Sabalenka atteint enfin les quarts en Grand Chelem et y retrouvera une Jabeur renversante contre Swiatek

Aryna Sabalenka a composté son billet pour son premier quart de finale en Grand Chelem ce lundi, en disposant d’Elena Rybakina en huitième à Wimbledon. La Biélorusse sera opposée au prochain tour à Ons Jabeur, vainqueure d’Iga Swiatek aVec la manière.

Aryna Sabalenka at Wimbledon in 2021

Aryna Sabalenka courait désespérément après son premier résultat d’envergure en Grand Chelem. La Biélorusse le tient, après s’être qualifiée lundi pour les quarts de finale de Wimbledon aux dépens d’Elena Rybakina (6-3, 4-6, 6-3). C’est la première fois de sa carrière que la tête de série numéro 2 du tournoi atteint ce stade de la compétition en Grand Chelem. Sabalenka y sera opposée à Ons Jabeur, toujours sur son nuage pour venir à bout logiquement d’Iga Swiatek (5-7, 6-1, 6-1).

C’est finalement sur gazon, une surface qu’elle peinait à apprivoiser (une seule victoire en trois apparitions à Wimbledon cette année), que Sabalenka a franchi ce cap tant attendu en Grand Chelem. Il lui a néanmoins fallu s’arracher contre Rybakina (N°18), qui sortait d’un quart de finale à Roland-Garros. Fidèle à elle-même, offensive et brutale depuis le fond de court, Sabalenka a bien maîtrisé la première manche, en imposant une pression constante à la Kazakhe (trois breaks, 80% de points gagnés derrière la seconde balle de son adversaire).

Mais Rybakina a élevé son niveau de jeu dans le deuxième set. Elle a fait passer son taux de première balle de 47% à 63% et s’est retrouvée moins en danger sur son engagement. La 20e joueuse mondiale a moins subi et pris davantage l’initiative à l’échange, pour envoyer 11 coups gagnants pour seulement 4 fautes directes. La dynamique aurait pu s’en trouver bouleversée. Sauf que Rybakina a complètement vendangé sa fin de match. Alors que les deux joueuses avaient chacune obtenu une balle de break non convertie pour arriver à 3-3, Sabalenka a empoché les 12 derniers points du match pour valider sa qualification. Et la Kazakhe a commis 12 fautes directes dans ce troisième acte, soit le nombre de coups gagnants de la Biélorusse, au tour suivant après 1h49′ de match.

Jabeur en patronne contre Swiatek

Jabeur (N°21) a économisé huit petites minutes sur le court par rapport à sa future adversaire, qu’elle a battue à Roland-Garros en 2020 avant de s’incliner contre elle à Abou Dhabi en début d’année. La Tunisienne a dominé dans l’ensemble une Swiatek (N°7) inconstante au service (47% de première balle) et ostensiblement frustrée par son niveau de jeu. La Polonaise avait pourtant réussi à empocher la première manche, comme par miracle. Elle était menée 5-3 avant de gagner quatre jeux de suite et de faire la course en tête au score.

Iga Swiatek at Roland-Garros in 2021
Iga Swiatek at Roland-Garros in 2021 © AI / REUTERS / PANORAMIC

Mais une fois que Jabeur s’est réglée au service (de 47% de première balle dans le premier set à 70% dans les deux suivants), sa domination dans le jeu a fait la différence. Elle s’est installée dans le terrain pour dicter les échanges, ses variations ont fait courir Swiatek et sa justesse dans les choix, sans abuser de l’amortie par exemple, lui a permis de dérouler. Elle n’a perdu que trois points derrière sa première balle sur les deux dernières manches, a envoyé 23 coups gagnants pour 12 fautes directes. Une prestation de patronne pour Jabeur, qui continue d’écrire son histoire et celle de sa région, en étant la première joueuse issue du monde arabe, femmes et hommes confondues, à atteindre les quarts de finale de Wimbledon depuis l’Egyptien Ismail El Shafei, en 1974. Et maintenant c’est une première demi-finale en Grand Chelem qu’elle visera mardi.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *