Match Points : “A chaque fois que Djokovic a joué pour l’histoire, il a réussi”

Dans le dernier épisode de Match Points, nos débatteurs ont évoqué le possible Grand Chelem calendaire de Novak Djokovic à l’US Open.

17 August 2021

Dans le dernier épisode de Match Points, nos invités Marion Bartoli, Carole Bouchard et Simon Cambers ont parlé de Novak Djokovic, et de sa capacité à se remobiliser après son échec aux Jeux olympiques afin de remporter son 21ème titre du Grand Chelem à l’US Open et ainsi faire le Grand Chelem calendaire, un exploit qui n’a plus été réalisé depuis Rod Laver en 1969. Carole Bouchard, ancienne reporter au journal l’Equipe et journaliste spécialisée tennis pour des médias français et internationaux, doute de la fraîcheur physique du numéro un mondial.

« S’il n’est pas blessé, il a un mois pour se remobiliser. Je pense que c’est plus mentalement. A-t-il mis trop d’émotions à gagner Roland-Garros, Wimbledon et, non pas à échouer, mais à ne pas obtenir de médaille à Tokyo ?  Je pense que la question est plus mentale. A-t-il fourni trop d’efforts ? Mais ce que je sais, c’est qu’à chaque fois que Djokovic a joué pour marquer l’histoire, il l’a fait. »

Novak Djokovic a perdu en demi-finale des Jeux olympiques face à Alexander Zverev et s’est incliné le lendemain contre Pablo Carreño Busta lors du match pour la médaille de bronze. Epuisé physiquement et mentalement, le numéro un mondial a ensuite déclaré forfait pour les Masters 1000 de Toronto et Cincinnati. Il arrivera donc à l’US Open sans avoir joué de tournoi de préparation. 

Novak Djokovic in Tokyo – Mike Segar (Panoramic / AI / Reuters)

Djokovic a trop tiré sur la corde

Le Serbe n’a pas eu le temps de beaucoup se reposer depuis le début de la saison sur terre battue, en avril dernier. Il n’y a eu que deux semaines de coupure entre Roland-Garros et Wimbledon, et seulement 13 jours entre sa finale à Londres et son entrée en lice aux Jeux olympiques de Tokyo. Pour Simon Cambers, Novak Djokovic a un peu trop tiré sur la corde et pourrait bien le payer à New York.

« Je pense qu’il y a un risque que Novak Djokovic se soit un peu trop épuisé. L’année a été incroyable pour lui : il a remporté trois tournois du Grand Chelem et a tenté de décrocher l’or aux Jeux olympiques. Beaucoup de gens n’étaient pas certains, il n’était même pas sûr d’aller aux Jeux olympiques. Il a tout donné, il a joué en double mixte aussi. Il a vraiment mis toute son énergie sur la table. Il a terminé complètement épuisé, ce qui est très inhabituel pour Novak Djokovic. Je ne dirais jamais qu’il ne va pas gagner l’US Open parce que, bien sûr, il en est capable. Il l’a déjà fait auparavant. C’est le meilleur joueur du monde. Mais je pense qu’il y a suffisamment de points d’interrogation à son sujet, peut-être plus à l’US Open qu’à Wimbledon. »

Djokovic a plus de marge en Grand Chelem

Pour la première fois depuis 1969, un joueur a remporté les trois premiers tournois du Grand Chelem lors de la même année. Au meilleur des cinq sets, Novak Djokovic est encore plus intouchable qu’ailleurs, et c’est pourquoi Marion Bartoli n’a aucun doute quand au fait que le Serbe soulèvera le trophée à Flushing Meadows.

« Je ne comprendrais pas qu’on ne le place pas en tant que grand favori. Pour moi, il est le grand favori. C’est un peu plus facile. Il a un jour de repos entre chaque match, il a le temps de réfléchir à chaque victoire, il a le temps de se reposer avant le prochain match. Je pense que les Grands Chelems jouent définitivement en faveur de Novak Djokovic. Il va tenter de remporter un 21ème titre du Grand Chelem et être le premier à atteindre ce niveau. Je pense que sa motivation sera à son maximum et il a le jeu pour gagner sur dur, il l’a prouvé maintes et maintes fois. Pour être honnête, je ne le vois pas ne pas gagner l’US Open. »

Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *