Abonnez-vous à la newsletter

Cornet fait tomber Halep et rejoint Collins pour son premier quart en Grand Chelem

Déjà tombeuse de Garbiñe Muguruza au deuxième tour, Alizé Cornet est venue à bout d’une seconde ancienne numéro 1 mondiale ce lundi en huitième de finale de l’Open d’Australie : Simona Halep.

Alize Cornet, l'Open d'Australie 2022 Alize Cornet, face à Simona Halep à l’Open d’Australie en 2022 | Antoine Couvercelle / Panoramic

Open d’Australie 2022Tableau | Programme | Huitième de finale

De la castagne ! Dans un style différent du duel UFC entre Francis Ngannou et Cyril Gane, les amateurs de combat ont pu apprécier la bagarre entre Simona Halep et Alizé Cornet ce lundi. Après un match de 2h33 au cours desquelles les deux femmes se sont rendues coup pour coup du fond de court, la Française a fini par mettre la Roumaine K.O. Victorieuse 6-4, 3-6, 6-3, la native de Nice a désormais rendez-vous avec Danielle Collins pour son premier quart de finale en Grand Chelem.

Treize ans après, Cornet a brisé la “malédiction” des huitièmes

Treize ans après son premier huitième de finale en Majeur – stade qu’elle a atteint dans chacune des quatre levées – au cours duquel elle avait eu deux balles de match face à Dinara Safina à Melbourne Cornet, 32 printemps depuis samedi, a enfin brisé la “malédiction”. “J’avais tellement envie de jouer contre toi”, a-t-elle répondu à l’ancienne numéro 4 mondiale Jelena Dokic, qui avait elle aussi subi la loi de Safina au tour suivant en 2009, lors de l’interview sur le court. “Tu es toujours là (en tant qu’intervieweuse), et moi aussi (rires).”

“La bataille était vraiment très difficile. Après 30 minutes de jeu, mon cerveau était déjà saturé, mes mains tremblaient. Mais je voyais qu’elle ne se sentait pas mieux que moi. Félicitations à Simona, parce qu’elle a beaucoup lutté l’an passé (absence de trois mois en raison d’une blessure au mollet). Je l’admire énormément. Gagner aujourd’hui, c’est juste magique. Comme quoi, il n’est jamais trop tard (pour se qualifier pour son premier quart de finale en Grand Chelem). C’est pour ces moments que je continue à jouer au tennis.”

Une bataille physique

Lors d’un match débuté sous 33°C et 36% d’humidité, les organismes ont souffert. A fortiori en raison du style de jeu des deux battantes à l’aise pour faire durer les échanges en cadence. Sur le ring de la la Rod Laver Arena, 181 points ont été disputés. 48 ont duré 9 frappes ou plus. Parmi ces derniers, 30 ont été remporté par une Cornet plus solide physiquement, mais dominée dans les filière plus courtes : 36-29 en sa défaveur dans les bras de fer de 5 à 8 coups, et 39-29 contre elle en dessous des 5 frappes. Statistique cocasse, malgré la victoire, sur l’ensemble de partie la gagnante a empoché moins de points que la perdante : 88-93.

La vidéo-portrait d’Alizé Cornet réalisée en 2020 pour sa participation à UTS.

Les deux premières manches ont pris la forme d’un concours de breaks. Dans l’acte initial, l’actuelle 61e mondiale en a réussi trois, contre deux concédés à la tête de série numéro 14. Menant aux points un round à zéro, la Tricolore, bien que cédant son service d’entrée, a repris sa marche en avant pour mettre adversaire dans les cordes dès le début du suivant : 3-1, balle de 4-1. Mais elle n’a pu résister à la riposte. Sonnée par les coups de l’ancienne numéro 1 mondiale, elle a encaissé six jeux consécutifs pour se retrouver à 4-6, 6-3,1-0 contre elle.

Cornet va affronter Collins pour la première fois

Lors du dénouement, Cornet a réussi le seul break, à 4-3. Face à une rivale du jour semblant plus atteinte physiquement, régulièrement pliée en deux, mains sur les genoux, elle a eu ses deux premières balles de match dès le jeu suivant. En vain. La première étant écartée par son opposante d’un incroyable contre de revers, à bout de force. “Ce que je me suis dit, c’est qu’elle a sauvé les balles de matchs, ce n’est pas moi qui les ai perdues”, a expliqué Cornet au micro d’Eurosport. “A 5-4, j’ai essayé de me remobiliser. J’étais tellement fatiguée que ça m’a rendu service, ça m’a évité de cogiter. C’était une bataille incroyable, je n’en reviens pas de m’en être sortie.”

Quelques minutes plus tard, après un ultime jeu de service accroché au cours duquel elle a été menée 15-30, la Française pouvait laisser couler ses émotions. En larmes sur son banc, pour sa 63e participation à un tableau principal en Majeur elle parvenait, enfin, à faire partie des huit dernières en lice. Un record dans l’ère Open, hommes et femmes confondus. Place, maintenant, à la récupération avant son premier affrontement avec Danielle Collins (27), qui a elle aussi dû cravacher pour venir à bout de la Belge Elise Mertens, 4-6, 6-4, 6-4 en 2h51.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.