le meilleur du tennis
dans ta boite mail

Des milliers de fans sont déjà abonnés

y

400e victoire en Masters 1000 pour Nadal, toujours invaincu en 2022

Vainqueur 7-5, 6-3 face à Dan Evans au troisième tour d’Indian Wells, Rafael Nadal a remporté une 17e victoire en autant de matchs en 2022.

Rafael Nadal, Indian Wells 20222 Rafael Nadal, à Indian Wells en 2022 | Crédit : Zuma / Panoramic

Indian Wells 2022 | Tableau | Programme

Rafael Nadal affiche un bilan aussi pétant que sa tenue. T-shirt orange vif sur les épaules, l’homme invincible a remporté sa 17e victoire en autant de matchs disputés en 2022. Ce lundi soir, au troisième tour du Masters 1000 d’Indian Wells, l’Espagnol, tête de série numéro 4, s’est défait de Dan Evans. Victoire 7-5, 6-3 en 1h43 après un début de match compliqué.

En conférence de presse suite à remontée victorieuse et épique face à Sebastian Korda samedi, l’homme aux 21 titres du Grand Chelem avait fait part de sa difficulté à s’adapter aux balles du tournoi. “Cette balle n’est pas facile à sentir”, avait-t-il expliqué. “Quand elle est dans les cordes, on a parfois l’impression que c’est une pierre comparée aux autres. J’ai la sensation de ne pas pouvoir la maîtriser.”

“C’est difficile à expliquer, mais pour essayer de vous faire comprendre, quand je la frappe, je ne sais parfois pas pourquoi elle termine bonne ou faute. Je n’ai pas cette sensation immédiate dans la raquette, par rapport aux autres balles. Normalement, en tapant, vous sentez tout de suite si la balle va sortir ou non. Mais j’ai déjà bien joué avec cette balle, j’ai gagné des tournois avec cette balle (il faut le temps de s’adapter.).”

Rapidement breaké, Nadal a fini par se régler

Peut-être pour les mêmes raisons, le Majorquin a connu quelques difficultés lors des premiers jeux. A la peine pour régler la longueur de ses coups, le triple vainqueur du tournoi – 2007, 2009, 2013 – a cédé son engagement à 2-1 avant de se retrouver mené 4-2. Puis, parvenant à régler la mire, il a peu à peu pris l’avantage sur le Britannique.

Prenant l’échange à son compte avec son (sur)lift de coup droit, pilonnant régulièrement le revers à une main de son adversaire, majoritairement joué slicé, pour le forcer à frapper au-dessus de l’épaule, le natif des Baléares a remporté huit des neuf jeux suivants pour mener 7-5, 3-0, en profitant au passage d’une double faute de l’Anglais pour empocher la première manche.

S’il avait été sérieusement bousculé par les frappes puissantes de Korda et son mètre 96 lors de son entrée en lice, Nadal a rarement été pris de vitesse par le style de jeu d’Evans. Une fois réglé, parvenant à agresser son rival du soir pour lui enlever du temps et ne pas se laisser emberlificoter dans la toile que celui-ci est capable de tisser grâce à son sens tactique et ses variations, le natif des Baléares a tranquillement conservé son avance.

400e victoire en Masters 1000

Seule alerte, une balle de débreak écartée à 7-5, 4-1, d’un service-volée, avant de sceller sa 400e victoire en Masters 1000, un record. “C’est un bon chiffre, je n’étais pas au courant (avant la rencontre)”, a-t-il commenté lors de l’interview sur le court. “Je suis heureux de mon niveau de ce soir, je me suis amélioré par rapport au match précédent. Mon coup droit était meilleur, mon service aussi.”

Quant à ses cinq doubles fautes s’ajoutant aux huit du tour précédent, pas de quoi l’inquiéter. “Les balles ne sont pas faciles à contrôler”, a-t-il rappelé. “J’ai vu pas mal d’autres joueurs faire des doubles. Puis, ce soir, je n’ai pas fait de doubles fautes à des moments importants. Je pense que j’ai augmenté la vitesse de mon second service, ce qui m’a permis de faire quelques points grâce à ce coup.”

Auteur de quatre aces sur l’ensemble de la partie, et d’un 13 sur 15 derrière sa première balle dans la seconde manche, Rafael Nadal a désormais rendez-vous, en huitièmes de finale, avec Reilly Opelka ou Denis Shapovalov. Ce dernier, en quart de finale de l’Open d’Australie, l’avait poussé dans ses retranchements lors d’un match épique de cinq sets animés par rebondissements en série et prise de bec, du Canadien, avec l’arbitre.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *