Un set lâché, de la nervosité et une atmosphère “pas idéale” : Djokovic a vécu des débuts mouvementés

Novak Djokovic a eu besoin de quatre manches pour se défaire d’Holger Rune mardi au premier tour de l’US Open (6-1, 6-7, 6-2, 6-1). Nerveux pour son retour à la compétition après un mois sans match, le Serbe n’a pas forcément apprécié le soutien bruyant du public pour le jeune Danois.

Novak Djokovic at the 2021 US Open

Le poids de l’histoire, qui encombrera Novak Djokovic durant tout son parcours de l’US Open, s’est déjà fait sentir. En quête du Grand Chelem calendaire, ce qui serait une première depuis Rod Laver en 1969, le numéro 1 mondial a connu des débuts tout sauf simples mardi à Flushing Meadows.

Il a même perdu un set, le deuxième, contre Holger Rune, 18 ans et qui disputait son premier match dans le tableau principal en Grand Chelem, avant de dérouler quand le jeune Danois s’est retrouvé perclus de crampes (6-1, 6-7, 6-2, 6-1). Djokovic affrontera au prochain tour Tallon Griekspoor, vainqueur surprise de Jan-Lennard Struff. Encore une fois, ce sera une première pour le Serbe dans sa carrière. Comme si le sort souhaitait lui rappeler qu’il joue pour quelque chose d’unique, de bien plus grand que lui, lors de cette quinzaine new-yorkaise.

Djokovic : “Evidemment vous préférez avoir le public derrière vous, mais ce n’est pas toujours possible”

Le premier set ne laissait pas entrevoir une soirée aussi mouvementée sur le court Arthur-Ashe. Pour sa première apparition officielle depuis ses deux défaites pour conclure le tournoi olympique à Tokyo, Djokovic a d’abord déroulé et bouclé la première manche en moins d’une demi-heure, sur trois aces. Même le break blanc concédé rapidement dans la deuxième manche, qui a permis à Rune de se détacher 3-0 au score, ne semblait être qu’une péripétie. Quelques minutes plus tard, le Serbe menait 4-3, service à suivre.

C’est alors que la machine s’est déréglée, au service justement. Une panne de première balle (49% sur le set), cinq doubles-fautes, et Djokovic, “nerveux” et “un peu rouillé”, comme il l’a admis après la rencontre, a laissé une ouverture dans laquelle s’est engouffré Rune avec cran et brio. Poussé par le public, forcément ravi de pouvoir assister à un vrai duel le temps d’une manche, le Danois ne s’est pas dégonflé dans le tie-break, pour revenir à égalité au score. Pour le plus grand plaisir du stade Arthur-Ashe, dont les travées ont résonné des “Ruuuune” envoyés par les spectateurs. Ce que Djokovic a pris pour des huées, comme il l’a reconnu en conférence de presse.

“Evidemment vous préférez avoir le public derrière vous, mais ce n’est pas toujours possible, a soufflé le Serbe, qui a esquivé la traditionnelle interview d’après-match sur le court, sans expliquer pourquoi. C’est tout ce que je peux dire. Je me suis focalisé sur moi et ce que je dois faire. (…) Je ne sais pas, ce n’était pas une atmosphère idéale pour moi. Mais j’ai déjà connu des ambiances particulières avant, donc je savais comment gérer ça.”

Pas de temps-mort médical pour les crampes de Rune, Djokovic s’en désole

Après avoir lâché ce set, comme cela lui était arrivé au premier tour de Wimbledon contre Jack Draper, autre jeune talent qui disputait alors son premier match en Majeur, Djokovic a vite corrigé le tir. Il a de nouveau réglé la mire au service (79% de première balle dans les deux dernières manches, un seul point perdu derrière sa première) et a profité du coup de pompe physique de Rune. Touché dans la moiteur de New York, le Danois n’a jamais pu faire appel au kiné, les crampes n’entrant pas dans le rayon des blessures autorisés à être traitées en plein match par les joueurs.

“C’est une règle difficile, a soufflé Djokovic. Si vous avez des crampes comme ça, c’est un vrai problème dans votre jeu, vous ne pouvez pas bouger. (…) Je comprends d’un côté que les joueurs devraient faire tout ce qu’ils peuvent pour éviter les crampes. Mais ça peut arriver. Quand c’est le cas, ce n’est pas très beau à voir pour le public, pour personne, qu’il ne puisse pas avoir au moins un temps-mort médical.”

Dans cette situation peu commune, Djokovic a expédié les deux dernières manches en moins de 50 minutes, face à un Rune incapable de courir, mais courageux pour faire bonne figure jusqu’à la balle de match, même si de match il n’y avait plus vraiment. Le numéro 1 mondial a profité de cette soirée pour se rappeler que sa course au Grand Chelem ne se fera pas seulement face à ses adversaires, mais aussi face à lui-même et face aux éléments extérieurs. Autant de facteurs qui pourront faire dérailler l’histoire à tout moment.

Le point sur la journée de mardi à l’US Open

  • Les têtes de série qui ont gagné mardi (1er tour) : Alexander Zverev (N°4), Matteo Berrettini (N°6), Denis Shapovalov (N°7), Hubert Hurkacz (N°10), Jannik Sinner (N°13), Gaël Monfils 🇫🇷 (N°17), Aslan Karatsev (N°21), Reilly Opelka (N°22), Alexander Bublik (N°31)
  • Les têtes de série qui ont perdu mardi (1er tour) : Pablo Carreño Busta (N°9), Alex de Minaur (N°14), Lorenzo Sonego (N°20), Karen Khachanov (N°25), David Goffin (N°27), Fabio Fognini (N°28)
  • Pour suivre toute l’actualité de l’US Open, rendez-vous sur cette page
  • Pour suivre les matchs en direct, voir le tableau masculin et le tableau féminin, nous vous recommandons de vous rendre le site officiel du tournoi.
  • Le programme de mercredi à l’US Open est disponible ici
  • Et tout ce que vous devez savoir sur le tournoi (informations pratiques, billets, etc.) est disponible dans cet article.
Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *