Djokovic incertain pour l’Open d’Australie, et présent au Rolex Paris Masters, à Turin, et en Coupe Davis !

Djokovic sera présent au Rolex Paris Masters, le 1er novembre prochain. Le numéro 1 mondial a fait plusieurs annonce au journal serbe Blic. Il ne souhaite notamment pas révéler s’il a fait le vaccin contre le Covid-19.

Novak Djokovic, Accor Hotels Arena

Le numéro 1 mondial est de retour. Novak Djokovic n’avait plus joué depuis sa défaite en finale de l’US Open, début septembre, lorsqu’il avait tenté de devenir le premier homme depuis Rod Laver, en 1969, à réussir le Grand Chelem calendaire. Le Serbe a annoncé au journal serbe Blic qu’il reviendrait sur les courts au Rolex Paris Masters, qui débute le 1er novembre prochain.

Djokovic explique aussi, voire surtout, qu’il n’est pas certain de faire le déplacement jusqu’à Melbourne, en janvier prochain, pour défendre son titre à l’Open d’Australie, son statut vaccinal étant vraisemblablement à l’origine de cette incertitude. Le numéro un mondial a refusé de le dévoiler. « Je ne veux pas que cela soit utilisé contre moi », a-t-il expliqué au média serbe.

Djokovic : « Tout le monde avait fait des suppositions à cause d’une de mes déclarations, il y a un an »

Pour l’instant, Djokovic est de retour à l’entraînement, en pleine préparation dans son académie de Belgrade, avec la saison indoor comme objectif. « J’ai prévu ce jouer à (Paris) Bercy, au Masters de fin d’année de Turin, et en Coupe Davis, a-t-il souligné. Je vais rester à Belgrade cette semaine, avant de partir la semaine prochaine pour me concentrer sur la préparation. »

Novak Djokovic / US OPEN 2021 / Xinhua / Panoramic

Vainqueur neuf fois de l’Open d’Australie, un record, Djokovic explique suivre attentivement l’évolution de la situation dans le pays. Selon nos informations, il a été indiqué aux joueurs qu’ils devaient être totalement vaccinés pour participer au tournoi, sans quoi le tournoi leur serait ouvert après une quarantaine stricte de quatorze jours.

« Si je comprends bien, le gouvernement et la fédération australienne vont prendre la décision d’ici deux semaines, a-t-il lancé. Il y aura encore beaucoup de restrictions, comme en début d’année. Mon agent me dit que la fédération australienne va essayer d’améliorer les conditions pour tous le joueurs, vaccinés ou non. »

Djokovic rappelle la difficulté des quarantaines obligatoires lors de l’Open d’Australie, en janvier dernier. Des restrictions qui ont perturbé la tenue du Grand Chelem, avec des blessures qui ont suivi, y compris pour lui. « Je ne sais pas encore si je vais jouer à Melbourne, a-t-il décrit. Il y a beaucoup de spéculations, y compris de la part des médias, ce qui me dérange beaucoup. Par exemple, je n’ai pas beaucoup parlé de la vaccination, parce que tout le monde avait fait des suppositions à cause d’une de mes déclarations, il y a un an. »

A l’époque, au moment du premier confinement, il avait expliqué ne pas être à l’aise à l’idée d’introduire quelque chose dans son corps.

Djokovic : « Les médias répandent la peur dans la population« 

Djokovic explique ne pas comprendre la « discorde entre les vaccinés et les non-vaccinés ». « Je trouve horrible qu’on discrimine une personne juste parce qu’elle décide de se vacciner ou de ne pas se faire vacciner, a-t-il poursuivi. Les médias mettent la pression à beaucoup de personnes. En ce moment, il y a tellement de choses qui restent floues, d’informations qui sont fausses, qu’il faut vérifier. Tout change tout le temps. »

Le numéro 1 mondial refuse donc de dévoiler son statut vaccinal, s’en prenant au monde médiatique. « J’ai ma propre position, a-t-il soufflé. Je ne veux pas dire si je suis vacciné ou non. C’est de l’ordre de la vie privée. Je trouve même inapproprié de poser la question. Trop de personnes s’autorisent à demander cela et à juger ensuite. Peut-être que je l’ai fait (le vaccin), peut-être pas, peut-être que je ne sais pas ou que j’y réfléchis. Ces informations pourraient être utilisées contre moi. Les médias répandent la peur et la panique dans la population. Je ne veux pas prendre part à cela. Je ne veux pas donner de raison aux médias en les laissant écrire sur ma décision. Avec ce que je vous dis, vous pourriez en faire un scandale. Je ne veux pas faire partie d’une telle déferlante. »

S’il choisit de se rendre à Melbourne, Djokovic, vacciné ou non, restera l’un des grands favoris pour remporter son vingt-et-unième titre du Grand Chelem, et dépasser Roger Federer et Rafael Nadal. « Bien sûr, je veux y aller, a-t-il expliqué. C’est là-bas que j’ai eu mes meilleurs résultats. Je suis motivé. »

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *