Alcaraz écarte Herbert au bout du suspense et donne rendez-vous à Sinner (sur le court n°1!)

Carlos Alcaraz a brisé les espoirs de Pierre-Hugues Herbert (6-7, 7-6, 7-5), mardi au premier tour à Paris.

Carlos Alcaraz, Rolex Paris Masters, 2021

ATP Rolex Paris Masters 2021 | Tableau | Programme | 1er tour

Carlos Alcaraz apprend décidément très vite ! L’Espagnol de 18 ans, 35e mondial, n’a rien cédé pour son entrée en lice au Rolex Paris Masters alors qu’il était fortement secoué par Pierre-Hugues Herbert (6-7, 7-6, 7-5 en 2h55).

Après sa demi-finale à Vienne perdue face à Alexander Zverev (6-3, 6-3), le quart de finaliste du dernier US Open s’offrira désormais un nouveau duel made in NexGen face à Jannik Sinner, 20 ans et tête de série numéro 8.

Aussi fou que cela puisse paraître, la première version du programme de mercredi distribuée aux médias mardi vers 20h30 faisait apparaître ce choc, l’un des plus attendus après le tirage au sort, sur le court n°1 du site de l’Accord Hotels Arena. Gaël Monfils (N.15) s’étant qualifié contre Miomir Kecmanovic, l’hypothèse d’une inversion ne semble plus réaliste.

Les deux doubles fautes d’Herbert

En attendant, Pierre-Hugues Herbert peut s’en vouloir de ne pas avoir évité ce Sinner – Alcaraz pour ce qui aurait été la revanche de son premier tour de Roland-Garros perdu d’un point contre Sinner. Le combat livré ce mardi aurait évidemment mérité mieux, comme derniers points, que ces deux doubles-fautes consécutives du Français.

Herbert venait de sauver avec brio deux balles de match, mais ce sport est parfois cruel. Herbert a joué le match qu’il devait face à la dernière pépite du tennis mondial en prenant le filet d’assaut à la moindre occasion et en évitant autant que possible le coup droit adverse ; en évitant, aussi, de donner trop de rythme à Alcaraz pour dérégler son jeu de fond de court.

Il n’a pas manqué grand-chose, mais Alcaraz malgré ses 18 printemps, a déjà une jolie résistance à la pression et une belle faculté d’adaptation. A voir si la performance de Herbert aura tout de même donné des idées à Sébastien Grosjean, le capitaine de l’équipe de France qui était en tribune. Pour le moment retenu, Grosjean a retenu « P2H » pour le double en vue de la Coupe Davis mais le forfait de Humbert et la certitude de l’absence de Monfils laissent une place vacante en simple.

Alcaraz féjà un sacré compétiteur !

Au fur et à mesure du match, Alcaraz, lui, a réglé sa qualité de retour et de passing pour grignoter toujours un peu plus de temps et de terrain. Il n’a pas non plus laissé la frustration prendre le dessus après un jeu de service absolument atroce à 4-2 dans le premier set. Et a su faire de même en voyant Herbert de nouveau revenir de 4-2 dans la manche décisive après deux énormes jeu.

Le poing serré vers son coach Juan Carlos Ferrero et le « Vamos! » sonore, Alcaraz a eu Herbert à l’usure en imposant un style de jeu mi-muraille mi-attaquant de fond de court qui devrait faire des ravages dans les années qui viennent. Quand on ajoute à ça une attitude irréprochable dans le combat et un fighting spirit déjà bien aiguisé, on comprend encore un peu plus combien Alcaraz fascine déjà les suiveurs.

En attendant, le public de Bercy salive déjà de ce prochain duel entre Alcaraz et Sinner, deux joueurs voués à se livrer de nombreuses batailles à grand enjeu dans le futur.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *