Match Points : “Le manque de stabilité et de stars fait du mal au tennis féminin”

Dans le dernier épisode de Match Points, nos débatteurs ont parlé du manque de popularité du tennis féminin.

2 juillet 2021

Dans le dernier épisode de Match Points, nos invités Marion Bartoli, Simon Cambers et Ben Rothenberg ont débattu sur l’instabilité du tennis féminin et de son manque de popularité comparé au circuit masculin qui a une très bonne publicité depuis de nombreuses années avec le Big Three et l’arrivée de la Next Gen

Bartoli : “Osaka est importante pour le tennis féminin”

Alors que les vainqueurs en Grand Chelem sont souvent les mêmes avec Novak Djokovic, Rafael Nadal et Roger Federer qui se partagent les plus grands titres du monde, la donne est différente côté féminin. Depuis que Serena Williams ne fait plus la loi, le circuit WTA se cherche une nouvelle reine mais peine à la trouver. Les lauréates en Majeur sont rarement les mêmes et les favorites se font parfois voler la vedette par des joueuses plus modestes comme Barbora Krejcikova cette année à Roland-Garros.

Une instabilité qui fait mal au tennis féminin selon Marion Bartoli, qui voit avec un bon oeil la prise de pouvoir de Naomi Osaka et Ashleigh Barty, des figures fortes capables de s’imposer dans les quatre tournois du Grand Chelem. 

“J’étais en France il y a quelques jours et les gens qui étaient avec moi regardaient Roland-Garros. Je leur ai alors demandé qui avait gagné le tournoi du côté féminin. Et personne n’a pu me donner le nom de la gagnante. C’est pourquoi pour moi, Naomi Osaka, et Ashleigh Barty d’une certaine manière, sont importantes pour le tennis féminin.”

L’incertitude n’est pas un mal pour la WTA, pour Simon Cambers

Un argument qui n’a pas plu à notre journaliste Simon Cambers, qui pense que le fait d’avoir des nouvelles vainqueures en Grand Chelem apporte de la fraîcheur au circuit WTA. 

“Oui, il y a beaucoup d’incertitude sur le circuit féminin. Mais je n’aime vraiment pas l’argument selon lequel il est mauvais pour le circuit féminin d’avoir de nouvelles championnes”, a expliqué le Britannique. 

L’ATP et la WTA devraient s’envier l’un et l’autre 

Ben Rothenberg

Pour le journaliste américain Ben Rothenberg, les deux circuits ont chacun quelque chose que l’autre n’a pas et qui lui ferait du bien. 

“Je pense que les deux circuits doivent être un peu envieux de ce que l’autre a. Le circuit féminin est imprévisible et de nouvelles stars naissent en permanence. L’ATP gravite autour de ses stars et peut construire des rivalités et des histoires autour d’elles. Les deux feraient bien d’avoir ne serait-ce que 10 % de ce que l’autre a pour la balance chaos – stabilité. Parce que pour l’instant, ils sont trop éloignés l’un de l’autre.”

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *