Abonnez-vous à la newsletter

Swiatek résiste à la guillotine Cirstea, et une pression évacuée par des larmes

Après son premier match compliqué depuis le début de l’Open d’Australie, Iga Swiatek, tombeuse de Sorana Cirstea, est en quarts de finale.

Iga Swiatek, Open d'Australie 2022 Iga Swiatek, face à Sorana Cirstea à l’Open d’Australie 2022 | Antoine Couvercelle / Panoramic

Open d’Australie 2022Tableau | Programme | Huitième de finale

En entrant sur la Margaret Court Arena, Iga Swiatek (7) allait à la rencontre d’une guillotine de cet Open d’Australie. Coupeuse de tête de série, Sorana Cirstea avait notamment éliminé Petra Kvitova (20) et Anastasia Pavlyuchenkova (10) lors des tours précédents. Et ce lundi, le couperet n’es pas passé loin. Après un début de tournoi impressionnante – 12 jeux perdus en trois matchs – La Polonaise a eu besoin de 2h28 pour venir à bout de la Roumaine : 5-7, 6-3, 6-3.

“C’était assez difficile de rester calme, mais vous m’avez beaucoup soutenue, merci”, a-t-elle lancé au public lors de l’interview sur le court. “Après le premier set, je tremblais un peu. Tout au long du match, j’étais tellement stressée, c’est pour ça que les émotions sont sorties à la fin. Je pleure quand je perds, je pleure quand je gagne (rires).”

Breakée d’entrée de match, Swiatek est parvenu à débreaker à 4-3 puis de céder une nouvelle fois, logiquement, à 5-5. Dans la seconde manche, scénario inverse. Creusant l’écart d’emblée, la native de Varsovie a été rejointe avant de réussir un deuxième break à 3-2 et de conserver son avantage.

J’étais tellement stressée, c’est pour ça que les émotions sont sorties à la fin.

Iga Swiatek, à propos de ses larmes après sa victoire

Place à l’ultime round. Là, nerfs solides malgré deux “vilaines” fautes, la jeune femme de 20 ans a conservé son engagement à 2-1 en écartant quatre fois le danger de le perdre. Prenant le service de sa rivale du jour dans la foulée, elle tout de lâché le sien, avant de s’envoler. A 3-3, elle a remporté les trois derniers jeux du duel, en s’emparant deux fois du service adverse.

“Elle a été très agressive et m’a beaucoup repoussée avec ses frappes”, a analysé la gagnante. “Il fallait que je résiste, que je sois sur mes appuis, prête à réagir, parce qu’elle me mettait beaucoup de pression, notamment au retour. Même quand je servais à 180 km/h, il fallait que je me tienne prête à ce qu’elle m’envoie un gros retour.”

Pour son troisième quart de finale en Grand Chelem, le premier en dehors de Roland-Garros, Iga Swiatek affrontera une autre coupeuse de tête de série. l’Estonienne Kaia Kanepi, qui s’est déjà offert les scalps de d’Angelique KErber (16) et Aryna Sabalenka (2)

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.