Ce qu’Opelka mérite de savoir avant de dire que les journalistes tennis sont tous “nuls”

Les journalistes tennis sont « nuls », assure Reilly Opelka. Nous apprécions sa franchise mais nous lui devons la même en retour – avec plus de nuance, nous l’espérons.

Reilly_Opelka_Toronto_2021

Puisqu’il n’y a point d’éloge flatteur sans liberté de blâmer, la profession de journaliste, qui a fait sien de ce célèbre adage, doit aussi se l’appliquer à elle-même et considérer avec égard les critiques acerbes émises à son encontre par Reilly Opelka. « Les journalistes sont terribles, mauvais, il y en a certains dont on dirait qu’ils ne sont là que pour critiquer, a-t-il déclaré récemment lors d’une interview au site américain Inside Tennis, pour étayer des propos déjà tenus à l’US Open. Ces mecs ne connaissent rien au tennis. Je pense que nous avons les pires médias, tous sports confondus. Ils sont horribles et freinent notre sport. »

Le géant américain (2m11) à la barbe fournie et aux polos fleuris perd son humour grinçant lorsque les journalistes de son pays ne lui parlent que du déclin global du tennis US, à un moment où il est à un pic de sa carrière, lui qui est devenu le numéro un national cette saison en atteignant notamment sa première finale en Masters 1000 (à Toronto), puis le Top 20 peu de temps après. Il n’est ni le premier ni le dernier à se plaindre de la négativité ambiante, spécialement outre-Atlantique. 

Dans le documentaire Untold : the Breaking Point, Mardy Fish raconte comment sa carrière a basculé dans l’angoisse à la suite d’un surcroît de critiques et de pression qu’il n’a pas su gérer, alors que lui-même était à son top. Sans oublier bien sûr Naomi Osaka, qui a crevé l’abcès en expliquant à quel point les conférences de presse pouvaient, selon elle, s’avérer dangereuses pour la santé mentale d’un athlète. Dans son cas personnel, ce sont plus précisément les questions récurrentes sur ses (non) performances sur terre battue, juste avant Roland-Garros, qu’elle avait fini par assimiler à une permanente dévalorisation, selon des écrits de sa sœur sur Instagram.

©Inside / Panoramic

Dans la réaction épidermique d’Opelka comme d’Osaka, il y a un peu d’exagération, mais il y a au moins un constat difficile à réfuter : c’est vrai, les médias tennis n’ont jamais été, et ne seront jamais, les meilleurs amis des joueurs. Parce que ça n’est ni leur métier, ni leur vocation. Parce qu’ils ont des objectifs divergents, et même antinomiques.

Les journalistes sont terribles, mauvais (…) Ces mecs ne connaissent rien au tennis. Je pense que nous avons les pires médias, tous sports confondus. Ils sont horribles et freinent notre sport. »

Reilly Opelka

Les joueurs ont besoin de se calfeutrer dans une bulle de confiance et de sérénité, épaulés dans ce but par un staff aux petits oignons. Alors que les journalistes, guidés par leur mission première de relater les faits et de sortir des infos (croustillantes si possible), ont besoin de percer cette bulle.

La critique – objective – fait partie des composantes fondamentales de leur métier, pas de relayer les bonnes nouvelles, une mission dédiée aux organes de communication (ATP, USTA, etc.). Cela peut amener les journalistes à poser des questions incommodantes, parfois de manière involontairement balourde, à tout le moins répétitive. Jusqu’à sortir le joueur de sa zone de confort, voire instiller le doute dans son esprit.

Bien sûr, il y a parfois des journalistes qui passent complètement à côté de leur conférence de presse, comme un joueur qui passe complètement à côté de son match (si ce n’est pas déjà fait, on vous conseille de revoir cette question d’anthologie posée un jour à Nicolas Mahut). Mais sans vouloir verser dans le corporatisme qui n’est pas le sujet ici, d’autant qu’on est – comme Opelka – juge et partie, la plupart des journalistes spécialisés sont pourtant avant tout des passionnés qui connaissent parfaitement bien leur sujet. Et qui, eux aussi, dédient leur vie au tennis, simplement d’une manière différente des joueurs.

Beaucoup savent le mérite – immense – d’Opelka. Mais leur rôle n’est pas de s’en féliciter, surtout dans un pays – les Etats-Unis de McEnroe, Connors, Sampras et Agassi – avec un passé aussi glorieux, qui a longtemps dominé (parfois même écrasé à certaines périodes) le tennis mondial masculin jusqu’au tournant du XXIe siècle.

Roddick 2003, toujours la même question

On peut comprendre l’agacement de Reilly après avoir dû répondre cent-cinquante fois à la même question sur les raisons qui font qu’aucun Américain n’a gagné de Grand Chelem depuis Andy Roddick à l’US Open 2003. La question n’en reste pas moins légitime. Si elle l’est une fois, elle l’est cent-cinquante fois.

Ça n’empêche pas les mêmes journalistes d’écrire, parfois même trop vite, quand les choses vont mieux. En l’occurrence, le renouveau du tennis US, souligné encore récemment par Brad Stine dans les colonnes de L’Equipe, est presque aussi souvent mis en avant que son déclin. Et ce sont aussi ces mêmes journalistes qui vont se prendre fréquemment des procès pour excès d’emballement ou d’optimisme. Allez comprendre…

Il y a eu une brouille similaire en France entre les médias et la bande des quatre qui ont porté le tennis tricolore pendant plus de quinze ans. Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet, Gaël Monfils et Gilles Simon ont souvent regretté que quels que soient leurs bons résultats accumulés pendant cette période (ils ont tous été durablement dans le Top 10), ça n’ait pas été suffisant pour plaire à des scribouillards décidément jamais contents. Au point que l’un des quatre, que l’on ne citera pas, finisse par les assimiler à des « baltringues ».

Baltringue ou pas, dans un pays comme la France qui, comme les Etats-Unis, fait partie des piliers fondateurs de l’histoire du tennis, l’absence de victoire (masculine) en Grand Chelem depuis Roland-Garros 1983 restera toujours un sujet sensible jusqu’à ce que Yannick Noah trouve enfin un successeur. 

Critiquer n’est pas désavouer

Critiquer, pourtant, n’est pas désavouer, c’est même en général le contraire. On peut peut-être le déplorer, mais c’est ainsi : si neuf trains sur dix arrivent à l’heure, à quoi bon parler de ces neuf trains quand l’exception, à tous les sens du terme, porte sur le dixième ?

L’être humain est ainsi fait qu’il se laisse rarement bercer par le bruit ronronnant d’une affaire qui roule et le passionné de tennis n’échappe pas à la règle. Pour vendre du papier à des personnes qui vont lire des articles – car n’oublions pas qu’il n’y a pas de média sans comptes équilibrés -, il faut toucher sa sensibilité, en allant gratter des histoires qui ne sont pas toujours celles qui arrangent les acteurs, le danger étant de grossir les traits en versant dans le sensationnalisme.

Ce dernier écueil est souvent dénoncé par les joueurs, dont le moindre propos est souvent amplifié, et, selon eux, déformé, voire sorti de son contexte. Beaucoup en sont arrivés à se fermer comme des huîtres lors des conférences de presse, devenues trop souvent des robinets d’eau tiède et des recueils de formules éculées plus ronflantes qu’un sermon de messe (une pensée émue aux immuables “tough opponents” et aux “I will try my best” de Rafael Nadal).

On les comprend. Mais la solution est devenue presque pire que le problème : privés d’infos ou de matière à gratter, les journalistes qui maîtrisent le moins leur sujet vont avoir d’autant plus tendance à faire une montagne du moindre petit caillou. Quitte à creuser à côté de la plaque, et à fâcher le joueur, qui va se fermer encore plus. C’est le serpent qui se mord la queue. 

Il fut une époque, révolue depuis les années 1980, où les journalistes allaient directement débriefer avec les joueurs dans les vestiaires, parfois même autour d’une bière. La frontière entre eux est aujourd’hui clairement marquée. Et ça ne s’est pas arrangé depuis le premier confinement de mars 2020 qui semble avoir été un prétexte idéal pour les instances de tenir autant que possible à l’écart les journalistes, dont l’accès au stade (et aux joueurs) continue d’être drastiquement limité. 

Un mouvement de grogne a d’ailleurs été lancé récemment par l’association des journalistes britanniques qui ont envoyé à l’ATP et à la WTA une missive dénonçant la prolongation zélée des points presse en visio-conférence. Celles-ci arrangent peut-être les organisateurs, mais n’aident certainement pas les journalistes à faire du bon travail. Le pire, c’est qu’elles ne sont pas forcément du goût de tous les joueurs : Naomi Osaka a dit elle-même que la visio avait un côté oppressant, et qu’elle préférait finalement avoir les journalistes en face d’elle.

N’empêche qu’avec tout ça, la parole du joueur est devenue rare, donc précieuse. Du moins la parole recueillie directement par le journaliste, sans le filtre des réseaux sociaux ou le cadre formel des conférences de presse. Elle nécessite, a minima, d’avoir sa confiance. Celle-ci s’entretient, via un exercice d’équilibriste consistant à préserver sa liberté de blâmer tout en évitant de froisser maladroitement les susceptibilités, pour privilégier en permanence les faits d’intérêt public.

Il peut en résulter un ton un peu adouci, des critiques un peu atténuées, et il n’en faut pas plus pour que ces mêmes journalistes accusés de toutes les diableries par les uns se retrouvent soupçonnés de connivence par les autres. 

Stefanos Tsitsipas aux journalistes : « Vous rendez ce sport meilleur »

Au bout du compte, quoi qu’ils écrivent, les journalistes sont le plus souvent considérés comme les moutons noirs d’un milieu qui oublie souvent ce qu’il doit à la médiatisation du jeu. Bien sûr, il n’y a pas que des bons papiers qui sortent. Il y en a même des très mauvais, de rares malveillants. Mais dans sa globalité, la presse reste ce maillon essentiel de la chaîne sans lequel les performances sportives ne seraient pas portées auprès du grand public avec réactivité, précision, exigence souvent, et un souffle épique pour les plus grands tournois. Le tout, pour le plus grand bénéfice des joueurs. 

On note d’ailleurs que les meilleurs, du moins ceux qui sont le plus sereins avec eux-mêmes, se plaignent rarement de l’écosystème médiatique. Certains, même, l’apprécient, à l’instar de Stefanos Tsitsipas qui a littéralement déclaré sa flamme aux journalistes à Indian Wells en leur disant qu’ils rendaient le sport “meilleur”, à rebours total d’Opelka. Au pire, ils en jouent, ou ils s’en accommodent. Parfois, ils ne se rendent compte des contraintes du métier qu’une fois passés de l’autre côté de la barrière, en tant que consultants. Et l’on est sûr qu’avec son humour caustique et sa gouaille tranchée, Opelka fera un excellent consultant parmi nous.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *