Les raisons derrière l’étonnante programmation des demies de Cincinnati

Au lendemain de la mise en pause du tournoi de Cincinnati, les organisateurs ont dévoilé une programmation des demi-finales étonnante : les hommes à la suite sur le Louis-Armstrong, les femmes en même temps sur des courts moins importants.

Le Louis-Armstrong à New York en 2016.

« Je crois que ce programme mérite une explication. » Sur Twitter, Patrick Mouratoglou s’est, comme de nombreux observateurs, étonné de la programmation des demi-finales du vendredi 28 août à Cincinnati, au lendemain de la pause sur le circuit orchestrée par Naomi Osaka, en protestation contre les violences policières aux Etats-Unis.

Les deux demi-finales du tableau féminin auront lieu en même temps, à 17 heures, heure française : Mertens – Osaka sur le Grandstand et Konta – Azarenka sur le Court 10, un annexe.

Les demies du tableau masculin se dérouleront, elles, à la suite sur le Louis-Armstrong. Une première depuis le début du tournoi sur un court qui ne devait pas être utilisé. D’abord Tsitsipas – Raonic à 19 heures, puis Djokovic –  Bautista-Agut.

Le court Louis-Armstrong finalement utilisé… pour les hommes

Des choix qui interpellent : pourquoi le Louis-Armstrong est-il réservé aux hommes, qui profiteront d’une meilleure exposition, les matches ne se déroulant pas en même temps ? Pourquoi les deux demies dames se jouent-elles sur des courts différents – dont un annexe – au même moment ? Pourquoi le tournoi n’a t-il pas décidé de faire jouer les deux rencontres dames à la suite sur le Grandstand ou de proposer sur le Louis-Armstrong un match masculin et un match féminin, et de même sur le Grandstand ?

Le célèbre journaliste du New York Times, Christopher Clarey, a pu joindre les organisateurs du tournoi. Sur les demies dames disputées en même temps et sur des courts moins importants, les organisateurs lui auraient indiqué que « la décision avait été prise en accord avec la WTA ». Comme la finale sera jouée samedi sur le Louis-Armstrong, les organisateurs déclarent ne pas vouloir avantager la joueuse qui aurait disputé sa demi-finale sur ce même court. « Aucune finaliste ne sera confrontée aux conditions du Armstrong avant la finale. »

Sur l’utilisation, à l’origine non-prévue, du Louis-Armstrong, ils auraient déclaré au journaliste américain que c’était pour « minimiser les risques de mauvais temps » et « permettre aux hommes de continuer à jouer en fermant le toit ». « Il n’y a pas de toit sur le Grandstand. » Aucune joueuse en lice dans le tournoi n’a réagi.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *