Deux mois d’absence pour Mannarino

Blessé au genou droit contre Roger Federer au premier tour de Wimbledon, Adrian Mannarino sera absent “plus ou moins deux mois”. Sa participation à L’US Open est incertaine.

Mannarino

Mardi, au premier tour de Wimbledon contre Roger Federer, le jour de ses 33 ans, Adrian Mannarino, sur une chute, avait senti son genou tourner. Il menait alors deux manches à une et était derrière, 4-2 contre lui, dans la quatrième. Deux jeux plus tard, il était contraint de jeter l’éponge alors que le Suisse venait d’égaliser à deux sets partout.

D’après une information relayée par L’Équipe, le Français souffre d’une entorse de l’aileron latéral interne du genou droit. “Ça ne nécessite pas d’opération, mais ça prend du temps à cicatriser”, a précisé le joueur pour le site du quotidien. “J’espère reprendre les tournois dans plus ou moins deux mois. Pour l’US Open, ça va être un peu limite, c’est un peu tôt pour savoir.”

Pour l’US Open, ça va être un peu limite.

Adrian Mannarino

Troisième levée du Grand Chelem de l’année, l’US Open 2021 se déroulera du 30 août au 12 septembre. Avant cela, le circuit se rendra à Tokyo du 24 au 30 juillet pour un autre évènement majeur : les Jeux olympiques. A l’instar de Richard Gasquet, Adrian Mannarion, numéro 3 tricolore, avait fait le choix de ne pas se rendre au Japon. La sélection française sera menée par Gaël Monfils chez les hommes et Fiona Ferro pour les femmes.

Dans la foulée de l’abandon de Mannarino, dès le match suivant sur le Centre Court, Wimbledon avait connu un nouvel abandon en raison d’une mauvaise glissade. Celui de Serena Williams. Au fil des chutes et des critiques grandissantes, le All England club s’était fendu d’un communiqué pour défendre la qualité de ses courts : “Les conditions météo au cours des deux premiers jours ont été les plus humides rencontrées par le tournoi depuis presque une décennie.”

Pour limiter les chutes, Patrick Mouratoglou aimerait un changement de réglementation à Wimbledon

Lors d’un entretien avec Tennis Majors, Patrick Mouratoglou, coach de la championne américaine, s’est exprimé en faveur d’un changement de règlementation pour limiter les glissades incontrôlées. “Sur les semelles des chaussures de tennis pour gazon, il y a des picots”, a-t-il d’abord rappelé. “Sans cela, ce serait une patinoire. Mais à Wimbledon, une règle interdit de mettre des picots sur le côté de la chaussure, en bordure. Or, l’écrasante majorité des chutes sont dues à des appuis sur le côté. Sur un contrepied.”

En 2013, Novak Djokovic avait débarqué à Wimbledon avec des picots s’étalant jusque sur les côtés et le devant de ses chaussures. Intransigeante, l’organisation du tournoi l’avait alors prié de revenir à un équipement en accord avec le code en vigueur.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *