Osaka relativise après ses larmes : “Je préfère être dans ma situation plutôt que n’importe quelle autre dans le monde”

Naomi Osaka a avoué mercredi à Cincinnati que l’état du monde l’aidait à relativiser sa situation personnelle et ses difficultés à gérer sa relation aux médias. “Me réveiller chaque jour, pour moi, ça devrait être une victoire”, a confié la Japonaise.

Naomi Osaka at Cincinnati in 2021

C’est une Naomi Osaka apaisée qui s’est présentée mercredi en conférence de presse à Cincinnati. L’effet de sa victoire conte Coco Gauff pour son entrée en lice dans le tournoi (4-6, 6-3, 6-4) – “Cette victoire en particulier signifie beaucoup pour moi” -, et sa première apparition sur le court depuis son élimination dès le troisième tour du tournoi olympique, à Tokyo. Mais pas seulement…

Après avoir versé des larmes devant les journalistes lundi, dans la foulée d’une question sur l’équilibre à trouver entre sa relation avec les médias et l’impact qu’ils peuvent avoir sur ses activités en dehors du tennis, la Japonaise a continué à chercher des réponses, comme elle l’avait déjà fait dans la salle de presse.

Osaka : “En voyant l’état du monde…”

“Honnêtement j’y ai pensé depuis la dernière fois que j’étais assise ici, a avoué Osaka. Je me suis demandée pourquoi j’étais si affectée, pourquoi je ne voulais pas me présenter devant les médias. Je me suis demandée si j’étais effrayée parce que parfois, je vois des joueurs perdre et les titres le lendemain parlent d’écroulement ou disent qu’ils ne sont plus bons. Donc je me suis dit que me réveiller chaque jour, pour moi, ça devrait être une victoire. Faire le choix de jouer, aller devant un public venu pour me voir jouer, c’est un accomplissement en soi. Et je ne sais pas quand j’ai commencé à ne plus ressentir ça. Je pense vraiment que toute cette situation avec la Covid était très stressante, avec les bulles, sans pouvoir voir personne.”

La situation dramatique dans certaines régions du monde aide aussi Osaka à relativiser sa propre situation. “En voyant l’état du monde, tout ce qui se passe en Haïti, en Afghanistan, c’est vraiment fou, et moi je tape dans une balle aux Etats-Unis, avec des gens qui viennent pour me voir jouer… Je préfère être dans ma situation plutôt que n’importe quelle autre dans le monde.”

Pour rappel, Osaka a annoncé avant le début du tournoi de Cincinnati qu’elle reverserait l’intégralité de son prize-money pour soutenir l’effort humanitaire en Haïti, le pays de son père. Le dernier bilan des suites du séisme qui a frappe l’île fait état de 2 189 morts, plus de 12 000 blessés et 332 disparus, au jeudi 19 août 2021.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *