, parce que beaucoup de gens répètent que je ne suis pas une joueuse de terre battue, alors que pourtant, si. J’ai en quelque sorte grandi sur terre. Donc je me sens bien , surtout juste avant Roland-Garros. J’espère vraiment y faire un bon résultat.”

La postérité du moment : Serena gagnerait Roland-Garros

Serena Williams obtiendra effectivement un bon résultat à Roland-Garros. Après avoir éliminé, à l’issue d’une demi-finale haletante, la numéro 1 mondiale Jennifer Capriati (3-6 7-6 6-2), elle dominera sa propre sœur Venus en finale, 7-5 6-3.

Les soeurs Williams réussiront ensuite l’incroyable exploit de se retrouver en finale lors des trois tournois du Grand Chelem suivants, et Serena s’imposera à chaque fois, bouclant à l’Open d’Australie 2003 le fameux « Serena Slam ». En prime, associée à sa soeur, elle s’offrira le titre en double à Wimbledon ainsi qu’à Melbourne. Le 8 juillet 2002, Serena Williams devient numéro 1 mondiale.

Justine Henin s’inclinera elle étonnamment au premier tour des Internationaux de France 2002, contre la qualifiée Aniko Kapros, 4-6 6-1 6-0. Néanmoins, elle terminera l’année 5e mondiale et, en 2003, elle conquerra le premier de ses quatre titres à Roland-Garros, avant de devenir à son tout numéro 1 mondiale.

Serena ne battra plus jamais Henin sur terre battue, surface où la Belge mène 4-1 dans leurs duels, tandis que dans l’absolu, Serena dominera leur rivalité par huit victoires à six. Leur dernière rencontre aura lieu en finale de l’Open d’Australie 2010, un match remporté par Serena Williams, 6-4 3-6 6-2.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *