Abonnez-vous à la newsletter

Zverev corrige Alcaraz et file en finale à Vienne

Impressionnant, notamment au service, Alexander Zverev s’est imposé 6-3, 6-3 en un peu plus d’une heure face à ACarlos lcaraz en demi-finale de l’ATP 500 de Vienne.

Alexander Zverev Alexander Zverev

Carlos Alcaraz apprend vite. Très vite. “Grâce à notre première rencontre, à Indian Wells, j’en savais un peu plus sur son jeu”, avait-t-il expliqué après sa victoire contre Andy Murray à Vienne, revanche du duel perdu deux semaines plutôt dans le désert californien. “Je savais ce que je devais faire : essayer d’être agressif pour ne pas le laisser jouer son jeu.” Mais face à Alexander Zverev, la première leçon n’a pas suffi.

Battu 6-3, 6-1 par l’Allemand au premier tour du tournoi d’Acapulco en mars, alors qu’il n’avait encore que 17 ans, l’Espagnol s’est cette fois incliné 6-3, 6-3 en une heure et neuf minutes en demi-finale de l’ATP 500 autrichien. Après son empoignade de 2h40 avec Matteo Berrettini vendredi, le prodige de 18 printemps n’est jamais vraiment parvenu à bousculer le quatrième joueur mondial ce samedi.

Zverev a été impérial au service

Écrasant de puissance et d’efficacité au service lors de la manche initiale, Zverev n’a pas concédé la moindre balle de break. Presque surhumain, il a passé 84 % de premières balles et n’a perdu que trois points sur son engagements (13/16 en première balle, 3/3 en seconde). Mis en confiance par confiance par cette aisance sur ses engagements, il a réussi deux break – un à 3-3, l’autre à 5-3 – pour boucler le round d’ouverture en une demi-heure.

Dominateur depuis sa ligne, régulier, puissant et réactif en contre, l’Allemand n’a jamais vraiment été en danger. Peu gêné par le jeu de son adversaire – pourtant capable de variations, amorties et montées au filet malgré un style basé sur la cadence du fond de court -, il n’a pas relâché l’étreinte. Menant le duel d’une poigne ferme, il a su profiter du faible pourcentage – 33 % – de premières balles réussies par Alcaraz pour faire la cassure à 3-2.

A 24 ans, Zverev vise un 18e trophée

Seule alerte : au moment de boucler l’affaire. Lors de l’ultime jeu, le natif d’Hambourg a dû écarter une occasion de débreak avant de s’imposer sur sa deuxième balle de match. En patron, sur un huitième ace. Sur l’ensemble de la rencontre, Zverev n’a perdu que huit points au service.

Dimanche, Alexander Zverev, 24 ans, va tenter de soulever le 18e trophée de sa carrière en simple sur le circuit principal en finale contre Frances Tiafoe, impressionnant contre Jannik Sinner. Quant à Carlos Alcaraz, il faut maintenant tirer les leçons de cette petite correction d’à peine plus d’une heure pour continuer à grandir avant le Masters 1000 de Bercy, où il doit affronter Pierre-Hugues Herbert au premier tour.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.