Le docu-série Netflix consacré à Naomi Osaka sortira le 16 juillet

Dans la nuit de mardi à mercredi, Netflix a dévoilé la bande-annonce du docu-série consacré à Naomi Osaka, dont la sortie est programmée au 16 juillet.

Naomi Osaka, Rome 2021

“Personne ne connaît vraiment tous les sacrifices que vous faites… Juste pour être forte. Avant que je gagne l’US Open (2018), tellement de gens ont dit à mon père que je ne serai jamais rien.” Débutant par ces mots, Netflix a dévoilé la bande-annonce du docu-série consacré à Naomi Osaka.

Découpé un trois épisodes de 40 minutes, cette production “intimiste” promet de nous plonger “au cœur de la vie de l’une des meilleures joueuses du monde”, d’après le synopsis. La série retrace le travail récents de la Japonaise, et la période où “elle commence à trouver sa voix.” Notamment “en portant des masques en soutien à Black Lives Matter” à chacun de ses sept matchs vers le titre de l’US Open 2020, et en faisant “le deuil de son mentor Kobe Bryant.”

Disponible le 16 juillet “Naomi Osaka” – tel est le titre – explique aussi les récent tourments de la championne nippone. “Elle est devenue une superstar du jour au lendemain, cette pression a beaucoup pesé sur elle”, rappelle la bande-annonce. “Toute cette attention que je reçois, c’est en quelque sorte absurde”, commente la voix d’Osaka. “Personne ne vous prépare à ça. Je ne sais pas… Je crois que j’en souffre.”

A partir de maintenant, je me rendrai aux conférences de presse, tout en tenant compte de ma santé mentale.

Naomi Osaka

Souhaitant ne plus se présenter en conférence de presse pour “préserver [s]a santé mentale”, Naomi Osaka avait déclaré forfait avant son deuxième tour de Roland-Garros, puis avait renoncé à Wimbledon. Lundi, elle a toutefois confirmé sa présence dans son pays natal, à Tokyo, pour les Jeux olympiques dont le tournoi de tennis est programmé du 24 au 30 juillet.

“Je me prépare petit à petit afin d’être au meilleur de ma forme”, a-t-elle déclaré dans un message à la NHK relayé par l’AFP. “J’ai passé beaucoup de temps avec ma famille. Je peux paisiblement redescendre en pression, mentalement et physiquement. A partir de maintenant, je me rendrai aux conférences de presse, tout en tenant compte de ma santé mentale. La vie privée des sportifs devrait être protégée.”

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *